Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

CSA : un hamster nommé Memona

Par le - 09h15 - le neuf-quinze

A moi les reporters ! Nouvelle membre du CSA, ci-devant grand reporter à France 3, Mémona Hintermann est interrogée par Pascale Clark sur France Inter. Son programme ? Revaloriser les salaires des grands reporters de terrain, "qui prennent des risques", par rapport à ceux des présentateurs, bien au chaud dans leurs fauteuils. A moins qu'il ne s'agisse de baisser les salaires des présentateurs, les modalités ne sont pas précisées. Beau programme. Vive le terrain, la boue et les tranchées, à bas les planqués: tout le monde sera toujours d'accord (et pour prévenir toute bronca, le matinaute rappelle qu'il a successivement été grand reporter à gilet multipoches, et présentateur planqué, et connait donc de l'intérieur ces deux estimables fonctions).

Mais voilà. Il y a un hic. Et même plusieurs. D'abord, le CSA, dans ce domaine, n'a strictement aucun pouvoir. Très professionnellement, Pascale Clark l'objecte à son invitée, les choses sont dites, les limites posées. Soit dit en passant, on pourrait rappeler aussi à Mémona que le traitement du président du CSA a miraculeusement augmenté en 2008, du fait de l'attribution en douce de primes et avantages en nature, et que l'actuel président, Olivier Schrameck, a obtenu l'intégration de ces primes et avantages dans son traitement de base. Nul doute que lesdits présentateurs, qui savent se défendre, se souviendront de l'argument quand on agitera le chiffon rouge devant eux. Mais bon. On est à la radio, le temps est compté, on ne peut pas se souvenir de tout.

Si elle n'est que préposée aux gesticulations, pourquoi alors inviter Memona Hintermann ? Pour ça, justement. Pour la confronter à son impuissance, à son incapacité à "changer les choses". Rien de plus distrayant que le spectacle du justicier de service, empêtré dans sa toile d'araignée. La justicière Hintermann va amuser la galerie pendant la durée de son mandat. On va la regarder danser comme un hamster dans sa roue, et nourrir l'illusion que oui, c'est possible, la Justice peut être de ce monde. Et puis pendant ce temps, au moins, les chroniqueurs médias ne s'intéresseront pas trop aux stations locales de France 3 vendues par appartements aux conseils régionaux. Il est vrai que c'est moins distrayant.

gilet multipoches

 


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : CSA, gendarme à oeillères ?

nouveau media

Hanouna / canular : C8 condamnée à une amende de 3 millions

vu publié(e) le 26/07/2017 par la rédaction

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel condamne C8 à une amende de 3 millions d'euros pour son canular homophobe diffusé dans l'émission Touche pas à mon poste le 18 mai dernier. Il s'agit de la troisième sanction en moins de deux mois contre l'émission de Cyril Hanouna. Nouvelle sanction pour...

Frappé au portefeuille, Hanouna dénonce un deux poids-deux mesures

Le gendarme de l'audiovisuel moins clément avec TPMP qu'avec les autres ?

observatoire publié(e) le 10/06/2017 par la rédaction

Mais pourquoi donc le CSA est-il si méchant avec TPMP ? Après l’annonce de la sanction du gendarme de l’audiovisuel visant C8, Cyril Hanouna se rebiffe. L’animateur a transformé son émission de jeudi soir en tribune, affirmant qu’il serait victime d'un "acharnement" du CSA. Pour "preuve...

En Marche CSA

Clips de campagne : En Marche saisit le Conseil d'Etat

lu publié(e) le 26/05/2017 par Juliette Gramaglia

La République en Marche remonté contre le CSA. Le parti d'Emmanuel Macron a décidé de saisir le Conseil d’État pour protester contre la décision du CSA fixant la répartition des temps de diffusion des clips de campagne pour les législatives. En effet, La République en Marche s'est vu ...

Tous les contenus de ce dossier >