Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Sexisme aux Echos : "constat juste" (Morel, PDG)

Par le - 10h38 - flash

Dans les Echos aujourd'hui, vous ne verrez aucune signature féminine. Ni sur le papier ni sur le web. C'est un type de grève inédit qui vise à protester contre "leur non représentation au sein de la hierarchie du quotidien". "Chaque jour, aux Echos, nous sommes aussi nombreuses que les hommes à faire ce journal. Mais il n'y a de femme ni à la rédaction en chef ni à la direction de la rédaction du quotidien", indiquent les journalistes des Echos dans leur communiqué relayé par Le Monde. Joint par @si, Francis Morel, le PDG du quotidien, dit prendre ce mouvement "très au sérieux". Mieux, il nous assure que "le constat fait par les femmes des Echos est objectivement juste". Et comme il prend les choses au sérieux, Morel confie qu'il recevra les représentantes du mouvement lundi, en compagnie de Nicolas Barré, directeur des rédactions. Il promet des "mesures concrètes" qu'il souhaite réserver aux intéressées. Toutefois, il affirme d'ores et déjà qu'il y aura une accélération du plan de rattrapage des disparités salariales entre hommes et femmes mis en place il y a deux ans.

echos

Cette protestation est née il y a quelques semaines suite à des changements dans l'organigramme du journal. En effet, mi-avril, Nicolas Barré a remplacé Henri Gibier à la direction des rédactions. Barré a nommé deux directeurs délégués : François Vidal et Dominique Seux. Ces deux hommes étaient auparavant rédacteurs en chef et ont été remplacés par des...hommes. "Tout cela alors que des femmes étaient tout à fait légitimes pour devenir directrices ou rédactrices en chef", confie une journaliste à @si. Cet évènement a été "le déclencheur" mais, ajoute-t-elle, "c'est quelque chose qui couvait depuis longtemps." Sur 12 rédacteurs en chef, il n'y a que des hommes actuellement, dans l'organnigramme du journal.

Selon nos confrères (et consoeurs) des Nouvelles News, certaines journalistes se seraient plaint de ne pas avoir été sollicitées pour remplacer Dominique Seux, rédacteur en chef France, devenu directeur délégué. La direction aurait rétorqué que toutes les femmes envisagées avaient décliné l'offre. Selon les Nouvelles News qui citent des sources internes, aucune n'a été réellement approchée.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Sexisme, la barrière invisible

nouveau media

Dans les romans primés de la rentrée, où sont donc les personnages de femmes ?

Seuls deux romans sur huit passent le test de Bechdel

observatoire publié(e) le 19/11/2017 par Capucine Truong

Sept prix littéraires. Huit hommes (blancs, de surcroît). Sans conteste, le palmarès des prix littéraires 2017 n'est pas très divers. Est-il sexiste pour autant? Faute de pouvoir répondre à la question (pour cela, il faudrait se glisser dans la tête des jurés), nous avons voulu savoir, dans...

nouveau media

Culture du viol : oui, il faut avaler la pilule rouge de Matrix !

chronique publié(e) le 09/11/2017 chez André Gunthert

Balance ton porc, un débat sans images ? Oui. Et cette absence signale le caractère inédit de la controverse : aucun stock de caricatures n'était disponible. A une exception près : le recours à l'archive cinématographique, pour documenter la culture du viol. Après notre émission sur le ...

nouveau media

Le masculin ne l'emportera plus sur le féminin : merci Weinstein !

chronique publié(e) le 07/11/2017 chez les matinautes

Enfin une initiative. Retenez bien ce chiffre : ils sont 314. Je devrais dire, ils et elles. Ils et elles sont 314 profs et proffes, qui déclarent ce matin qu'ils n'enseigneront plus, dans leurs classes, la règle grammaticale selon laquelle "le masculin l'emporte sur le féminin". C'est un peu ...

Tous les contenus de ce dossier >