Boycott d'Elsevier, contestation du monopole des revues historiques, études volontairement bidon, critique des processus de relecture et d'évaluation : les scientifiques s'attaquent à leurs éditeurs.

Publié le 02/06/2015  Alimenté le 20/01/2016
boycottelsevier
enquête du par

Depuis janvier, les chercheurs en rébellion ouverte contre leurs éditeurs

Assiste-t-on à une remise en cause générale du système de publication des recherches scientifiques sur la planète ? Le gouvernement britannique vient d’appeler à la rescousse le fondateur de Wikipédia pour mettre en place un système de diffusion en ligne des travaux des chercheurs britanniques, financés par l’argent public. C’est le dernier épisode d’une guerre ouverte entre la communauté scientifique et les éditeurs de revues. compare même ce “printemps académique” au printemps arabe de l’année 2011. Et il est vrai qu'à l’échelle de la communauté scientifique, c’est peut-être bien une révolution d’une ampleur comparable aux soulèvements des peuples méditerranéens.

Le Guardian

La fronde a éclaté en janvier. Le mathématicien britannique Timothy Gowers, récipiendaire en 1998 de la médaille Fields (équivalent du prix Nobel pour les mathématiques), décide de boycotter le groupe Elsevier et le fait savoir. Elsevier est l'un des plus grands groupes d'édition de revues scientifiques, revendiquant près de 2 000 titres différents, dont le prestigieux The Lancet. Gowers a mis en ligne sur son blog le 21 janvier un billet dans lequel il explique pourquoi il ne publiera plus d’articles dans les revues du groupe Elsevier et ne participera plus à leurs comités de lecture.

Gowers reproche tout d’abord à Elsevier de pratiquer des prix prohibitifs : l'abonnement annuel à une revue peut atteindre 18 710 euros pour Biochimica et Biophysica Acta, la plus chère au catalogue d'Elsevier. Second grief, les bibliothèques sont donc obligées de s'abonner à des "bouquets" de magazines pour faire baisser le prix par revue. Gowers explique que "si certaines revues détenues par Elsevier sont indispensable à une bibliothèque, elle est obligée de s'abonner, à un prix trés élevé, à un grand nombre de revues, dans tous les domaines, dont beaucoup qui ne lui servent à rien". Elsevier utilise donc le prestige de revues comme The Lancet, Cell et d'autres pour refourguer tout un tas d'autres revues dont l'intérêt est moins évident.

/media/article/s50/id4938/original.49247.jpg

Enfin, la compagnie néerlandaise soutient les lois américaines contre le libre accès: SOPA, PIPA et le Research Works Act (RWA)....

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Axelle Lemaire Cohen

Cohen, Lemaire, et l'islamobsession numérique

chronique publié(e) le 20/01/2016 chez les matinautes

"Pardon de commencer par ce qui n'y figure pas" s'excuse Patrick Cohen, en recevant la secrétaire d'Etat au numérique Axelle Lemaire, à propos de son projet de loi sur "la République numérique". Ce qui n'y figure pas ? Comme Rue89, Cohen va-t-il insister sur la disparition, dans le projet de ...

Teaser documentaire Arte fausse étude chocolat

Quelques canulars mémorables, pour la science

Chocolat, Autolib et herméneutique : l'art de tromper les revues pour les dénoncer

observatoire publié(e) le 02/06/2015 par Justine Brabant

Pasticher pour dénoncer. Le journaliste et biologiste John Bohannon vient de s’illustrer en parvenant à faire publier une étude – volontairement peu sérieuse – sur les supposées vertus amaigrissantes du chocolat dans une revue scientifique, et dans plusieurs médias généralistes. Ce...

Rue89

Recherche / Elsevier : la France paiera deux fois (Rue89)

suivi publié(e) le 11/11/2014 par la rédaction

Bonne nouvelle pour le leader mondial de l'édition scientifique Elsevier : l'Etat français lui versera finalement 172 millions d'euros. Les négociations houleuses (dont @si vous parlait ici) du contrat qui lie les chercheurs et bibliothèques universitaires françaises au principal éditeur de ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Cohen, Lemaire, et l'islamobsession numérique

Il est de bon ton depuis quelques semaines de railler le 7.9 de France Inter et de se livrer à des attaques en règle contre ...

Par consensus 39
le 20/01/2016

Cohen, Lemaire, et l'islamobsession numérique

La question subreptice d'Augustin Trapenard était écoeurante de malhonnêteté. Résumer la question comme il l'a fait (en ...

Par Thomas
le 20/01/2016

Des chercheurs refusent d'être "pistés" par l'éditeur scientifique Elsevier

Il me semble qu'on ne peut rien comprendre à ces négociations, et l'extraordinaire position de force des "publications" ...

Par cécile clozel
le 10/03/2014
Tous les forums >