Il ne peut pas s'en empêcher. Quand il y a un dérapage à commettre (fausse nouvelle, question machiste), le patron d'Europe 1 est toujours présent. Ce qui ne l'empêche pas de discourir régulièrement "d'éthique journalistique".

Publié le 22/04/2008  Alimenté le 03/04/2017
observatoire du par

Elkabbach et Péchenard, ou l'art de la fausse provocation

Mots-clés : Elkabbach, Péchenard

Comment éviter soigneusement toute question gênante à son interviewé, tout en lui tendant de grosses perches faussement provocatrices ? Exemple criant ce matin sur Europe 1 avec le dialogue entre Jean-Pierre Elkabbach et Frédéric Péchenard, le directeur général de la police nationale (DGPN).

L'invité souligne pendant de longues minutes la posture paradoxale dans laquelle se trouvent la police depuis que le gouvernement a décidé de hausser le ton sur la "menace terroriste" qui pèserait sur la France. Sans être interrompu, Péchenard a tout loisir d'insister sur le "un pic de menace incontestable, à l'heure où je vous parle". Il affirme notamment disposer "d'indications sérieuses émanant de renseignement fiables" sur une menace d’attentat sur le territoire, allant jusqu'à parler d'un possible attentat à l'indicatif et au futur, en oubliant le conditionnel, comme l'a relevé Guy Birenbaum sur son blog : "Donc ce sera probablement, on peut s’y attendre, du moins, un attentat un peu plus classique avec une bombe et évidemment pour faire le maximum de dégâts ce sera vraisemblablement dans un endroit où il y a beaucoup de monde." 

Mais dans le même élan, le patron de la police écrase le frein à plusieurs reprises, déclarant qu'il n'est "pas là pour effrayer" les Français et qu'il faut "raison garder" devant les risques potentiels, invalidant presque l'autre versant de ses propos. Et lorsque Elkabbach lui demande pourquoi le plan Vigipirate est toujours au niveau rouge, et non pas écarlate, on sent le policier un peu gêné aux entournures : après avoir détaillé les raisons qui doivent faire craindre un attentat, il doit reconnaître que ce risque n'est pas "imminent".

Ce qui n'empêche pas le journaliste de poser la question que toute la...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Public Sénat tente de virer Elkabbach

(sans succès, pour l'instant)

enquête publié(e) le 03/04/2017 par Capucine Truong

L’ex président-fondateur de Public Sénat bientôt viré de la chaîne ? Un bras de fer oppose Jean-Pierre Elkabbach, animateur de l’émission Bibliothèque Médicis, et la direction de Public Sénat, qui souhaite mettre fin au contrat du journaliste. Un vote du conseil d’administration de la...

vignette Elkabbach

Elkabbach (enfin) dégagé de la matinale d'Europe 1

Une longue carrière de connivence avec les dirigeants politiques

observatoire publié(e) le 12/12/2016 par Juliette Gramaglia

Vers la fin d'une époque ? Jean-Pierre Elkabbach ne fera plus l'interview politique de la matinale d'Europe 1. À 79 ans, le vétéran de l'interview politique, et grand professionnel du dérapage auquel @si a même consacré un dossier, sera présent uniquement le week-end sur la radio privée. ...

Martinez Korkos

Elkabbach, et le mystère Martinez

chronique publié(e) le 21/06/2016 chez les matinautes

Qu'en termes polis ces choses sont dites. Un défilé "n'apparait pas envisageable", et il vaudrait mieux "prendre en considération" la proposition du préfet de police de Paris d'un "rassemblement statique" a expliqué, dans une lettre, Bernard Cazeneuve à Philippe Martinez, avant la journée d'...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Elkabbach, son micro et son casque

Sur le ras le bol des commerçants de Rennes, voici ce qu'ont placardé les commerçants de la place Ste-Anne. Les nuisances de ...

Par Weird Fish
le 17/05/2016

Le soir où Elkabbach a tué Pascal Sevran

Erreur ? Mais quelle erreur ? Comme je l'ai expliqué à mon camarade Daniel Schneidermann au téléphone - qui a "oublié" (sacré...

Par guy birenbaum
le 22/04/2008
Tous les forums >