Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Nakazawa, celui qui avait mis Hiroshima en bulles

Par le - 15h59 - chapeau !


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

C'est une dépêche AFP qui nous l'apprenait hier : "Le dessinateur japonais Keiji Nakazawa, auteur du manga autobiographique sur la guerre et la bombe atomique « Gen d'Hiroshima », est décédé le 19 décembre d'un cancer à l'âge de 73 ans".

Keiji Nakazawa naquit à Hiroshima, en 1939. Il avait six ans lorsque les Américains larguèrent la bombe A sur la ville, le 6 août 1945. Son père, ses soeurs et son frère cadet moururent dans le bombardement, sa mère décédera en 1966 des suites de l'irradiation. À partir de 1968, Keiji Nakazawa publiera plusieurs manga autobiographiques racontant son expérience de la bombe.

"Ma mère décéda à l’âge de 60 ans. Quand nous avons incinéré son corps, Elle n’avait plus d’os. J’ai pensé que le rayonnement de la bombe atomique avait détruit jusqu’à sa matière osseuse. Cela m’a révulsé. Je décidai aussitôt de faire une BD qui raconte la bombe. La BD est un média idéal pour pratiquer ce type de témoignage car le caractère immédiat de sa lecture en permet un accès facile à quiconque ", confiait en 2003 Keiji Nakazawa à Didier Pasamonik, d'ActuaBD.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <


C'est ainsi qu'en 1973 commence à paraître Gen d'Hiroshima (en japonais Hadashi no Gen, littéralement Gen aux pieds nus), son chef-d'oeuvre. Cette histoire, elle aussi basée sur ses souvenirs, est une fiction qui raconte sur 2 700 pages la vie d'une famille avant, pendant et après l'explosion de la bombe.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <


Elle a souvent été comparée au Maus d'Art Spiegelman, qui narre la déportation du père de l'auteur à Auschwitz (Art Spiegelman a d'ailleurs préfacé les éditions américaine et française de Gen). Gen d'Hiroshima a été traduit dans une vingtaine de langues.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <


En France, ce récit a paru en dix volumes chez Vertige Graphic :

nouveau media


Keiji Nakazawa a également écrit un court recueil de souvenirs intitulé en français J'avais six ans à Hiroshima le 6 août 1945, 8 h 15, publié chez Le Cherche Midi Éditeur en 2005. Tous les droits d'auteur de ce livre sont reversés à l'association Institut Hiroshima-Nagasaki dont la mission est de diffuser le message des survivants des bombardements atomiques.

nouveau media


L'occasion de lire ma chronique intitulée Le poisson-chat, la vague et l'atome.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Bande dessinée, arrêt sur bulles

nouveau media

Jean Mulatier, l'homme aux petits cailloux (2)

Ingres, Franquin, Bretécher, Depardieu, et quelques chats...

chronique publié(e) le 08/11/2014 chez Alain

Jean Mulatier est l'un des plus grands caricaturistes vivant à l’ouest de la Volga. La semaine dernière il nous racontait comment naquirent les Grandes Gueules de Pilote. Cette semaine il évoque avec nous ses dessinateurs préférés.AK : Comment avez-vous découvert Mort Drucker et toute la ...

nouveau media

Jean Mulatier, ou la caricature telle une architecture

"Uderzo a sorti une bouteille d'encre et un pinceau en poil de martre..."

chronique publié(e) le 01/11/2014 chez Alain

Jean Mulatier est l'un des plus grands caricaturistes vivant à l’est du Rio Grande, le précurseur d'un style hyperréaliste qui a dépassé les frontières. Il fut notamment l'auteur, avec ses complices Patrice Ricord et Jean-Claude Morchoisne, des Grandes Gueules publiées par l'hebdomadaire ...

Fluide Glacial Finkie

Finkielkraut : la BD, cet art mineur qu'il faut cacher

entendu publié(e) le 26/05/2014 par Vincent Coquaz

"Pourquoi ne pas aimer la bande dessinée? Mais s’en targuer c’est autre chose. C’est dire, en sous main, il n’y a pas d’art mineur." Dans l'émission de débat "Répliques" qu'il anime tous les samedi matin, Alain Finkielkraut s'interrogeait en début de mois sur les "dangers de l'...

Tous les contenus de ce dossier >