Chez Alain

Alain Korkos a animé pendant plusieurs années le blog "La boîte à images". Sa manie irrépressible : explorer les résonances, dans le fonds imaginaire que partagent beaucoup d'entre nous, des images d'aujourd'hui. Rythme de la chronique : chaque samedi. Sa chronique reprendra le 7 février 2017.

nouveau media
chronique du par

Macron, Hamon, le selfie et les portraits réciproques

Plusieurs média publièrent, le 23 février dernier, une photo de Macron et Hamon prise lors du dîner annuel du CRIF (le Conseil représentatif des institutions juives de France) qui avait eu lieu la veille au soir. Les deux ennemis, souriant sur le même cliché. « Macron et Hamon s'affichent tout sourire sur un selfie », titra CNEWS Matin. Closer alla un petit peu plus loin encore, avec : « Emmanuel Macron et Benoît Hamon : et maintenant, le selfie ! »


Sauf qu'en vérité il ne s'agit pas du tout d'un selfie. Pour s'en rendre compte, il suffit d'observer les épaules des deux hommes : aucune d'entre elles n'est levée. L'un des deux aurait-il pu prendre cette photo sans lever l'épaule ? Assurément. Mais alors le résultat eût été une contre-plongée qui nous aurait principalement montré deux belles paires de narines. La photo est en réalité l'oeuvre d'un journaliste nommé Frédéric Haziza. Il l'a publiée sur son compte Twitter le 22 février au soir, et le lendemain il précisait : « Merci @DirectMatin de bien vouloir corriger cette erreur de @BFMTV reproduite ici : il ne s'agit pas d1 selfie mais d'une photo que j'ai prise. » CNEWS Matin (alias DirectMatin) corrigera par la suite son titre fautif.


Ce selfie qui n'en est pas un relève d'une pratique bien connue en peinture, le double portrait. Il en existe des milliers, en voici trois, trois portraits de couples (le sujet fut précédemment traité par là, avec Sarkozy et Hortefeux en vedettes internationales).

/media/article/s97/id9677/original.97116.jpg


Cette oeuvre de Lippi est probablement le tout premier double portrait et aussi le premier portrait avec un paysage en arrière-plan caravant, on se contentait d'un fond sombre ou doré. L'ombre portée du visage de l'homme est peut-être une allusion au mythe de la fille de Dibutade qui raconte les origines du dessin, de la peinture (souvenez-vous, on en avait causé par là). On notera aussi le fait que les deux personnages ne sont pas face à face mais décalés, la femme...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Les incontournables

Commentaires d'utilité publique

Avant Depardieu-Dumas, d'autres blancs noircis

Tout le monde connaît les dégâts du racisme, l'oppression et les saloperies commises au nom de nombreux dogmes, lois ou ...

Par sleepless
le 27/02/2010

lettre ouverte à Pierre Laurent,

On peut tout montrer, pourvu qu'on explique? Maître Alain Korkos semble donc prêt à accepter plus facilement des photos ...

Par Arya
le 10/01/2009
Tous les forums >