A la télé bien entendu, mais aussi dans la presse écrite (magazines d'information, magazines féminins, ou quotidiens) : partout, les annonceurs tentent de brouiller les repères entre la pub et le "rédactionnel". Et toutes les ruses sont bonnes !

Publié le 07/05/2008  Alimenté le 06/11/2017
Badinter à la Une
chronique du par

Quand Badinter part en campagne contre l'allaitement et les couches lavables

Publicis, Nestlé et Pampers boivent du petit lait

Elisabeth Badinter ? Encore ? Si vous n'écoutez pas France Inter, ni France Info, si vous ne regardez pas le 13h et le 20h de France 2, le magazine de la santé de France 5 ou le Grand journal de Canal +, et si le Nouvel Obs, Libération, Le Monde, 20 minutes, Ouest France, Madame Figaro, le JDD vous sont étrangers, eh bien vous êtes certainement passé (e) à côté d'une interview d'Elisabeth Badinter pour la sortie de son livre Le conflit, la femme et la mère. En soi, c'est un exploit. Car depuis une semaine, la philosophe ne lésine pas sur la com'. En cohérence avec ses précédents travaux, dans lesquels elle mettait en doute le caractère inné de l'instinct maternel, elle y dénonce les pressions sociales qui pèsent sur les femmes. Au premier rang de ses cibles d'aujourd'hui : l'obligation d'allaiter, ou d'avoir un comportement écolo en utilisant des couches lavables.Vive le lait en poudre et les couches jetables ! Tel pourrait être le cri du cœur de Badinter-philosophe. Et ce n'est pas Badinter-l'actionnaire de Publicis qui va la contredire...

 


Trois idées et un couffin

Sur la contradiction que vit une philosophe féministe, par ailleurs actionnaire d'une multinationale de la pub créatrice de campagnes sexistes, @si vous a déjà entretenus, exemples à l'appui, ici et . Mais votre site préféré ne s'était pas encore penché sur deux autres thèmes de la philosophe : l'alimentation du bébé, et le mode de recueil de ses déjections. Pour ceux qui sont pressés, un résumé :

Sa thèse : "S'est développé, pendant ces vingt ou trente dernières années, un modèle de mère idéale avec des obligations de plus en plus lourdes pour être le plus conforme à la nature".

L'allaitement : "La mère idéale est sommée d'allaiter son enfant (...) un allaitement exclusif, de six mois [recommandations de l'OMS], la mère doit être disponible pour son bébé 24h sur 24 et il faudrait qu'elle continue pendant deux ans avec une alimentation mixte, ce qui signifie, qu'on le veuille ou non, une sorte de retour de la femme à la maison pour le bien de l'enfant". Et si la mère ne correspond pas à ce schéma, elle est systématiquement culpabilisée.

Les couches : "La bonne mère écologique de rêve, pour Mme Duflot aussi, c'est une femme évidemment qui allaite, qui lave elle-même ses couches, fait des brocolis bio, arrière les petits pots tout préparés dont on ne sait pas exactement de quoi ils sont faits. Et tous ces petits faits, tous ces petits phénomènes qui ont l'air peu important, tracent un modèle de mère et en même temps...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Candia s'offre une émission entière de "La maison des maternelles" (France 5)

"C'est une émission un petit peu spéciale aujourd'hui..."

enquête publié(e) le 06/11/2017 par Hélène Assekour

Près d'une heure de publi-reportage sur le site de France Télévisions. La marque de lait Candia s'est offert les services de La maison des maternelles pour promouvoir le lait de croissance, à grands renforts de reportages laudatifs, experts sur mesure et placements de produits. Sans clairement ...

Télérama puy de culture

Partenariats : Télérama annule un débat à Clermont-Ferrand

Le maire avait dénoncé le "mépris" de l'article préalable

observatoire publié(e) le 06/10/2017 par Juliette Gramaglia

Ne pas confondre journalistes et communicants ! Il n'y aura pas de "débats généreux" sur la vie culturelle à Clermont-Ferrand. L'événement, organisé par Télérama, co-financé par la ville, et qui devait se tenir les 13 et 14 octobre prochains, a été annulé par l'hebdomadaire ce jeudi 5 ...

nouveau media

Pour la rentrée, on a débusqué les pubs Instagram des chroniqueurs de Hanouna

Commerce d'influence décomplexé

chronique publié(e) le 06/09/2017 par Capucine Truong

Pour la rentrée, @si s'est posté devant Touche pas à mon poste (TPMP). Et s'est aussi créé un compte Instagram. Il y a un rapport : sur le réseau social de photographies, certains chroniqueurs de TPMP monnayent des "posts sponsorisés", dans lesquels ils se mettent en scène avec les produits ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

C'est l'érection qui vient

En même temps ,c'est de la pub pour les vices.

Par Fandasi pour clavier
le 08/09/2011

Quand Badinter part en campagne contre l'allaitement et les couches lavables

Bonjour. En tant qu'utilisatrice moi même de couches lavables, et cuisinant ce que mange mon petit bout après l'avoir ...

Par Cécile Fruchon
le 17/02/2010

Chassée de 20 h 30, la pub pourrait rentrer...par les séries

Ça alors, "on en a rêvé.."... Bel article Justine, quel gros boulot buvez éliminez vous avez accompli en vous farcissant ...

Par Fan de canard (ex-@sinaute septembre 2007 -> décembre 2015)
le 19/01/2009
Tous les forums >