Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Accord transatlantique : l'exception culturelle, un rideau de fumée ? (Libération)

Par le - 10h31 - lu

Dans un dossier de 4 pages, Libération souligne les dangers de l'accord transatlantique en cours de négociation entre l'Europe et les USA, alors que la France a obtenu que l'exception culturelle en soit exclue.

L'enjeu stratégique du Transatlantic Trade and Investment Partnership [TTIP] c'est, souligne Libération, "non pas d’abaisser des droits de douane déjà historiquement bas (4% en moyenne), mais d’éliminer les «obstacles non tarifaires» aux échanges que sont les normes environnementales, sanitaires, phytosanitaires, les lois protégeant les consommateurs ou les données personnelles, les droits d’auteur, le droit bancaire et financier, l’accès aux marchés publics,etc."

Concernant l'exception culturelle, "Les Français ont fait, une fois encore, «leurs Français», sourit-on à Washington. La bataille tricolore pour exclure l’audiovisuel des négociations sur un accord de libre-échange transatlantique a surtout suscité l’ironie des quelques Américains qui l’ont suivie. La France a obtenu son «caramel» («fudge» en anglais), s’est moqué Martin Walker, éditorialiste britannique de l’agence américaine UPI, dans l’un des rares commentaires consacrés à l’affaire."

Libération traduit "fudge" par caramel, alors qu'il faudrait plutot écrire "faux fuyant" ou "écran de fumée"

La lecture de la longue analyse (en anglais) publiée par UPI le 17 juin vaut le détour : l'exception culturelle y est comparée à "Dracula qui sort de son cercueil".


Liberation

Libération, mercredi 19 juin 2013

Libération cite un observateur américain : "C’est une erreur tactique de l’Union européenne, et de la France en particulier, que d’entamer des négociations en commençant par enlever des choses de la table", observe Dan Hamilton, de la John Hopkins University. Les Européens ont fait un cadeau aux Américains en leur permettant à leur tour de retirer ce qu’ils voudront de la table. Mais, sur le fond, je ne pense pas que cela fasse une vraie différence."


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Mondialisation : tout le bonheur du monde ?

nouveau media

La Wallonie dit "oui" au CETA. Mais qu'a-t-elle obtenu ?

Les médias français et belges décortiquent l'accord

observatoire publié(e) le 28/10/2016 par Manuel Vicuña

La Wallonie a finalement dit "oui" au traité de libre échange avec le Canada (Ceta). Alors que le ministre-président de la région, Paul Magnette est devenu depuis quelques jours le héros très médiatique de l'opposition au Ceta, la Belgique est parvenue à un compromis qui ouvre la voie à la ...

CETA fromages

France 2 : 20 secondes pour comprendre ces sacrés Wallons

chronique publié(e) le 25/10/2016 chez les matinautes

"Ce soir la balle est dans le camp des Wallons. Il leur reste quelques heures pour changer leur position" conclut dramatiquement le petit sujet de France 2. Mais comment peut-on être Wallon ? Incompréhensibles Wallons, qui refusent obstinément de renvoyer "la balle", en approuvant l'accord de ...

Paul Magnette Figaro

Accord UE/Canada bloqué par la Wallonie : la très lente ascension médiatique de Paul Magnette

observatoire publié(e) le 25/10/2016 par Anne-Sophie Jacques

Les opposants aux traités commerciaux négociés entre l’Union européenne et ses différents partenaires ont désormais un héros : le ministre-président de la Wallonie Paul Magnette. En refusant l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada – connu sous le nom de CETA – le ...

Tous les contenus de ce dossier >