Hopital - © Julien Rousset - Fotolia.com
enquête du par

Hôpitaux : deux morts, beaucoup de com', et pas mal de mauvaise foi

Un UMP masqué, un urgentiste énervé, une ministre accrochée à sa loi


En moins d'une semaine, un enfant de trois ans et un homme de 57 ans sont décédés en région parisienne suite à un dysfonctionnement du système hospitalier. Ces deux morts ont fait renaître le débat explosif sur l'organisation et la qualité des soins dans les hôpitaux publics. Face à face : les syndicats médicaux, notamment ceux des médecins urgentistes, et la ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Pour défendre ses positions dans les médias, chacun a sorti ses arguments, parfois au mépris de la bonne foi. Tentative de clarification.

Le débat fait périodiquement la une des médias. Il est réouvert : les urgences sont-elles saturées dans les hôpitaux ? C'est ce qu'a affirmé l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) en braquant les projecteurs, via un communiqué, sur une mort qui aurait peut-être pu être évitée. Le 28 décembre au matin, Jean Lagrange, 57 ans, est décédé six heures après avoir été pris en charge par le Samu de l'Essonne suite à un malaise cardiaque. Pendant plus de quatre heures, le Samu avait cherché, en vain, une place dans un service de réanimation, appelant 24 hôpitaux d'Ile-de-France. A cinq heures du matin, une place s'était finalement libérée à l'hôpital Bichat, à Paris, mais trop tard : l'homme est décédé dans l'ambulance qui l'emmenait réaliser un examen coronaire dans un autre établissement.

L'Amuf est présidée par Patrick Pelloux, très médiatique depuis qu'il a annoncé, le premier, la vague de...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Hôpitaux : deux morts, beaucoup de com', et pas mal de mauvaise foi

Les candidats aux urgences sont priés de démontrer qu'ils ont une chance de s'en sortir. Ce Jean Lagrange se moque du monde. ...

Par Camille Payet
le 31/12/2008
Tous les forums >