Renault, Chanel, la SNCF: résistance et collaboration dans les médias et les fictions, encore omniprésents, soixante ans plus tard

Publié le 22/02/2008  Alimenté le 05/09/2013
chanel
enquête du 18/08/2011 par Laure Daussy

Chanel antisémite, tabou médiatique en France ?

Historien, producteur, journaliste, témoignent

Mots-clés : Chanel, USA, Vaghan

C'est une icône française dont l'image vient d'être sérieusement écornée. Dans une biographie parue aux Etats-Unis, le journaliste américain Hal Vaughan dévoile, documents à l'appui, que la créatrice de mode Coco Chanel était une espionne au service du régime nazi, précisément l'agent F-7124, nom de code Westminster. Elle aurait été "utilisée" par son amant Hans Günther von Dinklage, espion proche des SS, pour jouer l'intermédiaire afin de négocier la paix entre l'Allemagne nazie et la Grande-Bretagne. Elle aurait également introduit un ancien agent de la Gestapo dans les milieux diplomatiques espagnols.Des éléments sur la proximité de Coco Chanel avec le régime nazi et surtout, sur son antisémitisme, étaient déjà connus en France. Pourtant, médias et productions cinématographiques étaient discrets sur le sujet. Plusieurs films ont récemment été réalisés sur Coco Chanel, sans le mentionner. C'est le cas de "Coco avant Chanel", au cinéma en 2009, ou encore de "Coco Chanel", téléfilm diffusé sur France 2, en 2008. Nicolas Traube, co-producteur du téléfilm l'avoue : il a subi des "pressions de la maison Chanel", qui lui a interdit d'aborder cette période. Et le "système" l'impose également : "dans un téléfilm, on ne peut pas tuer une icône". Avant la biographie de Vaughan, les 57 autres biographies existantes étaient restées discrètes. Dans les médias, il faut se tourner vers la presse britannique pour en savoir plus. Seule une enquête d'un journaliste de l'Express, en 2005, sur la famille Wertheimer, actuelle propriétaire de la maison Chanel, dévoilait des documents qui prouvaient que Chanel avait essayé d'utiliser les lois anti-juives pour s'approprier les parts de cette famille. L'enquête n'avait pas trouvé d'écho médiatique.

Le titre est grinçant : "Sleeping With the Enemy, Coco Chanel Secret War (Coucher avec l'ennemi, la guerre secrète de Coco Chanel)". Qu'y apprend-on ? Selon une interview donnée au Daily Beast, reprise par Le Monde, et par Rue 89, le journaliste Hal Vaughan y révèle que Coco Chanel avait été recrutée par les services de renseignement de l'Etat-major allemand. Elle aurait été introduite dans l'organisation par l'un de ses amants, le baron Hans Gunther von Dincklage, un espion allemand. Elle aurait même servi d'intermédiaire dans une tentative avortée de médiation entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne.

 

Dans une interview au Figaro, Vaughan explique aussi comment les services allemands ont profité de ses réseaux. "En 1941 elle a été envoyée à Madrid, en Espagne, un pays qu'elle connaissait bien et dans lequel elle avait l'habitude de se rendre. Son objectif était d'introduire Louis de Vaufreland, un ancien agent de la Gestapo, dans les milieux diplomatiques et la haute société. Par ce biais, cet homme pouvait faire du renseignement et recruter de nouveaux agents pour les Allemands. En échange, Coco Chanel a demandé aux Allemands de libérer l'un de ses neveux, André Palace, qui avait été emprisonné dans un camp de concentration allemand." Enfin, Vaughan affirme que la couturière était "farouchement antisémite".

 

Autant d'éléments, qui, selon l'auteur lui-même, auraient pu déjà être connus. Au Figaro, il explique : "j'ai tout...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Oradou_Ciel-Bleu

Oradour, impressions

le neuf-quinze publié(e) le 05/09/2013 par Daniel Schneidermann

  Ce ciel bleu d'Oradour, en ce 4 septembre, qui éclate en direct sur les images de France 2. Ce ciel bleu insolent, incongru sur la scène de la barbarie, cette scène que l'on voudrait figée dans une condamnation à perpétuité au noir et blanc, cette "tempête de ciel bleu", tweete une ...

France 2 zappe "l'autre" Oradour

chronique publié(e) le 04/09/2013 chez les matinautes

L'histoire d'Oradour pourrait être monstrueusement simple : le massacre de 642 villageois limousins par un détachement SS, le 10 juin 1944, quatre jours après le débarquement allié en Normandie. Et cette histoire-là, c'est l'Oradour que l'on raconte, l'Oradour que l'on a transmis, enseigné...

Glières : "première bataille de la Résistance", ou répression féroce ?

Une thèse déconstruit le mythe du lieu de pèlerinage sarkozyste

enquête publié(e) le 09/01/2012 par Sébastien Rochat

C'est la Roche de Solutré de Nicolas Sarkozy. Depuis 2007, le plateau des Glières, symbole de la Résistance situé en Haute-Savoie, est devenu le lieu de pèlerinage mémoriel de l'actuel président. Chaque année, il rend hommage à ceux qui "ont combattu quasiment à mains nues contre l'...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Céline, et le côté obscur de la force, d@ns le texte

Bonjour, Vous parlez d'une "pensée gauche" qui aurait comme "principe que tout autre chose est illégitime et/ou ...

Par xyl
le 09/02/2011

Interdire Zucca ? Non !

Cette époque appartiendra réellement à l'Histoire lorsqu'on arrêtera d'employer des termes comme "détestable" ou "répugnant" ...

Par Fabien
le 20/04/2008

"Vous croyez que Jean Moulin s'est filmé avec une caméra ?"

Daniel par moment j'ai envie de vous baillonner. Je viens juste d'écouter:" la résistance en question sur le plateau d'@si...

Par Anthinea
le 23/02/2008
Tous les forums >