Vidéo d'une bavure américaine en Irak, colossale fuite de rapports confidentiels de l'armée en Afghanistan, informateurs strictement anonymes... Le site qui diffuse des documents secrets en tous genres se rêve en nouveau média de révélations. Et parvient à imposer ses règles à ses ancêtres, les journaux.

Publié le 27/07/2010  Alimenté le 31/07/2013
Guardian, Wikileaks
observatoire du 26/07/2010 par Gilles Klein

Méga fuite de documents accablants sur la guerre d'Afghanistan

Wikileaks a alimenté le New York Times, le Guardian, et le Spiegel

La plus grosse fuite de documents militaires depuis des décennies ? Le site Wikileaks, dont nous avions détaillé les méthodes ici, a fourni 92 000 rapports confidentiels ou secrets de l'armée américaine sur l'Afghanistan à trois journaux de la presse internationale, avant d'en mettre en ligne 76 000. L'Américain New York Times, le Britannique The Guardian, et l'hebdomadaire allemand Der Spiegel publient, en même temps, aujourd'hui à la Une leurs analyses sur ces "carnets de guerre".

"Le combat en Afghanistan : les archives secrètes", titre la Une du New York Times avec une grande photo noir et blanc et cinq pleines pages intérieures sur le sujet.

L'article signé par une équipe de 8 journalistes détaille: "Six ans d'archives contenant des documents militaires confidentiels rendus public dimanche montrent une image sans fard de la guerre vue sur le terrain, beaucoup plus sombre que son portrait officiel. Les documents secrets publiés sur Internet par une organisation appelée Wikileaks sont le compte-rendu quotidien d'une coalition, conduite par les Américains, qui manque souvent de ressources et d'attention, alors qu'elle combat une insurrection qui devient plus grande, mieux coordonnée, et plus dangereuse chaque année."

"Le New York Times, le Guardian et Der Spiegel ont eu accès à ces énormes archives il y a plusieurs semaines, à condition de ne pas les publier avant ce dimanche. Ces documents, environ 92 000 rapports concernant deux gouvernements américains successifs de janvier 2004 à décembre 2009, forment une mosaïque de détails expliquant pourquoi, alors que les USA ont dépensé 300 milliards de dollars dans la guerre en Afghanistan, les Talibans sont plus forts qu'ils ne l'ont jamais été depuis 2001.
"

New York Times lundi 26 juillet 2010 picto



/media/breve/s88/id8780/original.29061.jpg

Le New York Times fait une analyse globale des informations qui viennent d'être diffusées : "Ces documents montrent une guerre minée par un gouvernement, une police et une armées...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Manning

Wikileaks : Manning, espion mais pas traître

suivi publié(e) le 31/07/2013 par la rédaction

Plus de cent ans de prison? Bradley Manning, source de plus de 700 000 documents publiés pas WikiLeaks, a été reconnu coupable par la justice militaire américaine de violation de la loi sur l'espionnage mais pas de "collusion avec l'ennemi", plus grave chef d'accusation. La juge, la ...

manning trial

Manning / collusion avec l'ennemi : accusation maintenue

suivi publié(e) le 18/07/2013 par la rédaction

Pas de clémence pour le célèbre informateur de Wikileaks. La juge Denise Lind a annoncé aujourd'hui qu'elle n'abandonnerait pas les charges les plus sérieuses pesant sur le lanceur d'alerte. Parmi celles-ci , figure surtout l'accusation "d'aide à l'ennemi" pour laquelle il encourt la prison à...

Juge

Le procès Manning, dans l'indifférence des médias

A la barre des témoins, un hacker, un pilote, un officier...

suivi publié(e) le 20/06/2013 par Gilles Klein

A l'aube de sa troisième semaine, le procès Manning suit son cours entre détails techniques, interrogatoires et contre-interrogatoires. Le tout est censé durer seize semaines devant un tribunal militaire. Problème : déjà l'intérêt des médias a largement diminué, seulement 10 journalistes ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Attaques Internet pro-wikileaks : qui est derrière ?

Ce qui se passe sous nos yeux, c'est le début d'une guerre informatique entre le pouvoir et les citoyens. Wikileaks est ...

Par pow wow
le 08/12/2010

"La transparence illimitée, c'est la Chine de Mao"

Mais bon sang de bonsoir, comment ce type ose-t-il parler de "confidentialité nécessaire" ? Comment ose-t-il parler de "...

Par Saheyus
le 03/12/2010

"La transparence illimitée, c'est la Chine de Mao"

Ce qui énerve fort ceux qui détiennent le pouvoir, comme Védrine et d'autres, c'est que leur pouvoir repose essentiellement...

Par JM
le 03/12/2010
Tous les forums >