Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Starbucks / Google / fisc : l'étau se resserre (GB)

Par le - 17h30 - suivi

Le rapport de la commission parlementaire britannique sur l'abus d'astuces fiscales par des multinationales comme Amazon ou Starbucks est également sévère pour le fisc.

 

Les parlementaires du CPAC (Commons Public Accounts Committee) n'apprécient pas du tout le comportement de multinationales comme Amazon, Google, ou Starbucks qui paient un minimum d'impôts pour leurs activités en Grande-Bretagne, indique le Guardian dans un article en bas de Une.

Le quotidien critique sévèrement ces entreprises mais aussi le fisc britannique, l'HM Revenue & Customs, qui les laisse utiliser toutes les astuces légales possibles et imaginables pour éviter l'impôt.

Les médias et l'opinion publique n'apprécient pas non plus. Starbucks, sentant le vent tourner et craignant une campagne de boycott, a annoncé samedi soir qu'il allait "revoir son approche de l'impôt en Grande-Bretagne".

Jusqu'à présent, Troy Alstead, le directeur financier de Starbucks, déclarait que sa société perdait de l'argent en Grande-Bretagne depuis 15 ans, payant 8,6 millions de livres d'impôt en 13 ans pour 3,1 milliards de livres de ventes. L'astuce qui permet de justifier ce déficit - car il y a une astuce - c'est le paiement de fortes royalties versées par la filiale britannique à la maison mère pour l'utilisation de la marque Starburcks.

Guardian

 

Times, Google

 

 

 

D'autre part, signale le Times, George Osborne, le ministre des Finances britannique, entend faire contrôler les revenus de Google sur la période 2005-2011.

Il souhaite par ailleurs conclure un accord avec la France et l'Allemagne, afin d'obliger Google à payer des impôts correspondant vraiment à ses revenus dans chacun des pays concernés.

 

L'occasion de lire notre enquête Starbucks, Amazon et Google, champions de l'évasion fiscale en Grande-Bretagne, ainsi que notre Vite dit Le Parlement GB rend public le chiffre d'affaires d'Amazon.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Google, pieuvre ou idole ?

Jours

Youtube : des "miettes" reversées pour la musique (Les Jours)

suivi publié(e) le 11/04/2016 par la rédaction

Youtube en France, c’est 65% de la musique écoutée en streaming... pour seulement 10% du chiffre d’affaires du streaming. Dans une enquête en deux volets, le site Les Jours a découvert que Youtube ne reversait qu'une toute petite partie des revenus publicitaires engrangés aux maisons de ...

Plaignant

Droit à l'oubli : Google sanctionné par la Cnil

suivi publié(e) le 25/03/2016 par la rédaction

100 000 €. C'est le montant de l'amende que la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a infligé à Google pour application incomplète du droit à l'oubli numérique. Concrètement, la Cnil reproche au moteur de recherche de laisser disponibles des informations jugées ...

nouveau media

Le PDG de Google venu séduire les médias français à Paris...

... repart avec une ardoise fiscale d'1,6 milliard d'euros

observatoire publié(e) le 25/02/2016 par Vincent Coquaz

Une enveloppe de 27 millions d’euros, une meilleure visibilité dans son moteur de recherche et même un "bouclier" anti-attaques informatiques : le PDG de Google est venu à Paris les bras chargés de cadeaux pour les médias européens. Une "opération séduction" au moment où Google se bat ...

Tous les contenus de ce dossier >