Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Sarkozy / syndicaliste "retenu" : 7 gendarmes en examen

Par le - 11h42 - suivi

Pour avoir empêché un syndicaliste de manifester, sept gendarmes ont été mis en examen. Le Journal du Centre, relayé par Rue89, a révélé hier que les militaires se voient reprocher d'avoir participé à l'interpellation, lors d'une visite de Nicolas Sarkozy en Auvergne le 25 novembre 2010, de Frédéric Le Marrec, un éducateur membre du syndicat Sud.

Le syndicaliste avait prévu d'aller manifester contre la visite présidentielle et contre la réforme des retraites. Au lieu de quoi, arrêté à la sortie de son travail, il avait été retenu à la gendarmerie toute la matinée. A la suite d'une plainte de sa part, une instruction pour "arrestation arbitraire" avait été ouverte. Citée par l'AFP, une responsable syndicale ne veut pas que la justice s'en tienne là : "On se doute bien que les gendarmes ont agi après un ordre venu de plus haut. On ne veut pas que ce soient des fonctionnaires de base qui payent pour ceux qui ont donné les consignes."

Gendarmes mis en examen - journal du centre - 14/12/11

Il est vrai que les déclarations de Pierre Monzani , préfet de l'Allier de l'époque, laissent peu de doutes sur son implication. Voici ce qu'il déclarait, comme le rappelle Rue89 : "Il n'y a pas eu d'arrestation, il n'y a pas eu de garde à vue. C'est un non-événement. (...) Ce qui est intéressant dans cette affaire, c'est l'exploitation qu'on essaie d'en faire: on présente une mesure d'ordre public, par rapport à des affichages illégaux etc., comme une mesure qui serait attentatoire aux libertés. (...) Nous sommes en plein délire paranoïaque de valorisation d'une action gauchiste." Monzani s'en prenait directement "aux gauchistes qui essayent d’utiliser cet évènement", les traitant de "minables". Il assurait que le syndicaliste avait été inquiété par les gendarmes pour avoir collé illégalement des affiches et qu'il était resté avec les gendarmes "de son plein gré".

Cette bizarre arrestation arbitraire avait été relevée par notre envoyé spécial au Sarkozistan comme symptomatique des rapports entre l'Homme Fort, sa police et ses opposants.

A propos, c'est le moment, plus que jamais, de commander notre nouveau, "l'interview impossible" de l'Homme Fort. Pour le commander, c'est ici.


Abonnez-vous !
|