Inflation d'articles sur des livres décrétés "incontournables", critiques de complaisance, renvois d'ascenseur, plagiats, nègres : panorama de l'édition sous domination médiatique

Publié le 13/02/2010  Alimenté le 21/08/2014
enquête le 31/10/2011 par Dan Israel

Busnel-De Vigan : madame écrit, monsieur adore

Favoritisme conjugal sur le service public ?

Une femme écrivain à succès, un homme critique littéraire influent : un couple. Dans le portrait que dresse de Delphine de Vigan Libération ce lundi 31 octobre, on apprend que l'auteure du récent roman Rien ne s'oppose à la nuit (éd. JC Lattès), qui a dépassé les 100 000 ventes, est la compagne "du journaliste et critique littéraire François Busnel, animateur de la Grande Librairie" sur France 5 – ainsi que directeur de la rédaction du magazine Lire, chroniqueur hebdomadaire à L'Express et animateur d'une heure d'interview quotidienne sur France Inter, ce que Libé oublie de mentionner. Ni vu ni connu, le journaliste a reçu l'écrivain mi-septembre.

La relation n'était pas connue des non-spécialistes. Libé l'a même découverte par hasard. "Le petit soldat peut même se muer en maître de l’esquive. A «que fait votre compagnon actuel dans la vie ?» elle répond, «Je préfère ne pas dire.»", indique le quotidien, avant de glisser que Charlie Hebdo a vendu la mèche quelques jours après cette interview. Dans son numéro paru la ...
Mots-clés : Busnel, De Vigan, France Inter, France5, Libé



Pour lire la suite, vous devez être abonné !
logo Arrêt sur Images

Nos abonnements

Formule mensuelle Formule annuelle Formule un jour Abonnement couplé avec Mediapart Abonnement couplé avec canard PC Abonnez-vous à Hors-Série

Vous pouvez aussi

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   
Abonnez-vous !

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

"Code rouge" : comment le livre de Duflot a explosé la rentrée politique

personne pour la remercier d'avoir démissionné quand ce plouc d 'Hollande a nommé Valls , rien pour la racheté à vos yeux ? C...

Par evemarie
le 24/08/2014

Derrière PPDA, la décadence de l'édition

Fausse noblesse, faux cheveux, faux interviews, faux écrivain, faux-cul... Faut arrêter !

Par Ulysse M
le 06/01/2011

Derrière PPDA, la décadence de l'édition

En effet, je suis d'accord avec ce cycle décadent de production de livres inutiles écrits par des nègres pour faire mousser ...

Par ganav
le 06/01/2011
Tous les forums >