Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Mam a appelé Ben Ali pendant ses vacances

Par le - 13h03 - suivi
Canard mam

Deux nouvelles révélations de presse mettent à mal, une nouvelle fois, la version élaborée par la ministre des Affaires étrangères de ses vacances tunisiennes. Contrairement à ses premières déclarations, Michèle Alliot-Marie a téléphoné à l'ex-président Ben Ali, pendant son séjour à Tabarka. Pendant ce même séjour, ses parents ont acheté des parts de Société Civile Immobilière à l'homme d'affaires tunisien qui avait prêté son jet privé à la famille, contredisant ainsi le caractère "fortuit" de ces voyages aériens.

Mediapart révèlait hier que la ministre des Affaires étrangères s'est entretenu avec l'ex-président de Tunisie Ben Ali alors qu'elle était en vacances à Tabarka, et alors même que la répression contre les manifestations faisait rage. Le ministère des Affaires étrangères a confirmé à Médiapart l'existence de cette conversation.

Cette révélation remet en cause ce qu'avait dit jusqu'à présent la ministre : elle assurait n'avoir eu "aucun contact privilégié" avec Ben Ali avant sa fuite.

Mediapart

"Lors de cet entretien, le président Ben Ali a-t-il demandé l'assistance de la France pour mater la rébellion?", demande Mediapart. "Une source au Quai d'Orsay" dément, selon le site. Deux semaine plus tard, à l'Assemblée Nationale, la ministre proposait au gouvernement tunisien "le savoir -faire reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité".

Autre révélation, celle du Canard enchaîné d'aujourd'hui : les parents de Michèle Alliot-Marie ont profité de leur voyage pour racheter des parts d'une société civile immobilière détenue par Aziz Miled, homme d'affaire proche du régime, propriétaire d'un jet dans lequel la ministre a voyagé quatre fois lors de son séjour.

Epinglée pour avoir profité du jet de Miled, Mam avait pourtant semblé assurer que la rencontre avec lui, le 29 décembre, à l'aéroport de Tunis, était fortuite.

Les parents de Mam étaient déjà associés minoritaires (avec environ 13% du capital) dans la société civile immobilière (SCI) Ikram dont étaient propriétaires Miled et son fils Karim. Selon le Canard enchaîné, les Miled leur ont vendu, le 30 décembre, à Tabarka, toutes leurs parts de la SCI. La ministre était alors présente dans l'hôtel, propriété de Miled. Cette SCI serait propriétaire d'un appartement, dont la surface n'a pas été précisée. Par ailleurs, les factures du séjour de la famille Alliot-Marie à l'hôtel appartenant à Aziz Miled, et dont la ministre affirme qu'elles ont été acquittées par ses parents, n'ont toujours pas été produites.

"Leur vie privée leur appartient. Les acquisitions qu'ils effectuent pour eux-mêmes ne concernent qu'eux, et personne d'autre", a réagi la ministre dans un communiqué. Dans un communiqué transmis à l'AFP, son père, Bernard Marie, s'est expliqué sur cette transaction. "M. Miled est un de mes amis. Les transactions que nous menons mon épouse et moi avec lui ne regardent et n'engagent que nous", a-t-il expliqué.

Le Canard révèle par ailleurs d'autres amitiés françaises, socialistes, de l'homme d'affaire Miled : la socialiste Elisabeth Guigou préside le comité de parrainage politique de l'institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipremed), dont Miled est précisément un des financiers, mais aussi le vice-président du conseil national de surveillance.

Dans ce contexte, Le Monde, qui vient de changer de directeur, publie un virulent éditorial, dans le journal daté de jeudi, dans lequel il appelle clairement à la démission de la ministre. "Cette affaire n'a rien d'illégal. Elle est tout simplement scandaleuse. Et dangereuse. Elle témoigne de l'indifférence d'une des principales ministres du gouvernement à ce qui devrait être une évidence : on ne peut exercer de telles fonctions sans être au-dessus de tout soupçon. Ne pas le comprendre, c'est saper tout respect vis-à-vis de l'autorité publique".


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Révolutions arabes : dure dure, la liberté

Couverture - L'Egypte de Tahrir - Claude Guibal

Egypte : censure du livre d'une journaliste de Radio France

à l'étranger publié(e) le 09/08/2015 par Justine Brabant

Les Egyptiens ne pourront pas lire L'Egypte de Tahrir. Le livre de l'ancienne correspondante de Radio France en Egypte Claude Guibal (co-signé avec le journaliste de Reuters Tangi Salaün) a été retiré des rayons, rapporte Ahram Online. En cause : une phrase de la préface interprétée comme ...

Campagne Amnesty - Al-Jazeera - 01

Egypte : libération d'un journaliste d'Al-Jazeera

suivi publié(e) le 02/02/2015 par Justine Brabant

Une expulsion en forme de libération. Après 400 jours en prison, le journaliste de la version anglaise de la chaîne Al-Jazeera, Peter Greste, a été expulsé du territoire égyptien, sur ordre du président Al-Sissi. Il avait été condamné à sept ans de prison pour "soutien" aux Frères ...

lemondetamarrod

Egypte : Le Monde et Libé dévoilent les dessous du mouvement anti-Morsi

Disgrâce médiatique pour le coup d'Etat ?

enquête publié(e) le 17/07/2013 par David Medioni

"Complot" anti-Morsi, avec la complicité de riches industriels ? Passé le feu de l'actualité, Libération et Le Monde reviennent ce mercredi 17 juillet sur la chute du premier président démocratiquement élu d'Egypte. Un début de disgrâce médiatique, pour ce coup d'état militaire soutenu ...

Tous les contenus de ce dossier >