Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Paris Match : les trois jambes de Sarkozy

Par le - 19h44 - buzz

Encore une photo de Sarkozy retouchée dans Paris Match ! Mais contrairement à l'épisode des bourrelets, ce n'est pas à son avantage : il se voit affublé d'une troisième jambe tandis qu'il marche aux côtés de Benoît XVI.

Cliquez sur l'image pour zoomer sur l'appendice malheureux (Paris Match du 18 septembre 2008) picto

Ce n'est pas un miracle. C'est la jambe d'un garde du corps du président, qui, lui, a été effacé numériquement par le photographe Pascal Rostain. Rostain est un collaborateur extérieur du journal, régulièrement choisi par l'Elysée pour suivre le couple présidentiel. Celui-ci reconnaît une "erreur énorme" et a confirmé à l'AFP que la retouche de cette photo était "sa décision personnelle".

"Il y avait la tête d'un "mec" du GSPR (groupe de sécurité de la présidence de la République, ndlr) juste derrière Sarkozy. J'ai d'abord essayé de la flouter (...) puis j'ai pris moi-même la décision d'enlever cette tête", a assuré Rostain. "J'aurais dû prévenir Match mais pas seulement : j'ai envoyé le reportage dans 22 pays", a-t-il ajouté. "Quand Match l'a appris, j'ai pris un savon".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

"L'altération des photos déforme la réalité et doit être, en ce sens, strictement interdite", a affirmé la société des journalistes de Paris Match. "Seules les techniques traditionnelles de cadrage, de réajustement des contrastes, des échelles de couleurs, sont tolérées. Les nouvelles technologies qui permettent la manipulation des images rendent plus ténue la ligne qui sépare les faits de la fiction."

Comment ce détail a-t-il pu échapper à Match ? Le rédacteur en chef photo, Guillaume Clavières, a déclaré qu'"à Match, on n'a pas fait attention à ce pied qui dépassait. Si on l'avait su, on aurait retiré cette photo du choix".

N'hésitez pas à vous replonger dans notre dossier "Reporters en Sarkozie" .


Abonnez-vous !
|