Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Crise : l'Allemagne responsable ? (BBC)

Par le - 15h29 - suivi

L’Allemagne, responsable de la crise de l'Euro? La crise économique est généralement imputée aux pays du Sud, réputés pour leur laxisme budgétaire. Mais le site de la BBC racontait une bien autre histoire ce week-end. Selon le site, les gouvernements allemand et français sont les premiers responsables, et l'histoire de la seconde guerre mondiale n'y est pas pour rien...

 

Le titre est vendeur: "L'Allemagne a-t-elle semé les graines de la crise en Europe?", se demande le site de la BBC. Une accroche un peu exagérée: l'auteur explique en réalité que les gouvernements européens (France et Allemagne en tête) portent une responsabilité commune. Mais il tient à démonter une idée reçue: "ce n'est pas le comportement des pays du Nord qui a plongé l'Europe dans la crise".

Premier rappel: l’Allemagne a enfreint les règles budgétaires dès 2003, devenant ainsi le premier pays à rompre le Pacte de stabilité et de croissance. Mais la France aussi était déjà sortie des clous en 2003 avec un déficit budgétaire dépassant 3% du PIB. Logiquement, la Commission européenne aurait du sanctionner les deux pays. Mais les ministres des finances de la zone euro réunis à Bruxelles avaient alors tranché en faveur du laxisme, sans sanction, et sans renforcement des règles.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <


Selon l'ambassadeur britannique de l'époque, John Grant, c'est cette impunité de l'Allemagne et de la France qui a tout déclenché, en donnant un signal de laxisme aux autres pays. "Si les chefs ne s'imposent pas de rigueur à eux-même, ils ne vont pas insister pour renforcer le traité", ajoute l'ancien ministre des finances grec Peter Doukas.

Mais selon l'auteur, le problème de la gouvernance européenne est plus profond. Il a des racines historiques: les souvenirs douloureux du nazisme auraient conduit l'Allemagne à refuser une position dominante dans les premiers temps de la construction européenne. Un leadership qui rattraperait aujourd'hui l'Allemagne contre son gré.

Pour réviser votre politique allemande, visitez le remix de nos émissions sur l'Allemagne.

(Par Julie Mangematin)

 


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Allemagne, épouvantail ou modèle ?

Villeret Apfelstrudel

Mélenchon , auto-kaput

le neuf-quinze publié(e) le 09/12/2014 par Daniel Schneidermann

Ca vous dirait, une petite guerre  ? Une bonne guerre ! Il y en a un à qui ça ne déplairait apparemment pas, c'est Mélenchon. Une bonne guerre pour mettre enfin la pâtée aux boches, comme en 14, comme en 40, une bonne der des ders. Une bonne guerre avec cette Merkel, à qui il vient d'intimer...

Grässle Mélenchon

Pujadas et son étranger

le neuf-quinze publié(e) le 05/12/2014 par Daniel Schneidermann

C'est une séquence incontournable. A la fin de Des paroles et des Actes, arrive toujours "le regard de l'étranger". Car il faut vous en souvenir, insouciants compatriotes, l'étranger nous regarde. Et nous l'accablons, l'étranger. Nous l'atterrons, avec nos rengaines de cigales. Il nous démasque...

nouveau media

Merkel-Draghi : qui a appelé qui ?

ça reste à vérifier publié(e) le 04/09/2014 par Robin Andraca

L'étonnant coup de fil de Merkel à Draghi. A moins que ce ne soit le contraire ? La presse semble avoir un peu de mal à s'accorder. Le 1er septembre, Frédéric Lemaître, correspondant du Monde à Berlin, reprend une information de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel : Angela Merkel aurait ...

Tous les contenus de ce dossier >