Enfin un tournant dans la campagne
observatoire du par

Toulouse, le "tournant" de la campagne qui donne le tournis aux éditorialistes

"Il y aura un avant et un après" : du bon usage du mantra

Ouf ! Enfin un vrai rebondissement dans une campagne jusque-là sans suspense. Avec la tuerie de Toulouse, certains commentateurs et journalistes croient voir survenir un "tournant". Au profit de qui ? De la droite bien sûr. Sarkozy aura même un gain "quasi mécanique", prédit un politologue. "Tout a changé", s'emballe Le Figaro. Sauf que les sondages effectués après la tuerie ne montrent pas vraiment de basculement. Pas grave, la méthode Coué finira bien par faire son oeuvre. D'ailleurs, pour justifier l'absence de "tournant" , France 2 a  inventé un nouveau concept ( sûrement bientôt enseigné à Sciences Po) : l'opinion "en suspens".




Le feuilleton de Toulouse n'était pas encore terminé que déjà certains commentateurs et journalistes affirmaient qu'on était à un "tournant" de la campagne. Une affirmation répétée en boucle  plusieurs jours. Par les politologues d'abord. "Je suis convaincu que c'est un événement majeur qui va complètement réorienter la campagne. Ce qui a eu lieu jusqu'à présent va être quasiment effacé et une autre campagne va commencer", expliquait par exemple à Reuters Dominique Reynié, politologue proche de l'UMP, le jour même de la tuerie dans l'école juive de Toulouse. "Le ton de la campagne ne pourra pas être le même, ajoutait-il. La campagne a été dominée par un ton extrêmement agressif et une rhétorique populiste très présente. Cette rhétorique va devoir cesser. Il va y avoir une demande d'apaisement".

Une opinion partagée par Stéphane Rozès, président du CAP (Conseils, analyses et perspectives), lequel assurait le jour de la mort de Mohamed Merah que cette séquence était "un tournant" dans la campagne. Désormais, les débats tourneront autour des "questions identitaires, d’intégration, d’immigration".

Et qui pourrait être le grand gagnant de cette séquence ? Sarkozy. C'est même "quasi mécanique" selon un autre politologue, Pascal Perrineau, interrogé par Le Figaro : "Comme c'est la première fois qu'un tel événement se produit, l'évaluation du gain ou de la perte est difficile. On peut tout de même envisager un gain, quasi mécanique, dans les intentions de vote en faveur de...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Toulouse, le "tournant" de la campagne qui donne le tournis aux éditorialistes

Hallucinant: à croire qu'ils en bavent d'envie de voir enfin Sarkozy déjouer tous les pronostics rationnels effectués depuis ...

Par fer
le 26/03/2012
Tous les forums >