La dure vie des journalistes politiques "embedded". Respecter le "off", masquer les mauvaises manières, résister (ou non) à la séduction, aux mises en scène, aux intimidations, etc...

Publié le 10/03/2008  Alimenté le 03/11/2016
Nicolas Sarkozy - Barack Obama - g20 Cannes - 03/11/11 - whitehouse.org
enquête du par

Nétanyahou "menteur" : la conversation secrète Obama-Sarkozy

Diffusés par erreur aux journalistes pendant le G20, ces propos sont restés "off"

Mots-clés : G20, Nétanyahou, Obama, Sarkozy

C'était une conversation franche, entre chefs d'Etat, à propos d'un autre dirigeant. Echange à bâtons rompus, et à huis-clos. Enfin, qui aurait dû rester à huis-clos. C'était sans compter sur une maladresse de l'organisation, et la curiosité de quelques journalistes. Révélations sur deux petites phrases qui voguent bien loin du langage habituellement policé des sommets diplomatiques.

Jeudi 3 novembre, lors du sommet du G20 à Cannes, Nicolas Sarkozy rencontrait Barack Obama lors d'un "entretien bilatéral". Comme il est d'usage, les deux hommes ont fait face aux journalistes, mais ont aussi discuté en privé, dans une pièce à part, loin des oreilles indiscrètes, afin de pouvoir se libérer de toute retenue diplomatique. Cela a été le cas, mais pour la discrétion, c'est raté.

Selon nos informations, les deux présidents ont laissé de côté toute retenue à propos du délicat dossier des relations israélo-palestiniennes. Obama a d'abord reproché à Sarkozy de ne pas l'avoir prévenu qu'il allait voter en faveur de l'adhésion de la Palestine à l'Unesco, alors que les Etats-Unis y étaient fermement opposés. La conversation a ensuite dérivé sur Benyamin Nétanyahou, le Premier ministre israélien. Sûrs de ne pas être entendus, les deux présidents se sont lâchés. "Je ne peux plus le voir, c'est un menteur", a lancé Sarkozy. "Tu en as marre de lui, mais moi, je dois traiter avec lui tous les jours !", a rétorqué Obama, qui a ensuite demandé à Sarkozy d'essayer de convaincre les Palestiniens de mettre la pédale douce sur leur demande d'adhésion à l'ONU.

On n'imagine pas des phrases si franches lancées officiellement, bien sûr. Que s'est-il passé pour qu'elles parviennent jusqu'aux oreilles de l'équipe d'@si ? Selon nos informations, plusieurs journalistes ont pu entendre quelques minutes de la conversation "off" entre les chefs d'Etat, en raison d'une erreur...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

zébus brahmane

Domenach, Askolovitch, Chirac et moi

chronique publié(e) le 03/11/2016 chez les matinautes

"La pire merde de ma carrière" : au moins, Claude Askolovitch ne fait pas les titres à moitié. Huit ans. Huit ans, c'est le temps qu'il lui aura fallu pour relire, avec une douleur que je peux imaginer, son reportage embedded de 2008 dépeignant Sarkozy en maître du monde, lors d'un G20 à ...

nouveau media

L'éblouissement africain du journaliste Nicolas Domenach, invité personnel de Valls

"Il marchait comme un chef, se tenait droit comme un chef, parlait comme un chef"

observatoire publié(e) le 02/11/2016 par Manuel Vicuña

Manuel Valls et sa stature élyséenne, sa "vision", son "autorité" et sa "détermination" digne d'un chef … Au retour d’une tournée africaine du Premier ministre, le journaliste Nicolas Domenach s’est fendu, dans Challenges, d’un article particulièrement flatteur à l’égard de Valls. ...

Phobie administrative

Une nouvelle pathologie, l'hypersarkomanie

chronique publié(e) le 22/09/2014 chez les matinautes

Thomas Thévenoud restera peut-être dans l'histoire comme le patient zéro (et le découvreur) d'une nouvelle maladie : la phobie administrative. C'est Le Monde qui avance l'hypothèse, dans son magazine hebdomadaire, et dans un des articles les plus partagés du week-end, sur le site du quotidien...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Domenach, Askolovitch, Chirac et moi

Réponse à la réponse de monsieur Askolovitch (merci de faire passer à l'intéressé) : A propos de l'affaire Siné, dont vous...

Par Frédéri POCHARD
le 03/11/2016

"Sarkozy est très lisible, c'est une espèce de grand enfant"

Que d'hypocrisie actuellement .Bien évidemment l'on savait qui était Nicolas Sarkozy.Effectivement François Bayrou avait ...

Par Austin
le 07/03/2008

"Sarkozy est très lisible, c'est une espèce de grand enfant"

Peut être est-ce faux mais j'ai l'impression que beaucoup des invités de ces derniers temps viennent tous plus ou moins de la...

Par Emmanuel Ch
le 07/03/2008
Tous les forums >