Distribution, modernisation, abonnements de faveur : la presse écrite (sur) vit sous de multiples perfusions. Dans une certaine opacité, et avec des résultats incertains.

Publié le 29/10/2008  Alimenté le 07/01/2016
Pas d'argent, merci
chronique du par

Aides d'état, non merci

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la question de savoir si nous devions accepter d'éventuelles subventions publiques vous a mobilisés. 430 réponses à l'heure où j'écris ces lignes. Et de belles réponses, creusées, argumentées. Merci pour toutes ces contributions, riches, foisonnantes, contradictoires.

Nous les avons toutes lues, évidemment. Sans faire de statistique, mais il en ressort qu'une confortable majorité d'entre vous ne nous dissuade nullement, voire nous encourage, à solliciter les subventions publiques, auxquelles les nouveaux médias en ligne vont être éligibles. Le degré et la chaleur de ces encouragements sont d'ailleurs...variables, de l'incitation inconditionnelle et pousse-au-crime ("prenez le fric, et barrez-vous"), à l'encouragement précautionneux ("prenez cet argent si vous en avez besoin, en prenant soin de ne pas en devenir dépendants").

 

Ce feu vert sans ambiguïté nous a donné toute liberté dans la décision à prendre, et je vous en remercie.

Mais nous allons faire plein usage de cette liberté. Après mûre réflexion, j'ai décidé que notre site, votre site, ne solliciterait aucune forme de subvention publique.

Cette décision a été très difficile à prendre. Beaucoup plus difficile que notre refus fondateur de la pub, il y a deux ans, lors de la création du site. L'argent de l'Etat n'est pas un argent qui dégoûte a priori. C'est l'argent du contribuable.

Pourquoi avons-nous pris cette décision ? Comment peut-on refuser une aide qui, en effet, pourrait nous permettre de nous développer ?

 

Les premières raisons de notre refus...

Disons-le d'emblée : notre décision n'est pas due au fait que l'actuel chef de l'Etat s'appelle Sarkozy. Nous ferions la même réponse sous un président DSK, une présidente Duflot, un président Bayrou, un président Tartempion. Nous disons aujourd'hui non, sans regret, à un Etat aux pattes sales, et dont le visage ne nous plait pas. Nous ferions la même réponse, demain, à un Etat au visage plus avenant.

Elle n'est pas dûe non plus à l'opacité des pratiques antérieures. La presse en ligne souhaite changer ces pratiques, introduire de la transparence dans l'attribution de ces aides, et rien n'indique qu'elle n'y arrivera pas (lire par exemple ce résumé, par Laurent Mauriac, de Rue89, des conditions d'attribution de l'aide gouvernementale).

Enfin, nous reconnaissons volontiers...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Presse locale sans pub : un (petit) fonds de soutien en février ?

ça reste à vérifier publié(e) le 07/01/2016 par la rédaction

Aides à la presse : du nouveau pour la presse locale ? Fin 2015, le champ des aides directes à la presse a été étendu aux publications "à faible ressources publicitaires", soit une quarantaine de titres. Mais certains journaux locaux n'ont toujours pas accès à ces subventions. Pour y ...

Extrait du rapport

Aides publiques à la presse : le meilleur des "innovations" 2014

lu publié(e) le 25/11/2015 par Sébastien Rochat

Le père Noël de la presse est encore passé. Le "fonds stratégique pour le développement de la presse" (FSDP) a publié le montant des aides accordées à la presse papier et numérique en 2014. Au-delà des chiffres, le rapport décrit quelques projets financés pour des sites d'infos. Et ...

Marianne - Aides à la presse

Aides à la presse : Pellerin élargit aux périodiques (mais pas tous)

suivi publié(e) le 10/11/2015 par Justine Brabant

La ministre l'avait annoncé. C'est fait : le décret réformant les aides à la presse a été publié au Journal officiel samedi 7 novembre. Les publications condamnées pour racisme, antisémitisme ou incitation à la haine ou à la violence (parmi lesquelles Valeurs actuelles, Minute et Rivarol...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

L'idée de l'homme qui avait connu Germaine

"Libération" gratuit ? Comment vais-je faire pour continuer à ne pas l'acheter ?

Par Robert.
le 09/12/2013

Aides d'état, non merci

Argumentaire hallucinant. Et débordant de populisme. S'en référer à une mystique populaire, ASI chevalier éthéré surgit...

Par Pierre-L
le 11/11/2009

Les états généraux de la presse, toujours opaques

Dans son dicours d'ouverture des Etats Géréraux de la presse, sarkozy termine ainsi : " La presse doit réussir son ...

Par Manazo
le 24/10/2008
Tous les forums >