Comment réussir la "transition énergétique" ? Comment choisir entre les avantages et les inconvénients du nucléaire, du gaz, du charbon, et des énergies renouvelables ? Questions brûlantes, mais les médias tardent à aller...au charbon

Publié le 15/03/2011  Alimenté le 10/10/2016
Couv émission nucléaire - 25/04/99
arrêt sur images, émission du par

Nucléaire : pourquoi ce long silence français

Tous les protagonistes du non-débat tricolore racontent

Et voilà, avec Fukushima, réactivé le débat sur le nucléaire. La chancelière Angela Merkel vient d'annoncer que l'Allemagne souhaite se donner un délai de réflexion avant de prolonger ses centrales nucléaires en activité, contrairement au credo qu'elle martelait depuis plusieurs mois.Et en France ? Les Verts et le PS tentent de remettre la question sur la table. Mais le débat et l'information sur l'énergie nucléaire sont étroitement contrôlés par l'industrie depuis… presque cinquante ans.En 1999, pour un hors-série d' Arrêt sur images (France 5), Colombe Schneck est allée interroger tous les protagonistes du non-débat français. Il est aujourd'hui savoureux de ré-écouter l'ancien directeur général d'EDF raconter comment, en 1974, le gouvernement lui a donné quelques heures, un samedi matin, pour déterminer le nombre de centrales que EDF pouvait construire. Il faut entendre le Premier ministre de 1974, Pierre Messmer, expliquer benoîtement pourquoi le débat devant le Parlement est passé à l'as. L'arrêt de la construction de la centrale bretonne de Plogoff dès l'élection de Mitterrand en 1981, la catastrophe de Tchernobyl et ses rétentions d'information: autant d'étapes qui jalonnent le long silence français.Cette émission a été diffusée le 25 avril 1999. Un peu moins d'un an auparavant, en mai 1998, les transports ferroviaires acheminant les déchets nucléaires des centrales françaises vers l'usine de retraitement de la Hague avaient été stoppés, parce que la Direction des installations nucléaires (ancêtre de l'Autorité de sûreté nucléaire) avait établi qu'un tiers des convois présentaient des contaminations radioactives bien supérieures à la limite autorisée. Données inquiétantes, qu'EDF et la Cogema (avalée depuis par Areva) s'étaient bien gardées de communiquer à l'Etat… Et en janvier, Daniel Cohn-Bendit, candidat des Verts aux élections européennes, militant de l'arrêt des centrales françaises, avait été reçu de façon très musclée par les syndicats de l'usine de la Hague, avec l'aval de la direction.
Bonus: retour sur une autre émission Arrêt sur images version télé, du 16 janvier 2000. Quelques jours après la tempête de décembre 1999, on apprenait en janvier 2000 que la centrale nucléaire du Blayais, en Gironde, avait connu un incident de niveau 2 (qui en comporte 7), dû à des inondations. Les communiqués publiés par EDF entre le 28 décembre, jour de l'incident, et le 5 janvier, jour de sa médiatisation dans le journal Sud Ouest, sont pour le moins peu explicites et volontairement jargonnants. Ils sont décryptés par Valérie Casanova, devant le directeur de la communication d'EDF :

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Kenneth Bone

Trump, Le Pen, Le Marchand : tous responsables

chronique publié(e) le 10/10/2016 chez les matinautes

Commençons par le commencement. Infortunés camarades matinautes, connaissez-vous ce Monsieur ? Vous qui avez déjà surfé sur les résumés du second débat Clinton-Trump, avez-vous vu cette image ? C'est un gars qui s'appelle Kenneth Bone, invité à questionner les deux candidats au nom des "...

nouveau media

Exxon : le Guardian interdit d'Assemblée Générale

grrr ! publié(e) le 26/05/2016 par Justine Brabant

Le pétrolier Exxon ne veut pas du Guardian dans ses assemblées générales. L'entreprise américaine a rejeté la demande d'accréditation du quotidien britannique, connu pour ses nombreuses campagnes contre l'exploitation d'énergies fossiles. Le Guardian le raconte dans un billet acide. "Il ...

Pourquoi Linky est devenu la bête noire des médias

Le compteur d'électricité intelligent sur le grill

observatoire publié(e) le 25/04/2016 par Anne-Sophie Jacques

Attention ils arrivent : d’ici cinq ans, 35 millions de compteurs d’électricité intelligents – de son petit nom Linky – vont remplacer nos vieux compteurs bêtes et gris. Mais c’est peu dire que l’accueil est glacial. Ce nouveau compteur serait mauvais pour la santé, pas intéressant ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Pourquoi Linky est devenu la bête noire des médias

Je salue les talents de conteur d'Anne Sophie qui nous met bien au courant de l'intensité du débat et des résistances que ...

Par E-manuel
le 25/04/2016

Batho : un industriel du gaz de schiste savait-il à l'avance ?

J'ai travaillé dans un centre technique de filière (organisme privé de recherche) et à chaque fois que j'ai essayé de monter ...

Par Adarr
le 05/07/2013

"A Fukushima, il y a eu déni d'information"

Quelques commentaires sur cette émission, pour essayer de comprendre pourquoi je trouve l'émission franchement mauvaise alors...

Par Julien M.
le 11/06/2011
Tous les forums >