"XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Les créateurs de "mooks" en débat sur notre plateau

@rrêt sur images, émission Par la rédaction publié dans le dossier : "Hors formats" : notre série d'été discuté depuis 12:10 le 03/08/2012

A mi-chemin entre le livre et le magazine, un drôle de produit hybride prolifère ces temps-ci sur les tables des librairies. Ce sont les revues bimestrielles, trimestrielles, semestrielles proposant des articles fouillés, dégagés de l'actualité, souvent somptueusement illustrés. Ces revues se dégagent aussi spectaculairement des formats médiatiques habituels. Il était donc naturel de consacrer une émission à ces revues dans notre série d'été sur le hors-format. Et si vous ne savez pas ce qu'est un "mook", lisez d'abord notre enquête sur ces drôles d'objets éditoriaux.

Ces revues représentent-elles l'avenir de la presse ? En cherchant à se dégager des formats médiatiques traditionnels, ne sont-elles pas en train de créer leur propre format ? Pour répondre à ces questions, trois représentants de ces revues sur notre plateau : Patrick de Saint-Exupéry, rédacteur en chef de la revue XXI, Adrien Bosc, fondateur de la revue Feuilleton, et Marc Fernandez, rédacteur en chef de la revue Alibi.

L'émission est présentée par Daniel Schneidermann, préparée par Sébastien Rochat
et déco-réalisée par Mireille Campourcy et Dan Israel.... > Lire l'intégralité du texte
Participations votées d'utilité publique sur ce sujet

Par Yanne

Car aux lignées condamnées à Cent ans de Solitude, il n'est pas donné sur cette terre de seconde chance.

Merci pour cette émission qui a permis de comprendre mieux la genèse des mooks, et spécialement de XXI, la revue XXL.

Dommage que vous n'ayez pas abordé vraiment la spécificité qui est proprement littéraire, dans le sens où il y a une vision du monde qui passe par l'intérieur. Je me souviens du numéro 1 de XXI, où il y avait un article d'Emmanuel Carrère sur d'étranges et sombres liaisons entre un sculpteur russe et le maire de la petite ville de Bretagne où je suis allée au lycée.
C'était comme soudain cette ville au fin fond de nulle part, rejoignait l'Histoire, avec des questions sur la Guerre Froide, et un monde qui paraissait tellement étranger.
Le maire en question s'est fait jeter comme un malpropre aux élections suivantes. Et lorsque je retourne chez mes parents, je passe devant la statue de Jean Paul II, et je repense à tout cela. Et d'ailleurs, je n'avais rien compris, mais je ne pense pas que Carrère voulait dire quelque chose de plus que ce que j'ai compris. Parce que cette histoire ne saurait vivre que dans le secret.
Comme d'habitude, il voulait parler de nos mondes qui sont comme des éventails pliants, Quand ils sont repliés, et secrets, tout est si petit, chaque pli nous met si prêts les uns des autres. Et lorsque l'éventail s'étale, pour nous donner de l'air, soudain, il s'étend, tous les plis s'aplatissent, s'éloignent les uns des autres, et la cohérence se perd. Tout devient flou, et pourtant le dessin qui est peint apparaît dans une telle beauté.....

En ce sens, XXI est l'éventail du monde, Il déploie la splendeur et l'aventure du monde sous nos yeux. C'est de la vraie littérature. Quand une histoire y est racontée en BD, c'est comme si c'est nous qui nous trouvions dans ces constructions graphiques. Nous vivons avec ces gens dont on raconte l'histoire. Une ambiance est rendue, que ce soit en mots ou en dessin, et c'est comme s'il nous était donné de pouvoir relire le monde, même si on connaît déjà cette partie de l'histoire. Nous sommes ailleurs.

XXI, c'est comme quand on lit la dernière phrase de Cent ans de Solitude, de Gabriel Garcia Marquez, qui ne fait qu'illustrer le titre du livre. Et pourtant, vous vous dites que vous n'aviez pas tout suivi. Soudain, tout devient clair, et c'est comme si le livre se retournait entièrement, comme si une belle mosaïque se reconstituait,
Dans ce tumulte de l'histoire et du monde de Macondo, vous réalisez soudain que nous sommes tous seuls face à notre propre histoire.
Que c'est nous et notre regard qui faisons le monde.... Qu'il n'est question que de nous; le lecteur, qui nous débattons là-dedans.

XXI, ce n'est pas Actuel, c'est tout-à-fait autre chose, même si la filiation est évidente....
> Lire ici > Lire en contexte

Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Vous avez raison: l'élément important reste le contenu et il semble que celui de XXI soit de qualité.

Il n'empêche que St-Ex' est un marketeux huileux manipulateur et pervers en présentant son format comme un travail inédit, fruit de sa géniale invention sans jamais avoir pompé ni à droite ni à gauche.
Tandis que Adrien Bosc de Feuilleton était beaucoup plus humble en se référant à la tradition de la presse anglo-saxonne (en particulier le New Yorker) et Marc Fernandez l'était tout autant en se référant à XXI.

Pire, Quand Bosc et Fernandez parlent de leur initiative basée sur l'envie et le plaisir quitte à innover un peu, beaucoup, ou pas trop; le St-Ex' nous fait une tirade qui nous tire les larmes des yeux mais sur laquelle je m'étrangle: l'impérieuse nécessité toujours renouvellée d'innover et d'emprunter des chemins de traverse.
C'était beau comme une pub de Nike: "soyez vous même", "changez le monde", "l'innovation est le coeur de notre métier" donc soyez original comme nous le sommes en achetant en masse comme des moutons nos produits originaux.

Cerise sur le gâteau, quand Daniel Schneidermann la question de la ressemblance entre leur format: Fernandez, debout, se prend en pleine face la remarque, tandis que St-Ex' joue les huileux, abandonne ses petits camarades concurrents dont il a pourtant dit qu'ils n'étaient pas une concurrence et sur lesquels il avait un regard bienveillant, en les enfonçant indirectement et en déroulant son discours marketing: "Nous, à XXI, nous sommes vraiment différents car ... bla bla bla bla bla".

J'ai même pas retenu ses arguments tellement c'était du vent.

Mais bon libre à vous d'avoir été subjugué par St-Ex' et son marketing qui flatte la croupe du veau de bobo en lui expliquant que s'il lit son journal c'est que c'est un intellectuel.
J'étais d'ailleurs déçu que D.Schneidermann lui passe ainsi les plats.

Ces réflexions sont indépendantes du contenu de XXI. Mais bon......
> Lire ici > Lire en contexte

Par Eric

La fin de la presse démocratique

"Ces revues représentent-elles l'avenir de la presse ? "

Oui, mais d'une presse réservée à une "élite" intellectuelle et socio-économique. Ce phénomène acte la fin de la presse écrite comme outil de la démocratie, avec la subsistance de publications de "niche", très coûteuses et exigeantes, donc réservées à la bourgeoisie intellectuelle (cf. "La Fin des journaux" de Bernard Poulet)....
> Lire ici > Lire en contexte
Tous les commentaires (73)
Par Lucas Taïeb

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Ah ben voilà enfin de belles oeuvres chroniquées !!! Et elles ne viennent pas d'internet, comme quoi l'avant-garde ne vient pas forcément de là où on croit, hé hé.
Par Néophyte Atterré

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Elles auraient put utiliser l'internet comme outil avec des chroniques recomptés sur vidéo et consultable sur un site payant
ou alors simplement diffusée en PDF ce qui aurait été bon pour l'environnement

Ceci étant dit, c'est une idée originale surtout dans le monde de l'instantané dans lequel nous vivons où les informations se succèdent sans laisser place à un peu de logique, de discernement et d'analyse d’enquête

On redécouvre ce qui existait autre-fois
Par galanga

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Vu l'impact ultra-polluant des batteries des liseuses et tablettes, sans compter la consommation électriques des serveurs informatiques gigantesques nécessaires pour contenir et diffuser les livres électroniques, j'ai comme un doute sur le "ce qui aurait été bon pour l'environnement" du PDF, ePub et consort.
Par Néophyte Atterré

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
Vu l'impact ultra-polluant des batteries des liseuses et tablettes, sans compter la consommation électriques des serveurs informatiques gigantesques nécessaires pour contenir et diffuser les livres électroniques, j'ai comme un doute sur le "ce qui aurait été bon pour l'environnement" du PDF, ePub et consort.

Il est vrai qu'une déforestation massive engendrée par la demande de papier nécessaire pour écrire ces mensuels/trimestriels qui ne serviront qu'un certain temps (le temps de le lire), sans parler des encres, essence pour l'acheminement, divers pollutions dut à ces transports etc... sont du meilleurs effets.
Si pour vous l'impacte de l'ordinateur et d'internet est très polluant, pourquoi avoir un ordinateur, internet et être abonné à un site d'info en ligne ? Suivant vos indications concernant l'usage des serveurs, tablettes etc... un abonnement à Charlie Hebdo vous aurait ravi

Sérieusement, concernant les batteries, il y a des collectes des recyclages concernanat la durée de vie des batteries, je vous prpose de revoir l'émission où l'on parle de la durée de vie des ampoules électriques. Concernant les consommations électriques des serveurs c'est une hérésie, des serveurs existent déjà et la consommation est variable. Quand à parler de "serveur gigantesque" pour du PDF vous déraisonnez gravement

Gardez les pieds sur terre



Modifié 1 fois. Dernière modification le 22:52 le 03/08/2012 par rbruno59.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Plutôt que d'être inutilement agressif, ce serait pas plus constructif de se renseigner plus avant ? Le problème écologique livre versus numérique n'est pas si simple.
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

surtout quand c'est Hachette qui finance l'étude x-)
Par Néophyte Atterré

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Ce que j'ai remarqué, SURTOUT c'est que rien n'est indiqué sur ce blog sur l'origine de cette étude,
Qui dit que ce ne sont pas des âneries, une études bidonnés (Genre piège à Gogo)
Je suis toujours vigilent face à une "étude" que l'on souhaite me soumettre

Pour le reste, il m'a été répondu aussi d'une manière pas très orthodoxe. voir ainsi mon avis balayé d'un trais par quelques réflexions, j'ai montré que je pouvais en faire autant
Si j'étais dans l'erreur, il aurais put m'en faire une argumentation, m'en expliqué pourquoi avec les liens de ces études pour corroborer ses dires. J'ai répondu du Tac au tac
Surtout que dans l'émission de la semaine dernière, il était question de vidéo filmé par des gens pour exprimer leur opinions, là aussi on peut parler d'énergie consommer, du coût des batteries des tablettes....
Rien ne dit que dans l'avenir des recherches soient entreprises afin de produire des batteries à bas coût ayant une plus haute autonomie et consommant moins d’énergie. quand au PDF parler d'un stockage IMPORTANT est une hérésie, la taille d'un fichier PDF n'atteindra jamais celle d'une vidéo ou alors le fichier PDF serait indigeste
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Sauf qu'il ne s'agit pas que d'une étude (le problème ne s'y résume pas), et que même avec des chiffres différents le match numérique/papier n'est pas évident à départager (par exemple).
Je ne dis pas que les choses sont certaines ("c'est le livre qui est mieux"), simplement que prendre en compte tous les éléments montre qu'il n'y a pas l'évidence qu'on pourrait croire, et qu'il vaut mieux être prudent. Rappelons-nous par exemple que les entreprises ont tout intérêt à mettre en avant les échanges numériques pour faire des économies de courrier (et de personnel), mais en se faisant passer pour écolo !
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
le match numérique/papier n'est pas évident à départager (par exemple).

Encore une fois, dans cet article le problème n'est pas embrassé dans sa globalité et est complètement biaisé en faveur du livre:

- les tablettes ne servent pas uniquement à lire des livres, mais aussi de la presse quotidienne et des blogs. Ce qui augmenterait considérablement la production équivalente de papier.

- les tablettes ne servent pas uniquement à lire de la presse et de la librairie. La convergence numérique fait que de plus en plus votre "gadget numérique" est à la fois une liseuse, un appareil photo, un GPS, un téléphone, un terminal internet (mail, web, ftp, skype, p2p, etc), un outil de travail (tableur, présentation, etc.).
Ainsi, la "rentabilité" d'un support informatique pour la lecture de livres doit être établi au prorata de son utilisation efficiente sur la lecture de bouquin: en d'autre termes, toute une partie importante de son impact écologique dévolu aux usages transversaux est à soustraire de son impact total.

- les lecteurs de livres numériques n'achètent pas nécessairement une liseuse numérique spécifique mais utilisent très souvent des terminaux qu'ils possèdent déjà: smartphones, portables, ordinateurs, etc. Et on retombe sur le deuxième point: la convergence numérique qui fait que les terminaux n'ont pas qu'une seule tâche et que la lecture des livres numériques ne représente qu'une partie mesurée de leur impact écologique total.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Ce qui n'efface pas le problème des métaux lourds (depuis les conditions d'extraction jusqu'à l'épuisement des ressources), de la consommation des serveurs, du renouvellement constant des matériels, etc.

On peut retourner le problème dans tous les sens, rien n'est idéal ; et il ne sert à rien de faire un match pour obtenir à tout prix un vainqueur, mais plutôt d'être attentif à ce que toutes les filières cherchent à s'améliorer.
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

On peut voir également qu'il y a des filières qui sont appelées à disparaître ou dont certains peuvent se passer dans l'intérêt d'un bilan carbone moindre: si vous êtes, de toute façon, obligés de posséder un ordinateur de part votre profession et que d'autre part, votre ordinateur est capable de jouer de la musique, des films, des jeux et des livres; alors vous n'avez plus besoin d'acheter et de renouveler votre chaine hi-fi, votre télé, votre lecteur dvd, votre lecteur blu-ray, et de faire produire du papier.
C'est tout ça d'écologiquement économisé.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Et comme ça, quand il n'y aura plus de métaux lourds pour fabriquer les ordinateurs...
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

vous essayer de faire croire que je juge les ordinateurs non polluants?
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Non, je vous dis juste qu'il n'y a pas lieu de faire l'apologie d'une filière par rapport à une autre, que les problèmes peuvent être jugés aussi importants à propos des deux, et que les problèmes écologiques ne se limite pas à un bilan carbone dont il suffirait d'établir le palmarès (si tant est que ce soit effectivement strictement faisable).
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
les problèmes écologiques ne se limite pas à un bilan carbone

Vous avez raison: je n'ai qu'à peine parlé des métaux lourds présents dans les encres et du chlore pour blanchir le papier et pas du tout de l'utilisation de l'eau.

Comprenez bien que je ne milite habituellement pas spécialement pour le livre numérique et l'éradication du livre papier.
Par contre, je trouve discutable qu'on balance des études et des articles complètement bidons et totalement partisans en lâchant un "c'est plus complexe que les apparences" en faisant le regard du type mystérieux qui regarde sur les côtés.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Venant de quelqu'un qui a fourni des chiffres totalement fantaisistes dans un autre commentaire…
Il est des arguments qui ne s'écartent pas par un simple appel au "partisan".
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
Venant de quelqu'un qui a fourni des chiffres totalement fantaisistes dans un autre commentaire…

Vous êtes passé à côté du sens substantifique de mon message qui ne cherchait même pas à établir des ordres de grandeur, mais un minimum de paramètres à ne pas écarter pour ne pas enduire ses collègues @sinautes d'erreurs partisanes à la truelle.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 20:32 le 04/08/2012 par djinneo.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Un minimum de paramètres à ne pas écarter, c'est tout ce que je demande de prendre en compte dans tous les cas.
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Pourquoi linker une étude pourrie alors dans ce cas?
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Ce n'est pas une étude pourrie, mais des articles argumentés. Vous vous focalisez sur une étude comme vous vous focalisez sur trois mots de St-Exupéry - apparemment vous aimez bien mettre le secondaire à la place de l'essentiel !
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Des articles argumentés qui omettent la moitié des paramètres à prendre en compte.

D'un côté vous dites qu'il vous faut un minimum de paramètres dans tous les cas, et de l'autre vous ne reconnaissez pas que l'étude que vous linkez est très insuffisante et par là orientée (pardon les études référantes des articles que vous linkez dont la plus "drôle" est celle financée par Hachette, illustre vendeur de papier)

Soit votre minimum est vraiment un minimum que je qualifierais plutôt d'insuffisant, soit mon cher ami, vous êtes vraiment dé-com-ple-xé.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

À aucun moment je n'ai présenté les deux liens comme des avis définitifs sur la question.
J'ai juste fait remarquer qu'il y a beaucoup plus de paramètres à prendre en compte qu'on ne pourrait imaginer simplement, qu'on ne peut pas trancher sur la question en quelques phrases sur un forum, que le sujet est a priori complexe, et à nuancer.
Après, si vous voulez vous énerver sur du détail en grands traits catégoriques plutôt que de prendre en compte l'idée générale de mon intervention, libre à vous, je vous laisse le champ libre !
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Djac, je pense que vous devriez présenter des excuses pour votre lien avec Hachette.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Par Tigi

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
Il est vrai qu'une déforestation massive engendrée par la demande de papier nécessaire pour écrire ces mensuels/trimestriels qui ne serviront qu'un certain temps (le temps de le lire), sans parler des encres, essence pour l'acheminement, divers pollutions dut à ces transports etc...


Je ne sais pas d'où provient le papier utilisé par ces revues, mais s'il y a bien un problème de déforestation pour certains pays dans les régions tropicales, ce n'est pas du tout le cas pour les forêts françaises qui se portent plutôt bien.

Le bois utilisé pour la fabrication de la pâte à papier en France provient essentiellement des coupes d'entretien (coupes d'éclaircie) pour 70% et des chutes de sciage pour 30%.

Par contre, il est exact que la pâte à papier importée utilise parfois des forêts primaires et contribue à la déforestation.

Pour ce qui est des encres, il existe des procédés d'impression écologiques.

A l'éditeur de choisir correctement son imprimeur, pour le choix du papier et des modes d'impression, s'il est soucieux des impacts sur l'environnement.

J'ignore s'il existe des études sérieuses, permettant de comparer les impacts écologiques d'une revue papier dont l'éditeur aurait fait les bons choix, avec la même revue proposée en numérique, mais je ne suis pas certain que "numérique" rime forcément avec "écologique"...
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

La France est une exception: toutes les forêts du monde (et pas seulement les forêts tropicales) sont en régression.

Le bois utilisé ne dit rien sur le fait que la fabrication de papier est polluante: même en france: petit exemple de ce que l'industrie papetière fait de mieux sur le sujet.

On voit la blancheur éclatante des mooks présentés qui ont tous le syndrome de la mère Denis (beaucoup de blanc plus blanc que blanc -donc bien chloré).

Les considérations écologiques n'ont pas été abordée une seule fois: il ne serait donc pas étonnant qu'il n'en ait jamais été question dans le cahier des charges des uns et des autres. Au contraire, ils ont tous appuyé sur la "qualité" papier et son épaisseur: ce qui se traduit généralement chez les imprimeurs par l'évitement du papier recyclé dont certaines propriétés comme la "main du papier" (dépendante de la longeur des fibres) est en léger retrait par rapport au papier non recyclé.
Propriété d'un autre d'âge, mais les imprimeurs sont assez "traditionnalistes" à bien des égards...

Mêmes réflexions sur les encres.

Enfin, l'étude signalée est complètement biaisée à mon avis, et ce dès le départ. Le protocole ne sent pas bon. De mon point de vue, c'est complètement débile de vouloir comparer la production de papier et la production des "liseuses électroniques". Pour la simple et bonne raison que les achats/abonnements à de la presse/librairie se fait sur des supports bien différents et qui ressemblent le plus souvent à un ordinateur âgé.

J'ai pas fait d'étude de marché, mais je pense que la majorité des @sinautes lisent @si sur un ordinateur "démodé". Et en plus, je pense qu'ils n'en changent pas tous les 6 mois, et qu'ils ne se contentent pas de lire @si avec leur ordinateur mais que cet outil leur sert à bien d'autres choses.
Par exemple, l'étude ne prend en compte que les livres alors que les internautes ne limitent pas leurs abonnements/ achats/ comportements à la lecture de seuls livres, mais également de presses et de blogs quotidiens.
Donc l'étude est dès le départ complètement bidon et ne mérite même pas qu'on s'y attarde.

Pour se faire une meilleure idée, je pense que si vous posiez la question à prof moustache, elle élaborerait un protocole qui ressemblerait peut-être à celui-là:
Elle a 420'000 de vues quotidiennes (tous les nombres sont fictifs et à vérifier/modifier). Chaque fan de prof Moustache passe en moyenne 4 minutes et 42 secondes sur son site quotidiennement. Ce qui représente environ 0,0042% de la durée de vie du parc d'outils informatiques hétérogènes nécessaires (serveurs, ordinateurs, portables, tablettes, etc.) ce qui représente -en considérant la consommation électrique et le prorata des la production des supports- un bilan carbone de 4,2 kg de CO2.

Si elle et ses lecteurs choisissaient le papier, il faudrait donc produire 420'000 "blogs papier" quotidiennement. Ce qui représente 4,2 tonnes de pâte à papier ce qui représente, même en choisissant du papier 100% recyclé, un bilan carbone de 420 kg de CO2.

On peut également partir non pas d'un/plusieurs titres, mais d'un/plusieurs lecteurs: en moyenne un internaute lit 4,2 journaux en ligne, et 4,2 blogs et 0,42 livres par jour. Ce qui représente environ 0,42% de ses ressources informatiques et de sa consommation énergétiques, soit un bilan carbone 0,42 kg de CO2.
S'il devait acheter toutes ses lectures papier, l'industrie devrait lui produire 4,2kg de papier par jour. Ce qui fait un bilan carbone de 42 kg CO2 quotidien.

Bon ben maintenant, y'a plus qu'à choisir un volontaire pour se farcir les vrais chiffres. Enjoy :-)
Par Mahen

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Je n'ai pas du tout tranché non plus, j'hésite encore à ce sujet, mais pour apporter de l'eau au moulin :

- quid de la multiplication des dispositifs électroniques ? (rares sont ceux qui font tout sur un unique ordinateur) Et de leur renouvellement ? De leur impact global sur tout le cycle de vie ?
- quid du % très faible du trafic réseau correspondant réellement à des données utiles par rapport au gaspillage global ? (hormis qques vidéos, je ne serai pas malheureux en me cantonnant au mail, à usenet, à irc, au ftp et aux images, bien au contraire :-)
- quid des conditions de fabrication, retraitement, des déchets engendrés par les appareils électroniques ?
- quid du temps perdu par l'effet "butinage", de le perte de capacité de concentration soulevée par de nombreuses études scientifiques, inhérente aux supports numériques ?
- et quid des autres effets sociaux ou économiques, notamment à l'échelle locale ? (on fait tout de chez soi, sans besoin de personne)

Pour prendre un exemple caricatural mais qui doit correspondre à beaucoup de gens : il est évident qu'être abonné à quelques parutions de qualité, sur papier imprimé, avec encre écolo, sans pub, qui nécessitent un grand temps de lecture / concentration, en refusant par ailleurs les pubs dans sa boite aux lettres est LARGEMENT meilleur globalement à tous points de vue (écolo & cérébral) que du multiplier les supports, les liseuses, les utilisations de serveurs et bande passante, être envahi par un amas de parutions électroniques parcourues en diagonales, synchroniser le tout via dropbox qui conserve x générations de sauvegardes, etc.

Maintenant, ce n'est pas tellement à mon avis cette utilisation là qui est réellement le plus préjudiciable ceci dit (plutôt la procrastination sur le net, les vidéos, le renouvellement de H/W pour les jeux, le changement forcé de téléphones etc). Et d'autre part, le numérique a plus de marge d'amélioration technique que le papier. Bref, tout cela évolue. De là à sa vautrer dans la surconsommation numérique parce que l'avenir est là, je sais pas.

En fait, si ce débat peut avoir tendance à susciter les passions (mais en fait non, je le répète, j'aimerais bien trouver une solution technique géniale qui évite de gaspiller du papier sans polluer / exploiter par ailleurs) c'est qu'il interroge nos modes de vie !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 21:13 le 06/08/2012 par Mahen.
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
comme quoi l'avant-garde ne vient pas forcément de là où on croit, hé hé

comme quoi, le marketing est capable de faire avaler bien des couleuvres
Par Mlemaudit

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Daniel Schneidermann est tellement à donf dans les nouveau medias que quiconque n'embrasse pas sans réserves ces nouvelles technologies est suspecté d'être un réac'. Vous auriez put ajouter ringard aussi Daniel quand même.
Par Néophyte Atterré

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Il s'agissait juste d'une question. Face à cet outil qu'est internet pourquoi avoir prie le format papier. D'ailleurs je me suis posé la même question

Il y a vraiment des gens qui voient le mal partout :D
Par philippe 93

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Je veux pas faire vieux con, mais Actuel, ou les Inrockuptibles première génération, ou même dans une moindre mesure Charlie Mensuel, ne faisaient ils pas la même chose ? On a un peu l'impression que ces journalistes réinventent la poudre. Je me trompe ?
Dommage en tout cas que actuel, au moins, n'est pas été cité.
Par Gamma gt

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Voté ( pour Actuel )
gamma
Par gomine

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Actuel, L'autre journal, L'impossible, Le tigre...
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Il y avait eu aussi Senso, entre autre...
Par Yanne

Car aux lignées condamnées à Cent ans de Solitude, il n'est pas donné sur cette terre de seconde chance.

Merci pour cette émission qui a permis de comprendre mieux la genèse des mooks, et spécialement de XXI, la revue XXL.

Dommage que vous n'ayez pas abordé vraiment la spécificité qui est proprement littéraire, dans le sens où il y a une vision du monde qui passe par l'intérieur. Je me souviens du numéro 1 de XXI, où il y avait un article d'Emmanuel Carrère sur d'étranges et sombres liaisons entre un sculpteur russe et le maire de la petite ville de Bretagne où je suis allée au lycée.
C'était comme soudain cette ville au fin fond de nulle part, rejoignait l'Histoire, avec des questions sur la Guerre Froide, et un monde qui paraissait tellement étranger.
Le maire en question s'est fait jeter comme un malpropre aux élections suivantes. Et lorsque je retourne chez mes parents, je passe devant la statue de Jean Paul II, et je repense à tout cela. Et d'ailleurs, je n'avais rien compris, mais je ne pense pas que Carrère voulait dire quelque chose de plus que ce que j'ai compris. Parce que cette histoire ne saurait vivre que dans le secret.
Comme d'habitude, il voulait parler de nos mondes qui sont comme des éventails pliants, Quand ils sont repliés, et secrets, tout est si petit, chaque pli nous met si prêts les uns des autres. Et lorsque l'éventail s'étale, pour nous donner de l'air, soudain, il s'étend, tous les plis s'aplatissent, s'éloignent les uns des autres, et la cohérence se perd. Tout devient flou, et pourtant le dessin qui est peint apparaît dans une telle beauté.....

En ce sens, XXI est l'éventail du monde, Il déploie la splendeur et l'aventure du monde sous nos yeux. C'est de la vraie littérature. Quand une histoire y est racontée en BD, c'est comme si c'est nous qui nous trouvions dans ces constructions graphiques. Nous vivons avec ces gens dont on raconte l'histoire. Une ambiance est rendue, que ce soit en mots ou en dessin, et c'est comme s'il nous était donné de pouvoir relire le monde, même si on connaît déjà cette partie de l'histoire. Nous sommes ailleurs.

XXI, c'est comme quand on lit la dernière phrase de Cent ans de Solitude, de Gabriel Garcia Marquez, qui ne fait qu'illustrer le titre du livre. Et pourtant, vous vous dites que vous n'aviez pas tout suivi. Soudain, tout devient clair, et c'est comme si le livre se retournait entièrement, comme si une belle mosaïque se reconstituait,
Dans ce tumulte de l'histoire et du monde de Macondo, vous réalisez soudain que nous sommes tous seuls face à notre propre histoire.
Que c'est nous et notre regard qui faisons le monde.... Qu'il n'est question que de nous; le lecteur, qui nous débattons là-dedans.

XXI, ce n'est pas Actuel, c'est tout-à-fait autre chose, même si la filiation est évidente.
Par Al Ceste

Re: Car aux lignées condamnées à Cent ans de Solitude, il n'est pas donné sur cette terre de seconde chance.

Je crois reconnaître la ville de Ploermel (dont le nom est définitivement associé à une époque noire de ma vie, mais ceci est une autre histoire...).

Il me souvient que ledit maire était, comment dire, légèrement autocratique. A Ouest-France, il y avait deux maires (ua moins) que les localiers craignaient comme le choléra en matière d'interventionnisme : un autre et lui.

Son élection alors n'aurait rien de malpropre, mais tout de démocratique.

[fr.wikipedia.org]
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Patrick de St-Exupéry est vraisemblablement une des grandes figures du journalisme français, du genre qui rend tout petit petit (petit) nos éditocrates habituels.
En effet, le monde ne se raconte pas et ne se comprend pas en quelques lignes, assortis d'effets de loupe déformants, de stéréotypes faciles et de raccourcis style Gentils contre Méchants. Il est très heureux et très sain qu'une revue comme XXI persévère et conserve du succès, entre mise en valeur d'un bel objet d'édition et culture d'une intelligence du monde ouverte et subtile.

Ha, c'est sûr, il est moins rigolo que Mr Poulpe.
Par galanga

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Eh bé, très intéressante émission.

Juste un point qui aurait pu être abordé : les illustrations. Sans les illustrations, je ne pense pas que j'aurais accroché à XXI.
Comment se fait le choix du style d'illustration, les auteurs, par proposition ou démarchage, comment se fait l'adéquation avec les textes, etc.

(EDIT: allons bon : encore ce bug de mauvais placement de commentaire. Ca faisait longtemps.)



Modifié 1 fois. Dernière modification le 21:12 le 03/08/2012 par galanga.
Par Rosario DOURU

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Entièrement d'accord car les illustrations sont superbes et auraient mérité quelques commentaires.
Je me souviens du Monde spécial été (je ne sais plus quand) qui chaque week-end demandait à un auteur célèbre de rédiger une nouvelle. J'adorais. Je pense que ces magazines répondent à ce besoin de lire, si en plus l'écriture est de qualité et évoque une actualité BRAVO ! Je vais tous les essayer.
Cordialement,
Roario Douru
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
Ha, c'est sûr, il est moins rigolo que Mr Poulpe.

Sauf que l'employeur de Mr Poulpe a sorti son mook un an avant le XXI de St-Ex'.

"créée le 15 juin 2007, Ankama Presse est une jeune entreprise de presse appartenant au groupe ANKAMA. Elle revendique la volonté de proposer des magazines de qualité, développant ainsi le concept de mook. Situé entre magazine et beau livre (book), le mook s'identifie comme un véritable objet agréable à lire et que le lecteur aimera collectionner."

En faisant la part belle aux illustrateurs et aux jeunes talents. Et sans brasser désagréablement du vent marketing pendant 1 heure 30 pour faire croire qu'il a inventé le concept, sorti de nul part, sauf de sa géniale cervelle d'original qui se révèle en fait être une photocopieuse redoutable.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Pour vous, la critique assez radicale de ce que fait la presse actuelle c'est juste du marketing ?
Savoir qui a inventé le mook le premier est plus important que savoir ce qui fait le contenu de chacun (Ankama ne fait pas du reportage !!) ?
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Vous avez raison: l'élément important reste le contenu et il semble que celui de XXI soit de qualité.

Il n'empêche que St-Ex' est un marketeux huileux manipulateur et pervers en présentant son format comme un travail inédit, fruit de sa géniale invention sans jamais avoir pompé ni à droite ni à gauche.
Tandis que Adrien Bosc de Feuilleton était beaucoup plus humble en se référant à la tradition de la presse anglo-saxonne (en particulier le New Yorker) et Marc Fernandez l'était tout autant en se référant à XXI.

Pire, Quand Bosc et Fernandez parlent de leur initiative basée sur l'envie et le plaisir quitte à innover un peu, beaucoup, ou pas trop; le St-Ex' nous fait une tirade qui nous tire les larmes des yeux mais sur laquelle je m'étrangle: l'impérieuse nécessité toujours renouvellée d'innover et d'emprunter des chemins de traverse.
C'était beau comme une pub de Nike: "soyez vous même", "changez le monde", "l'innovation est le coeur de notre métier" donc soyez original comme nous le sommes en achetant en masse comme des moutons nos produits originaux.

Cerise sur le gâteau, quand Daniel Schneidermann la question de la ressemblance entre leur format: Fernandez, debout, se prend en pleine face la remarque, tandis que St-Ex' joue les huileux, abandonne ses petits camarades concurrents dont il a pourtant dit qu'ils n'étaient pas une concurrence et sur lesquels il avait un regard bienveillant, en les enfonçant indirectement et en déroulant son discours marketing: "Nous, à XXI, nous sommes vraiment différents car ... bla bla bla bla bla".

J'ai même pas retenu ses arguments tellement c'était du vent.

Mais bon libre à vous d'avoir été subjugué par St-Ex' et son marketing qui flatte la croupe du veau de bobo en lui expliquant que s'il lit son journal c'est que c'est un intellectuel.
J'étais d'ailleurs déçu que D.Schneidermann lui passe ainsi les plats.

Ces réflexions sont indépendantes du contenu de XXI. Mais bon...
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
St-Ex' est un marketeux huileux manipulateur et pervers

Rien que ça ?
Vous pourriez rajouter fasciste, raclure et ordurier, ça mange pas de pain, à ce compte-là.

Bizarrement, vous n'avez pas l'air d'avoir retenu la critique de fond sur la presse, et sur ce que ça sous-entend sur la manière dont on est informé de la marche du monde, motivation numéro 1 à la création de XXI. Bon. Tout ça c'est que du marketing alors. Bon. Et en plus faudrait pas qu'ils soient contents de leur succès. Bon.
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Qu'est-ce que vous essayer de faire croire? Que je considère que St-Ex' est dans le faux quand il critique le journalisme news?

Non, bien sûr que je trouve qu'il a raison. Par contre je vois pas l'intérêt de noyer cette analyse dans du marketing inepte et huileux.
Fernandez et Bosc ont fait le même constat. Mais ils ne sont pas venus sur le plateau avec leur carte de commerciaux, eux.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Bon, voyez des commerciaux où vous voulez, alors.
Moi je vois quelqu'un qui a relancé le journalisme de reportage papier en France, et qui a raison d'en faire la pub et de le mettre en valeur, parce que les médias sont en crise et en déficit grave de ce type de reportages (surtout à l'international) - peu importe que ce soit en A4 ou en US letter, en format à l'italienne ou à la française, ou qu'un magazine BD ait déjà fait un magazine de même format (l'inédit, ici, c'est de faire du reportage).
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

le prestidigitateur vous a fait avaler que faire du reportage était inédit et qu'il sortait ça de son chapeau.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Non, il nous montre que le reportage long en récit est devenu quasi-absent en France dans les médias dominants et qu'il est positif de le faire renaître et de développer des médias qui en proposent.
Le côté "nouveauté" ou "qui est le premier", on s'en fout.
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
Le côté "nouveauté" ou "qui est le premier", on s'en fout.

Manifestement pas St-Ex' au regard de son argumentaire, et c'est ce que je déplore.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Ce que vous retenez de son argumentaire, nuance.
Le problème de l'absence actuelle de possibilité de reportages conséquents et fouillés dans les médias dominants actuels, et donc d'avoir une vision du monde riche et non biaisée par des stéréotypes ,est son argumentaire principal, et il est de poids. Le traiter de "marketeux huileux manipulateur et pervers" parce que vous vous focalisez sur des points très secondaires est au minimum exagéré.
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

J'avoue: marketeux huileux aurait suffit. Avec manipulateur et pervers, il y a triple combo de redondances.

Je ne suis pas persuadé que vous ayez raison d'écarter les points secondaires quand il s'agit de parler d'un journalisme qui prend son temps et des longueurs.
Il y a comme un truc paradoxal qui me chiffonne quand vous semblez dire: "parlons de XXI, mais allons à l'essentiel"...
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Parlons de XXI : c'est l'essentiel.
Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Je trouve que s'interroger sur comment XXI parle de XXI n'est pas anecdotique.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Par djinneo

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Par Florence Arié

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

En laissant de côté huile,manipulation, etc, il dit quand-même, objectivement, une monumentale connerie selon laquelle le narratif implique la longueur. Je ne comprends pas qu'il dise un truc pareil, alors même qu'apparemment, il y a des nouvelles dans sa revue. Qu'il ne vienne pas se plaindre si le fantôme de Philip K Dick vient le tourmenter.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Longueur par rapport à un article de journal moyen actuel français ? Précisément une nouvelle n'est-ce pas déjà bien plus long qu'un tel article de presse ? N'y a-t-il pas un minimum de longueur à prendre si on veut expliquer une situation complexe ? Le court et le le rapide ne font-ils pas suffisamment de mal à l'information comme cela ?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 23:11 le 04/08/2012 par Djac Baweur.
Par Florence Arié

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

J'entends bien, mais pour un professionnel de l'écrit, l'argument est très mal ficelé, présenté, d'autant qu'il parle à ce moment de narration, et non d'explication.

Ceci dit, j'irai certainement voir à quoi ressemble sa revue, là n'est pas la question, même si personnellement la présentation que les 2 autres invités ont faite des leurs m'a davantage alléchée.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Mais oui, narration par rapport à ce qui se fait en presse écrite habituellement, narration pour tenter de mieux rendre compte d'une réalité complexe - je vois pas ce qui te gêne.
Par Florence Arié

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Bon. Je veux dire qu'il y a certes la narration qui procède par accumulation de détails, caractérisation nuancée des personnages, descriptions, etc. Mais une autre forme d'efficacité narrative existe, la narration coup de poing, si tu veux, qui procède justement par raccourcis et peut aussi être utilisée pour révéler, faire comprendre. D'accord, ce sera toujours plus long qu'un entrefilet.
Par Djac Baweur

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Citation:
D'accord, ce sera toujours plus long qu'un entrefilet.

Ben voilà, c'est bien de cela dont il s'agit, c'est pour ça que je ne te comprends pas. Dans quel média français (grand média habituel, hein) y a-t-il la place équivalente en reportage d'une nouvelle de K. Dick (je parle même pas de la qualité d'écriture) ?

D'autre part, il argue également sur le choix du sujet, sur éviter de remplir "des cases" à tout prix, etc - c'est un tout. Il ne s'agit donc pas de faire long à tout prix comme gage de qualité, mais de se donner une liberté de reportage qui n'existe plus dans les médias traditionnels. Ça me semble suffisamment important pour qu'on puisse en dégager globalement du positif quant à la démarche plutôt que de pointer immédiatement les détails négatifs dans la manière que St-Exupéry aurait de présenter son journal.
Par aka

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Vous êtes vache !
C'est vrai que St-Exupery monopolise assez largement la parole durant l'émission (le pauvre éditeur de Feuilleton ne parle pas beaucoup !) et c'est dommage que l'équipe d'Arrêt sur image ne soit pas plus intervenue pour réequilibrer, je le trouve également grandiloquent (j'ai ri de bon coeur au "vous êtes humbles [sur le courrier des lecteur]/ oui on essaie de rester assez simple") mais il dit des choses intéressantes et n'hésite pas à se mouiller sur les questions sous/nombre d'emplois quand ça reste silencieux à côté.
Par petit - saconnex

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Une émission très intéressante , tout comme l'émission de la semaine dernière sur la bande dessinée. Ces émissions montrent les efforts entrepris pour inventer un modèle créatif.
Par Pablo le berger

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

J'ai trouvé l'émission sympa mais...
Manquent effectivement des revues telles que Le Tigre ou L'impossible. Et surtout j'aurai aimé qu'on entre plus dans le sujet de la charte graphique qui reflète à mon sens une évolution de notre société où le nombre d'illustrateurs a explosé. On est plus strictement dans la photo, il y a photoshop qui s'en mêle et ça c'est générationnel. C'est certainement ça aussi qui a fait le succès de XXI, tout un lectorat a pu s'identifier là...
Qu'en pensez-vous?
PS: ma biche me demande de signaler le petit foutage de gueule que constitue le fait que France Inter va directement sur ce créneau du mook sans rien proposer de neuf. Que de la resucée en papier.
Par aka

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

C'est intéressant de penser au Tigre, mais si Le Tigre est assez différent à mon sens, que ce soit dans le ton (on est moins dans "l'information", il y a un petit côté absurde) et surtout au niveau du format (il est maigrichon Le Tigre !).
Quans à la photo, je ne sais pas trop, je ne connais pas assez bien les différents magazines cités dans l'émision, mais de ce qu'on a pu voir ça reste assez classique je trouve. C'est vrai que ça change des mags type Obs et Express par contre.
Par aka

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Il y a aussi Books (même si c'est à peu près un mensuel - 10 numéros par an) qui est apparu un peu après XXI si je ne me cafouille pas. D'ailleurs, il y avait des fondateurs de Courrier international dans le coup, qui est pas mal cité dans l'émission.

Moi qui suit une grande fan de XXI et qui aime beaucoup ce format, je trouve qu'il y a quand même deux points dérangeants:
- sur le modèle économique, on note que ces revues fonctionnent avec un petit noyau d'employés et beaucoup beaucoup de pigistes qui ont un emploi autre (j'extrapole à partir de XXI sur ce point là). Ca ne va peut-être pas "aggraver" les conditions de travail dans la presse comme le dit St Exupery (difficile de les aggraver de toutes manières...) mais ça jette un froid quand certains voient les revues hors formats comme modèle idéal et qui réinsuffleraient le souffle sacré dans notre vieille presse moribonde !
- Le prix. Daniel a raison en parlant de concurrence, à ce prix-là on en achète une seule par mois de ces revues. J'ai été tentée par 6 mois mais à 25 euros, non, ce n'était pas possible.
Par Florence Arié

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Un peu hors sujet, mais il a été question pas mal du New Yorker. Je découvre un auteur complètement hors-format, Joseph Mitchell, qui a eu son bureau dans ce journal/revue pendant près de 50 ans. Des années 30 à 60, il a écrit des "profiles", portraits de New Yorkais toujours un peu à la marge, mais vraiment très fouillé. Il avouait lui-même que c'était un peu retravaillé par rapport à la réalité, fusionnant parfois deux personnes, par exemple. Parfois ce sont des portraits de lieux, comme un bar irlandais et son étonnant patron , ou une caissière de cinéma permanent qui vit pratiquement dans sa cabine.

Mais il a fait le portrait d'un demi-fou qui prétendait recueillir le matériau pour une "histoire orale globale de New York". C'est son seul portrait long, format livre. Quand ce farfelu est mort, on n'a trouvé que quelques feuillets. Et Mitchell à son tour a cessé d'écrire. Il est toujours resté au New Yorker où il allait chaque jour dans son bureau, mais n'a plus rien publié de 1964 à sa mort en 1996.

Avec le recul du temps, c'est étonnant, un monde tout à fait disparu, qui pour nous appartient à l'univers du cinéma.
Par Eric

La fin de la presse démocratique

"Ces revues représentent-elles l'avenir de la presse ? "

Oui, mais d'une presse réservée à une "élite" intellectuelle et socio-économique. Ce phénomène acte la fin de la presse écrite comme outil de la démocratie, avec la subsistance de publications de "niche", très coûteuses et exigeantes, donc réservées à la bourgeoisie intellectuelle (cf. "La Fin des journaux" de Bernard Poulet).
Par Eric

Re: La fin de la presse démocratique

"La revue dont on rêvait tous"

Oui mais qui ?
Par benjieming

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Ce qui aurait été intéressant, ç'aurait été d'aborder la tournure de plus en plus élitiste de XXI en termes de choix de ses auteurs (c'est d'ailleurs évoqué dans l'article de Sébastien Rocha). C'est un phénomène que je crois remarquer en tant que lecteur, mais aussi par le témoignage de personnes qui connaissent un peu le fonctionnement de la rédac' ou qui ont essayé de leur proposer des articles. Apparemment il ne font pas/plus beaucoup de place aux jeunes ou aux "débutants", ce qui est dommage... En même temps, cela s'explique sans doute par le fait que la concurrence est rude, car les "journalistes frustrés" (cf DS) sont légion dans le monde dévasté de la presse (j'en fait partie)...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 08:53 le 07/08/2012 par benjieming.
Par syan

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Très bonne émission qui m'a permis de découvrir ces revues. J'ai acheté XXI et Feuilleton et peut-être je m'abonnerais à l'un d'eux. Merci bcp.
Par Rosario DOURU

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Je retire ce que j'ai dit sur les illustrations, je suis allée trop vite, ils sont en train d'en parler, j'y retourne. Désolée. Je maintiens pour le reste ... Cdt, Rosario Douru
Par Jean RAVIN

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Je vois l'émission avec beaucoup de retard (la faute aux chouettes émission de maja et pas mal de boulot perso).

Je trouve qu'il y a des termes techniques qui restent un peu mystérieux et qui ne sont pas repris. Du genre : "editing". Je ne sais pas non plus ce qu'est un "feuillet" (je viens juste de regarder sur wikipédia).

Et pour la mise en page… Moi j'ai juste l'impression que beaucoup de magazines ont ce genre de mise en page dénuée d'originalité (enfin du peu que j'ai vu). Pas de quoi en faire un plagiat.
Par Pascal

Re: "XXI, c'est la revue dont on rêvait tous"

Bonsoir,

Dès sa création en 1998, la revue L'Alpe (que je dirige) s'est voulue à mi-chemin entre le livre et le magazine, tant sur la forme que sur le fond. Avec près de 60 numéros parus à ce jour, elle marie journalisme et recherches en sciences sociales, tout en imposant son exigence en matière d'iconographie.

La revue aborde le thème des cultures et des patrimoines de l'Europe alpine et évoque également des problématiques contemporaines comme dans ce récent numéro dédié aux résistances :

http://www.lalpe.com/lalpe-54-resistances-aux-alpes-citoyens

Cordialement,

Pascal Kober

PS. Ne pas oublier également, parmi les grands ancêtres de XXI, des revues plus spécialisées comme Le Chasse-Marée, créé en 1981 par Bernard Cadoret, sur le thème de l'ethnologie maritime. Ou encore Le Festin et 303, revues régionales consacrées à l'Aquitaine et aux pays de Loire.
Désolé, seuls les utilisateurs connectés peuvent envoyer des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour se connecter

Remonter en haut de page