Déchéance de la nationalité française, prison ferme pour certains parents : les dernières annonces tonitruantes de Sarkozy s'inscrivent dans une longue tradition. Vidéosurveillance, lois sur mesure : dans le débat sur le sécurité, le pugilat sans fin des intox et des contre-intox

Publié le 25/02/2010  Alimenté le 22/09/2015
Hortefeux Grenoble
observatoire du par

Août, le mois qui fait fondre les diversions sécuritaires

Nationalité, Roms : deux mesures-peau de chagrin sous le microscope d'@si

Comment faire oublier le temps d'un été l'affaire Woerth/Bettencourt ? En faisant diversion. Il a suffi de deux morts à quelques heures d'intervalle en juillet, suivis de plusieurs actes de violences urbaines, pour que le gouvernement remette le thème de l'insécurité au cœur de l'actualité cet été. Peu importe que les événements de Grenoble et de Saint-Aignan n'aient aucun lien entre eux, l'essentiel était d'annoncer l'énième come back de la lutte contre l'insécurité avec dans le rôle titre depuis huit ans, Nicolas Sarkozy. Seulement, pour faire du neuf avec du vieux, Sarkozy a dû faire dans la surenchère. Dans son discours prononcé à Grenoble fin juillet, il n'a pas fait dans la nuance en établissant un lien entre immigration et délinquance, avec en prime deux propositions choc : la déchéance de la nationalité pour certains délinquants et une campagne d'expulsions des Roms. Mais l’application de ces mesures, par Brice Hortefeux et Eric Besson, s’avère plus complexe que prévu. Et les sourdes rivalités ministérielles, sur fond de remaniement annoncé, n'arrangent rien.

Retour sur le feuilleton sécuritaire de l'été qui a fourni de belles images-choc aux JT, valu à Sarkozy les titres de "voyou de la République" (Marianne) ou de "délinquant constitutionnel" (Plenel), suscité des alarmes d'experts de l'ONU inquiets d'une dérive xénophobe, réactivé le spectre de Vichy (Rocard), mais qui risque de s'évanouir à la fin de l'été.

 


Les violences de Grenoble et Saint-Aignan et la contre-attaque du gouvernement

Alors que le gouvernement était empêtré dans l'affaire Woerth/Bettencourt, deux faits divers bousculent l'actualité. Dans la nuit du 16 au 17 juillet 2010, une course-poursuite dans les rues de Grenoble entre des policiers de la BAC et deux malfaiteurs qui viennent de braquer un casino se termine par des échanges de tirs et la mort de l'un des braqueurs, un jeune homme de 24 ans.

 

S'ensuivent plusieurs jours de violences urbaines dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble, au cours desquelles les policiers subissent des "tirs à balles réelles" comme le souligne Le Figaro. Dès le lendemain, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, se rend sur place...

avec renforts et caméras pour annoncer sa priorité absolue : le retour à l'ordre.

picto

 

Dans cette même nuit du 16 au 17 juillet, à plusieurs centaines de kilomètres de Grenoble, à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), a lieu une autre course-poursuite au cours de laquelle des gendarmes tuent un automobiliste qui a forcé un barrage routier comme le rapporte Le Parisien : "Le corps sans vie de la victime a été retrouvé à Saint-Romain sur Cher, à une dizaine de kilomètres du lieu de la fusillade, où réside une importante communauté des gens du voyage". Selon les premiers éléments de l'enquête, donnés par l'AFP, "l'homme aurait eu peur d'un contrôle car il n'avait pas de permis de conduire. Mais, il aurait...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Cash / videosurveillance : Libé donne raison à Hortefeux contre Lucet

lu publié(e) le 22/09/2015 par la rédaction

Encore un échange tendu en guise de teasing. Comme pour le clash avec Rachida Dati, le magazine Cash investigation de France 2 a mis en ligne un teaser montrant un échange musclé entre Brice Hortefeux et Elise Lucet à propos de l'inefficacité de la vidéosurveillance. "Le nombre d'agressions ...

mygales et yuccas

La dame dans le métro avec sa peur et Sarkozy

chronique publié(e) le 25/11/2014 chez les matinautes

Vous vous souvenez de Lionel Jospin ? C'est cet ancien Premier ministre socialiste, forcément angélique comme tous les socialistes d'avant Manuel Valls, et qui niait l'insécurité qui opressait alors le pays. "On était dans une situation où Jospin avait dit à une dame qui avait peur dans le ...

Du djihadisme à la réforme pénale, la tentative de glissement de l'UMP

observatoire publié(e) le 02/06/2014 par Sébastien Rochat

Quel rapport entre la "contrainte pénale" défendue par Christiane Taubira et l'arrestation du djihadiste français Nemmouche, principal suspect de la tuerie au Musée juif de Belgique ? Aucun. Cela n'a pas empêché certains responsables de l'UMP d'utiliser l'affaire belge contre la loi Taubira, ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Taubira, Pujadas, et la couleur des cache-misère

Je ne comprends pas la conclusion de cet article, comme s'il était prévu dès le départ de conclure sur une note négative ...

Par Lucas Taïeb
le 06/09/2013

Sarkozy, récidiviste de la manipulation des chiffres de la délinquance

Merci pour cet article sur la propagande sécuritaire sarkozienne... Toutefois, un élément semble avoir échappé à la ...

Par Hurluberlu
le 29/11/2009

Vidéosurveillance : les chiffres mystérieux du Figaro qui tombent à pic pour Alliot-Marie

L'oxymore du jour: "journaliste au Figaro "

Par Fan de canard (ex-@sinaute septembre 2007 -> décembre 2015)
le 25/03/2009
Tous les forums >