Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

18h02 suivi

Quatremer (Libé) contre Pulvar et Pigasse

Par Gilles Klein le 15/07/2012

Placer Audrey Pulvar à la tête des Inrocks est un "message terrible pour la presse française" selon Jean Quatremer. France Inter et France 2 ont renoncé à collaborer avec Audrey Pulvar, car elle est la compagne du ministre Arnaud Montebourg, mais, souligne le correspondant de Libération à Bruxelles, Matthieu Pigasse propriétaire des Inrocks n'a pas ces "scrupules".

Appeler un chat un chat. Pour Jean Quatermer, la nomination, par un patron de presse et banquier "de gauche" de la compagne d'un ministre à la tête d'un hebdo culturel et politique de gauche relève de la pure et simple "connivence".

"Matthieu Pigasse, ancien conseiller de Dominique Strauss-Kahn lorsque celui-ci était ministre des Finances (1997-1999) et dont l’engagement socialiste n’est pas un mystère, n’a manifestement pas les scrupules du service public, comme le montre sa décision d’embaucher Pulvar, écrit Quatremer. Il ne s’agit pas d’un acte manqué : il y a quelques mois, il n’a pas hésité à nommer à la tête du Huffington Post (dont il est copropriétaire avec Le Monde et la maison-mère américaine du site, ndlr) Anne Sinclair, l’épouse de DSK et ancienne «star» du journalisme, ce qui a été vécu par la profession comme une provocation."

nouveau media

"Le message qu’envoie Pigasse, ce nouveau «Citizen Kane» de 43 ans (qui, selon les rumeurs, serait intéressé par le rachat de Libération et est donc susceptible de devenir un jour mon patron), est terrible pour la presse française : il indique brutalement aux journalistes que c’est celui qui possède l’argent qui décide et que les questions d’indépendance et de déontologie journalistique ne l’intéressent absolument pas."

Le journaliste de Libé a un contentieux avec le couple Pulvar-Monterbourg. En mai, après avoir ironisé sur l'interview d'Harlem Désir, numéro 2 du PS, par Pulvar sur le plateau de Laurent Ruquier, il s'était livré à un échange très acide sur Twitter avec la journaliste-chroniqueuse, qui n'avait pas du tout apprécié ses critiques. Et en décembre dernier, Quatremer et Montebourg avaient déja croisé le fer, toujours via Twitter, lorsque le correspondant de Libération avait souligné que le Front National et Montebourg avaient soutenu la décision de la Grèce d'organiser un référendum sur le plan de rigueur imposé par l'Europe.


Abonnez-vous !
|