Tremblement de terre politique et médiatique après les accusations de viol de Nafissatou Diallo à New-York. Ressurgit au même moment l'affaire Banon, puis apparait celle du Carlton de Lille, dans laquelle DSK est mis en examen pour proxénétisme aggravé et dont le procès aura lieu en 2015. DSK, passé du statut de candidat évident, toujours entouré d'une armée de communicants, à la déchéance médiatique.

Publié le 15/05/2011  Alimenté le 16/03/2015
Banon Ardisson
enquête du 19/05/2011 par la rédaction

Tristane Banon, dix ans entre scandale et silence

"L'autre" affaire DSK

Mots-clés : Ardisson, Banon, DSK, USA

C'est "l'autre" affaire. L'affaire Tristane Banon, journaliste et écrivaine, qui affirme avoir été agressée sexuellement par Dominique Strauss-Kahn en 2003 (et dont l'avocat a annoncé, le 4 juillet, son intention de porter plainte contre DSK), illustre la réticence des médias français à traiter des affaires d'abus sexuels imputés aux dirigeants politiques.Banon l'évoque pour la première fois à l'occasion de l'émission "Faubourg St Honoré", de Thierry Ardisson, diffusée en 2007 sur Paris Première. Le nom de DSK est alors bipé par la chaîne (elle en avait parlé aussi sur France 4, en 2006, sans nommer directement DSK).Sa mère, Anne Mansouret, vice-présidente (PS) du conseil général de l'Eure et conseillère régionale, a confirmé les accusations de sa fille ce week-end, après l'arrestation de DSK, précisant qu'elle avait alors incité sa fille à ne pas porter plainte. De son côté, Michel Taubmann, auteur de la biographie au ton très hagiographique de Dominique Strauss-Kahn, parue ce mois-ci, y consacre un chapitre entier, accordant une large place à la version de l'entourage de DSK.Enfin, le site participatif Agoravox ressort aujourd'hui une interview de Banon tournée en 2008 dans laquelle elle réexplique notamment pourquoi elle n'a pas porté plainte à l'époque. Mise à jour - 4 juillet :

C'est l'histoire d'un récit d'agression sexuelle, qui est toujours resté dans un étrange entre-deux. Entre scandale public et occultation totale, et entre deux versions, celle de Tristane Banon et de ses proches, contre celle de DSK et de ses communiquants. L'histoire des prises de paroles sucessives de Tristane Banon, à propos du rendez-vous de 2003 entre la jeune journaliste écrivaine, et celui qui est alors ancien ministre des Finances, illustre parfaitement la réticence du système médiatique français à s'emparer de ce genre d'affaires. En février 2007 dans l'émission «93, Faubourg Saint-Honoré» sur Paris Première, Tristane Banon affime avoir été agressée sexuellement par DSK cinq ans plus tôt, en 2003. Le nom de l'actuel patron du FMI est toutefois recouvert par un "bip" lors de la diffusion de l'émission de Thierry Ardisson. La jeune femme...
Pour lire la suite, vous devez être abonné !
logo Arrêt sur Images

Nos abonnements

Formule mensuelle Formule annuelle Formule un jour Abonnement couplé avec Mediapart Abonnement couplé avec canard PC Abonnez-vous à Hors-Série

Vous pouvez aussi

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   
Abonnez-vous !

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

"Les femmes ne sont pas des petits bouts de chocolat"

Ça commence mal.... La "réaction française" veut apparemment dire la réaction des journalistes français... Le "rite" ...

Par mouffette
le 20/05/2011

L'incroyable arrestation de DSK succède à un long silence de la presse française

Je ne m'y habituerai jamais. À ce débondage de fantasmes et de moraline que provoque soudain un fait divers. À cette ...

Par cécile clozel
le 16/05/2011

DSK, fallait-il dire ou taire ?

Dans quelle mesure la « love affair » de DSK va-t-elle influencer les bourses ? Vont-elles continuer leur va-et-vient ? Le ...

Par PatriceNoDRM
le 19/10/2008
Tous les forums >