Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Starbucks / Google / fisc : l'étau se resserre (GB)

Par le - 17h30 - suivi

Le rapport de la commission parlementaire britannique sur l'abus d'astuces fiscales par des multinationales comme Amazon ou Starbucks est également sévère pour le fisc.

 

Les parlementaires du CPAC (Commons Public Accounts Committee) n'apprécient pas du tout le comportement de multinationales comme Amazon, Google, ou Starbucks qui paient un minimum d'impôts pour leurs activités en Grande-Bretagne, indique le Guardian dans un article en bas de Une.

Le quotidien critique sévèrement ces entreprises mais aussi le fisc britannique, l'HM Revenue & Customs, qui les laisse utiliser toutes les astuces légales possibles et imaginables pour éviter l'impôt.

Les médias et l'opinion publique n'apprécient pas non plus. Starbucks, sentant le vent tourner et craignant une campagne de boycott, a annoncé samedi soir qu'il allait "revoir son approche de l'impôt en Grande-Bretagne".

Jusqu'à présent, Troy Alstead, le directeur financier de Starbucks, déclarait que sa société perdait de l'argent en Grande-Bretagne depuis 15 ans, payant 8,6 millions de livres d'impôt en 13 ans pour 3,1 milliards de livres de ventes. L'astuce qui permet de justifier ce déficit - car il y a une astuce - c'est le paiement de fortes royalties versées par la filiale britannique à la maison mère pour l'utilisation de la marque Starburcks.

Guardian

 

Times, Google

 

 

 

D'autre part, signale le Times, George Osborne, le ministre des Finances britannique, entend faire contrôler les revenus de Google sur la période 2005-2011.

Il souhaite par ailleurs conclure un accord avec la France et l'Allemagne, afin d'obliger Google à payer des impôts correspondant vraiment à ses revenus dans chacun des pays concernés.

 

L'occasion de lire notre enquête Starbucks, Amazon et Google, champions de l'évasion fiscale en Grande-Bretagne, ainsi que notre Vite dit Le Parlement GB rend public le chiffre d'affaires d'Amazon.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Google, pieuvre ou idole ?

nouveau media

Google ne suggère rien de négatif sur Trump et Clinton

En France, Sarkozy le "menteur" et Hollande le "gros lard"

observatoire publié(e) le 29/09/2016 par Robin Andraca

Trump le complotiste a récidivé. Lors d'un meeting organisé dans le Wisconsin, deux jours après un débat où ses mensonges ont été dénoncés par la plupart des médias américains, Trump a accusé Google de favoriser Clinton. Comment ? En gommant les scandales touchant la candidate dans son ...

Libération Juncker Google

Juncker sur Youtube : opération séduction ou lobbying de Google ?

Ou les deux...

suivi publié(e) le 24/09/2016 par Anne-Sophie Jacques

Qui de Google ou de la Commission européenne est à l’origine de l’entretien de son président Jean-Claude Juncker mené par des Youtubeurs ? Autrement dit : l’exercice était-il pour la firme américaine – et maison mère de Youtube – un moyen de se faire bien voir de la Commission ou ...

Juncker Youtube

Opération Juncker : l'esprit Youtubeurs terrasse Google

chronique publié(e) le 19/09/2016 chez les matinautes

"Confier à quelqu'un qui a été ministre des Finances 18 ans du plus grand paradis fiscal en Europe la mission de lutter contre l'évasion fiscale, est-ce que ce ne serait pas désigner comme chef de police un braqueur de banque ?" Bigre. Le Luxleaks, mais aussi les perturbateurs endocriniens, ou ...

Tous les contenus de ce dossier >