Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Un autre indigné

Par le - 09h15 le neuf-quinze

C'est un autre nonagénaire, qui a passé sa vie à résister, à se battre contre l'injustice. En 1948, Norbert Gilmez était employé administratif aux Charbonnages de France. Eclate la grande grève des mineurs, parce qu'une circulaire a supprimé le salaire minimal des mineurs. Orchestrée par le PC, la solidarité nationale s'organise. Gilmez collecte les vêtements, les chaussures, au bénéfice des familles de mineurs en grève. A la fin de la grève, il est licencié, avec 3000 grévistes. Alors logé par les Charbonnages, Gilmez est aussi expulsé avec sa famille. Depuis lors, avec 15 de ses camarades, il demande réparation pour licenciement abusif.

On passe les péripéties judiciaires. En 2011, la Cour d'appel reconnait le caractère abusif du licenciement, condamnant les Charbonnages de France à payer 30 000 euros à Norbert Gilmez (encore dans la fleur de l'âge, avec ses 89 printemps) et ses camarades. Alors ministre des finances, Christine Lagarde se pourvoit en cassation. En 2012, l'arrêt de la Cour d'appel est cassé. Gilmez ne sera pas indemnisé. Si longtemps après, on sent encore percer, dans sa voix, une indignation intacte. «Nous avons été victimes de terrorisme d'État. Il n'y avait pas de délit. On a résisté au terrorisme comme on doit résister à tous les terrorismes » déclare Gilmez à La Voix du Nord, un des rares médias à recueillir son témoignage à ce moment.

Norbert Gilmez ne fait pas, n'a jamais fait, ne fera sans doute jamais la Une d'un journal. Même pas aujourd'hui, au lendemain d'une journée où il vient pourtant de remporter une grande victoire: les sept mineurs encore sous le coup de condamnations après les grèves de 1948 et 1952 ont été inclus dans la loi d'amnistie sociale, votée mercredi par le Sénat, comme le signalent en quelques lignes les quelques comptes rendus de presse qui s'intéressent au sujet. Condamnations ? Oui, car plusieurs de ces licenciés, anciens résistants, prisonniers de guerre, ou titulaires d'un grade dans l'armée, ont été dégradés lors de leur licenciement, et réclament la reconstitution de leur carrière. Les mineurs peuvent s'estimer heureux. A la demande des socialistes, les antipub, les militants de RESF, ou les faucheurs d'OGM condamnés ont été, eux, exclus du champ de cette loi d'amnistie. Ils ne devraient pourtant pas désespérer. Un calcul élémentaire leur permet d'entrevoir une possibilité d'amnistie dans 65 ans, soit en 2078.

Norbert Gilmez


Abonnez-vous !
|

Derniers articles dans ce dossier...

Canada

Canada : "suis-je la prochaine victime ?" (Femmes indigènes)

suivi publié(e) le 10/09/2014 par la rédaction

Twitter au secours des femmes aborigènes au Canada. C'est avec le hashtag #AmINext? ("Suis-je la prochaine ?") que les femmes indigènes ont apostrophé, ces derniers jours, le Premier ministre canadien, Stephen Harper. Le but ? Le convaincre d'ouvrir une enquête sur le sort de celles d'entre ...

Papous à la Une (enfin)

Derrière l'arrestation de deux journalistes d'Arte, la guerre oubliée des Papous

Un conflit post-colonial qui dure depuis plus de quarante ans

observatoire publié(e) le 10/08/2014 par la rédaction

Les Papous sont en guerre. L'arrestation de deux journalistes français, venus tourner un reportage pour le compte d'Arte, rappelle que depuis plus de quarante ans, un conflit se déroule en Papouasie. Une guérilla post-coloniale largement ignorée des grands médias. Depuis les années 1960, des ...

nouveau media

Coupe du monde : l'image que la planète foot n'a pas vue

Des colombes et une banderole

observatoire publié(e) le 15/06/2014 par Gilles Klein

Une image non vue de la cérémonie d'ouverture de la coupe du monde à Sao Pauo a suivi la scène des trois enfants (blanc, noir, et indien) lâchant des colombes. En quittant le centre du terrain le jeune Indien brandit une banderole protestant contre les expulsions dont est victime son peuple, ...

Tous les contenus de ce dossier >