Malgré le consensus scientifique sur l'origine humaine du réchauffement climatique, les voix des climatosceptiques se font toujours entendre et parviennent à trouver un certain écho médiatique. Faut-il leur répondre, au risque de les légitimer ? Parmi les climatologues et les journalistes, le débat fait rage.

Publié le 02/12/2009  Alimenté le 12/07/2017
Vignette émission - Accords de Paris
arrêt sur images, émission du par

Changement climatique : "Trump, ça nous fait perdre beaucoup de temps"

Les coulisses de l'accord de Paris avec Laurence Tubiana et Jade Lindgaard

En annonçant son intention de retirer les États-Unis de l'accord de Paris sur le changement climatique, Donald Trump a déchaîné une réprobation mondiale. Pourtant, cet accord avait été critiqué par certains écologistes comme n'étant pas assez contraignant. Mais s'il n'est pas vraiment contraignant, la décision de Trump est-elle vraiment grave ? Et si elle n'est pas si grave, pourquoi s'affoler ? Pour s'aventurer dans les entrailles de l'accord de Paris, deux invitées : Laurence Tubiana, ambassadrice pour la France chargée des négociations sur le changement climatique, et négociatrice principale, lors de la COP21. Et Jade Lindgaard, journaliste à Mediapart, en charge des questions environnementales.

Extrait de l'émission:


Le résumé de l'émission, par Robin Andraca :

C'était le 1er juin 2017. Donald Trump, dans la roseraie de la Maison Blanche, annonce que les États-Unis vont quitter l'accord de Paris. Une promesse de campagne tenue. L'occasion de poser les questions auxquelles on a du mal à répondre depuis la signature de l'accord, en décembre 2015 : historique ou pas vraiment ? Contraignant ou pas du tout ? Réaliste ou pas assez ambitieux ? Tubiana, négociatrice principale de la COP21, reconnaît que l'accord n'est pas contraignant, et préfère parler d'un système "performatif", où les objectifs de chaque État, en terme d'émissions de gaz à effets de serre, sont revus à la hausse tous les cinq ans. Et comptent sur certains pays pour faire pression d'autres au besoin. Lindgaard, journaliste à Mediapart parle de "structure molle", d'un "objet hybride et défaillant", mais note aussi que l'accord de Paris était le "seul accord possible". (Acte 1)

Et puis il y a les sceptiques : parmi eux, Fabrice Nicolino, bien connu des @sinautes, qui avait une question à poser à Mme Tubiana, via Skype (une question enregistrée une semaine avant le tournage de l'émission). Alors que le journaliste accuse la diplomate de s'être entourée de Dupont de Nemours, de Renault ou de Coca-Cola pour créer L'Institut du développement durable et des relations internationales, en 2006, Tubiana répond que c'est faux. Et de fait : ni Renault, ni Coca-Cola, ni Dupont de Nemours ne figurent dans la liste des membres fondateurs. Renault (comme Total, EDF, Veolia ou Vinci) font en revanche bien partie des financeurs de l'IDRI. Pour Tubiana, rien de problématique. Au contraire : "L'idée est de faire venir ces entreprises à une réflexion différente. C'est utile de faire rentrer E

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Iceberg : visualiser le changement climatique (Le Monde)

vu publié(e) le 12/07/2017 par la rédaction

Un bloc de glace "géant" qui se sépare du pôle… oui, mais "géant" comment ? Pas facile de rendre compte concrètement des conséquences du changement climatique. Alors qu’un iceberg de 5 800 km2 vient de se détacher de la barrière de glace de Larsen, dans l’Antarctique ouest, ce mercredi...

Guardian

Changement climatique : Trudeau-Trump, même combat ?

Derrière un édito au vitriol du Guardian, un exercice d'équilibriste

enquête publié(e) le 22/06/2017 par Anne-Sophie Jacques

Le premier ministre canadien Justin Trudeau est-il, comme Donald Trump, le fossoyeur de l’Accord de Paris sur le climat ? C’est le point de vue d’un édito du militant écolo américain Bill McKibben paru mi-avril dans le journal britannique The Guardian et repris la semaine dernière par le ...

Tribune Libé Giec

Chronique climato-sceptique / Libération : des chercheurs répondent

suivi publié(e) le 26/10/2016 par Juliette Gramaglia

Accusé d'avoir publié une chronique climato-sceptique d'Olivier Postel-Vinay, Libération répond avec une tribune rédigée par trois scientifiques du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Dans l'édition du 26 octobre, les chercheurs y dénoncent les ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

"C'est devenu branché d'être climatosceptique"

Emission intéressante et utile... Le représentant des climatosceptiques me laisse perplexe. Il n'y a pas de preuves (...

Par Sophie
le 26/02/2010

"C'est devenu branché d'être climatosceptique"

De toute façon réchauffement climatique du à l'activité humaine ou non, l'écologie sera toujours d'actualité. Il faut ...

Par acryline
le 26/02/2010

Borloo, et le méga-ricanement de Fogielkabbach

Alors que la conscience écologique avait (enfin) réussi à faire une percée dans les esprits, on est en train de se prendre ...

Par Djac Baweur
le 23/02/2010
Tous les forums >