Comédiens qui s'exilent fiscalement, critiques de films complaisantes, révélations fracassantes sur les cachets des stars: coups de projecteurs sur les coulisses des tournages. Clap.

Publié le 03/01/2013  Alimenté le 08/03/2017
nouveau media
chronique du par

Trois dimensions sur un écran plat

La 3D ? Mais pour quoi faire ?

Depuis la sortie d'Avatar, premier succès foudroyant du cinéma 3D numérique, un nouveau débat agite critiques et commentateurs : et si la 3D au cinéma n'était qu'un gadget sophistiqué et superflu ? On ne peut répondre à cette interrogation sans retourner à quelques fondamentaux du cinéma traditionnel -en 2D- et plus particulièrement vers le cinéma d'action, celui qui a largement ouvert la voie de cette évolution.

Un préalable : le cinéma est un langage


Pendant que le succès d’Avatar modifiait résolument le parc de salles mondial en accélérant l’implantation de la 3D numérique, certaines voix d’autorité s’élevaient pour dénoncer un attrape-gogos de l’ordre du gadget. En France, le PDG d’UGC Guy Verecchia voyait dans le numérique un "marché de dupes" et ajoutait : "Quant à la diffusion en relief, elle tire le cinéma vers le parc d'attractions et l'éloigne de notre logique éditoriale. Je crois que la technologie en relief peut être intéressante pour un certain type de films issus de l'univers du jeu vidéo. Mais ce n'est pas une fin en soi."

Aux Etats-Unis, Roger Ebert, l’un des critiques américains les plus influents et les plus âgés, lançait un pamphlet dans le magazine Newsweek, intitulé "Why I Hate 3D (and You Should Too)" - Pourquoi je déteste la 3D (et vous devriez aussi). L’un des arguments de Ebert : l’image Cinéma offrait déjà toute la perspective et la profondeur nécessaire. Et de renvoyer ses lecteurs vers des films comme Lawrence d’Arabie et Casablanca, en leur demandant ce qu’une paire de lunettes pourrait bien leur apporter de plus.

Malgré son évidente érudition, Ebert semble avoir raté quelques épisodes durant ces trente dernières années. Ainsi, il n’aura pas vu, par exemple, l’influence manifeste que la télé et la vidéo ont imposée sur la mise en scène des films.

Car oui, le travail sur la profondeur de champ et la perspective étaient...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Trois bandes obliques ? Un film de femmes arabes !

chronique publié(e) le 08/03/2017 chez Alain

À la demande de plusieurs aimables @sinautes, voici quelques rapprochements d'affiches de films récemment parus ou à paraître. On verra par là que les vertus du papier carbone sont infinies, que le mieux est l'ennemi du bien, et que la vie est un éternel recommencement.Il a déjà tes yeux et ...

nouveau media

Marianne : la rédaction dénonce la "censure" d'une critique du film de Tavernier

Pas touche au "chroniqueur-banquier" de l'hebdo

enquête publié(e) le 18/10/2016 par Manuel Vicuña

Le dernier film de Bertrand Tavernier interdit de cité dans les pages de Marianne ? Dans un communiqué interne auquel @si a eu accès, la société des rédacteurs de l'hebdomadaire dénonce ce lundi une "censure". En cause ? Le directeur des pages Culture du magazine, Laurent Nunez, qui n'aurait ...

Trapenard Clooney 3

A Cannes, Trapenard et ses "potes"

chronique publié(e) le 13/05/2016 chez les matinautes

Ils sont tout de même quelques uns à Canal+ qui, échappant à l'oeil d'aigle de Bolloré, ont réussi à voleter vers la bulle de Cannes. Dans les rescapés, Denisot, contraint d'interviewer Lucchini dans les rues de la ville, et sur une sorte de terrasse de café, au milieu des badauds. Ô ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Ceci est-il un acteur ?

Je tiens à saluer le retour de Rafik Djoumi et de ses chroniques passionnantes et dissonantes. Vous nous avez manqué, ...

Par LolranLenz
le 11/11/2011

Voyage dans les musiques de films, deuxième époque

Bon, sur le précédent forum, je n'ai pas répondu à la petite dizaine d'affirmations par lesquelles on (il) prétendait ...

Par Rafik Djoumi
le 14/02/2011

"Le cinéma n'a rien à voir avec la littérature"

Je serais très friand d'analyses de séquences hebdomadaires de Rafik. Pas la peine de faire long, ni d'avoir des invités. Un ...

Par Paul Calori
le 30/12/2010
Tous les forums >