nouveau media
arrêt sur images, émission du par

Attard : "Les politiques fricotent avec les lobbys et les patrons de presse"

iTELE, fichier monstre, Trump : le regard d'une non-alignée

Et au 31e jour, les salariés d’iTELE votèrent la fin de la grève, mettant fin au mouvement le plus long à la télé française depuis mai 68. Quels sont les premiers enseignements de cette grève ? De la domination des médias traditionnels français par une poignée de grands propriétaires ? Questions que nous posons à la députée écologiste Isabelle Attard, qui suit attentivement les questions de communication à l’Assemblée nationale, et à Guillaume Auda, un des porte-paroles de la Société des journalistes et grand reporter à iTELE – ou plutôt ancien de la chaîne : il a annoncé son départ.

Extrait de l'émission:


Résumé de l'émission, par Anne-Sophie Jacques

[Acte 1]

Après plus d’un mois de grève à iTELE, débutée le 17 octobre dernier, les salariés ont décidé de mettre fin au mouvement "comme un seul homme" explique le journaliste de la chaîne Guillaume Auda : la fin de la grève a été votée à la quasi-unanimité (moins deux voix). Un protocole d’accord de sortie de conflit a été signé avec la direction. 23 départs ont été annoncés dont celui du journaliste présent sur notre plateau qui a signifié son départ sur Twitter en citant le poème de William Ernest Henley, Invictus, le préféré de Nelson Mandela. "On a beaucoup pleuré" confie Auda qui se dit en colère parce que "tout ça pour ça".

Autrement dit : les salariés n’ont pas obtenu tout ce qu’ils exigeaient. Et notamment le retrait de Jean-Marc Morandini. L’animateur, mis en examen pour corruption de mineurs aggravée, a en effet trouvé refuge sur iTELE pour une émission quotidienne sur les médias à 18 heures. Pour sa première, le 17 octobre, il a fait très fort en interrogeant une fausse experte en politique américaine comme nous le racontions ici puis, dès le lendemain, une fausse correspondante aux Etats-Unis comme nous le racontions . Cette dernière n'est autre que la fille de la co-animatrice de l'émission, Rachel Bourlier… et elle n’est ni journaliste ni aux Etats-Unis. Deux gros manquements qui ont valu au groupe Canal+ une mise en demeure du CSA… et même deux : le Conseil supérieur de l’audiovisuel a également mis en demeure le groupe de créer sans

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Attard : "Les politiques fricotent avec les lobbys et les patrons de presse"

Mais... que vois-je ? Une femme politique. Qui rencontre des gens ordinaires. Dont une maraîchère qui lui explique qu'elle a...

Par Djac Baweur
le 18/11/2016
Tous les forums >