Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Dijonscope en redressement judiciaire

Par le - 17h38 - suivi

Quel modèle économique pour la presse régionale en ligne ? Dijonscope - auquel nous avions consacré une émission et un article - est en redressement judiciaire depuis novembre, ce qui lui permet de geler ses dettes. Créé il y a trois ans, le site a renoncé à la pub en 2011 pour ne plus "subir la pression des annonceurs". Depuis, il fonctionne sur abonnement (5 euros par mois).

"Indépendance totale de la rédaction, publi-reportages bannis, déjeuners, cadeaux et voyages de presse prohibés". Le site Dijonscope se démarque par ses valeurs journalistiques, mais peine à être rentable.

Sabine Torres, la fondatrice du site, se donne encore deux ans pour atteindre 3 500 abonnés annuels. Ils sont actuellement un millier.

 

Dijon_scope


Pourquoi si peu d'abonnés ? "Ce n'est pas un échec. Il faut du temps pour que cela se mette en place, Mediapart a mis 3 ans pour atteindre son objectif d'abonnés", souligne la fondatrice du site qui regrette de ne pas avoir mis en place des abonnements "avec reconduction tacite". "On serait à 2000 abonnés annuels si on avait mis en place ces abonnements", dit-elle.

Torres mise aujourd'hui sur une refonte du site avec "un accès aux abonnements plus simple", "plus d'interactivité", "une page de contributions d'abonnés", "des alertes sms pour les lecteurs", ou encore des événements auxquels pourront participer les abonnés - "on profite d'être en région". C'est un pari, puisque l'abonnement devrait passer à 7 euros par mois en janvier. "On monte en gamme, on augmente l'abonnement, c'est normal."

Autre voie explorée, l'ouverture du capital. "Il faut que j'arrête de faire la fière, de tout faire toute seule", sourit Torres. Une procédure d'ouverture du capital est donc en cours. "On a un capital de 10 000 euros, il nous faut 400 000 euros, il s'agirait d'un bouquet d'investissement, à hauteur de 49% au total", explique-t-elle. Qui pourrait entrer dans le capital de Dijonscope ? Torres ne veut pas dévoiler de nom pour l'instant. "Cela pourrait être des médias nationaux ou des industriels bourguignons." Ne craint-elle pas pour l'indépendance du site ? "Les industriels n'auront pas leur mot à dire sur les choix éditoriaux, et il faudra qu'ils signent la charte éditoriale."

"Si ça ne fonctionne pas dans deux ans, alors ça voudra dire que la société ne veut pas du nous, que les gens préfèrent lire Gala ou Voici", lâche la fondatrice de Dijonscope. "Mais les gens ne sont pas des ânes, j'ai confiance."


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Locales et localiers, hier et aujourd'hui

nouveau media

L'opposition au FN a-t-elle vraiment plombé "La Voix du Nord" ?

Le tacle du maire frontiste Steeve Briois démenti par les chiffres

enquête publié(e) le 04/01/2017 par Manuel Vicuña

Près d'un quart des journalistes sur la sellette, une réorganisation complète du journal... la Voix du Nord s'apprête à lancer un plan social de grande ampleur, annoncent ce mercredi Les Echos. En guerre ouverte contre le quotidien, le maire FN d'Hénin Beaumont Steeve Briois a saisi l'occasion...

nouveau media

Suicide et vie privée : un hebdo local retiré des kiosques

"Je considère l'Oise comme une nation, et Oise-Hebdo comme un journal national"

observatoire publié(e) le 18/08/2015 par Robin Andraca

Oise Hebdo, magazine local habitué aux unes morbides ou racoleuses, a été condamné pour atteinte à la vie privée à... retirer son dernier exemplaire des kiosques par le tribunal de grande instance de Beauvais. En cause : un article évoquant le suicide d'un ancien commerçant de la ville. L'...

Cyrulnik petite enfance

Ménard, Cyrulnik, et les "tocards"

chronique publié(e) le 22/05/2015 chez les matinautes

Quel talent, tout de même, ce Ménard, pour faire la Une tous les deux jours. Après les Robocops de sa police municipale, après ses statistiques ethniques en calcul mental, voici "Ménard insulte les journalistes locaux". C'est Libé qui raconte, comment le maire de Béziers, élu avec le soutien...

Tous les contenus de ce dossier >