Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

TV : licencié pour un jeu de mot raciste

Par le - 17h27 - lu

Un journaliste d'ESPN a été licencié pour un jeu de mots à caractère raciste affiché sur le site de cette chaîne américaine spécialisée dans le sport.

 

"A chink in the armor" (Une brèche dans l'armure) titre le site ESPN avec une photo de Jeremy Lin, joueur américain d'origine chinoise de l'équipe de basket de New York. Mais "chink" est aussi un terme argotique pour désigner un asiatique

Placé sur la version mobile du site d'ESPN, le titre n'est resté en ligne que que 35 minutes, au milieu de la nuit, entre 2h30 et 3h05 du matin dans la nuit de samedi à dimanche.

Mais la chaîne a réagi rapidement. ESPN a présenté ses excuses sur le site, et annoncé une enquête interne. Quelques heures plus tard, le journaliste concerné, Anthony Federico, qui travaillait pour ESPN depuis 2006, était licencié.

 

nouveau media

 

nouveau media

Et au passage, ESPN a suspendu pour 30 jours, un autre journaliste, le présentateur Max Bretos qui avait utilisé la même expression la semaine dernière, à l'antenne.

"Ma femme est asiatique, je n'aurais jamais intentionnellement dit quelque chose qui puisse la choquer, elle ou sa communauté." a écrit Bretos sur son compte Twitter.

 

L'affaire a fait la Une du quotidien populaire Daily News, lundi 20 février, car Jeremy Lin, américain d'origine taiwanaise est très célèbre. En page 3, le quotidien cite Federico: le journaliste licencié explique que c'était son dernier titre, avant de rentrer chez lui se coucher. Il présente ses regrets et se défend de toute idée de racisme, tout en assurant avoir utilisé l'expression des centaines de fois dans ses titres au cours des dernières années, sans que personne ne bouge. Mais cette fois la communauté américaine asiatique a réagi et le scandale a vite pris de l'ampleur.

Federico se dit aussi, doublement désolé, d'abord parce qu'il admire le joueur, et qu'il est un fan de son équipe, les New York Knicks, et par ailleurs, parce qu'il a en commun avec Lin, le fait d'être chrétien et de se revendiquer comme tel


nouveau media nouveau media

"ESPN vire l'auteur d'un titre raciste" titre le quotidien Sports (Canada). "Le journaliste d'ESPN : le titre était une erreur involontaire" titre le Chicago Sun-Times.

nouveau media nouveau media

Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Sport : journalistes ou supporters ?

nouveau media

Unanimisme JO : les journalistes aussi ? (Le Monde)

lu publié(e) le 15/09/2017 par la rédaction

Quand on couvre la candidature de Paris aux JO, le fait-on en journaliste ou en Français ? Manifestement, l'équipe française de Paris 2024 considère qu'on doit le faire en Français. C'est ce que raconte,dans un billet publié aujourd'hui, Yann Bouchez, journaliste au Monde et envoyé spécial ...

nouveau media

Ronaldo mis en examen : deux poids deux mesures dans la presse sportive espagnole

... selon qu'elle soit pro-Real ou pro-Barça

observatoire publié(e) le 01/08/2017 par Manuel Vicuña

La mégastar du Real Madrid, Cristiano Ronaldo, poursuivie pour fraude fiscale ? Voilà une affaire traitée avec le maximum de bienveillance par Marca, le quotidien sportif... pro-Real Madrid. Bienvenue en Espagne, où la très florissante presse sportive exalte les rivalités footballistiques, ...

PSG-Barcelone : mauvais prono pour les commentateurs de Canal+

vidéo publié(e) le 09/03/2017 par Robin Andraca

Loupé. Pour les commentateurs de Canal+, qui diffusaient hier soir en exclusivité les huitièmes de finale retour de Ligue des champions entre le Paris-Saint-Germain et le Barça, pas de doute : après avoir inscrit un but, et remporté le match aller 4 buts à 0, le PSG était sûr de se ...

Tous les contenus de ce dossier >