Chez Alain

Alain Korkos a animé pendant plusieurs années le blog "La boîte à images". Sa manie irrépressible : explorer les résonances, dans le fonds imaginaire que partagent beaucoup d'entre nous, des images d'aujourd'hui. Rythme de la chronique : chaque samedi. Sa chronique reprendra le 7 février 2017.

nouveau media
chronique du par

Ces objets qui nous trahissent

Vendredi dernier, une attaque informatique de grande ampleur paralysait quelques-uns des plus gros sites internet américains : Twitter, eBay, Paypal, Netflix, Reddit, CNN, le Wall Street Journal, le New York Times… L'attaque, qui se concentra non pas sur ces entreprises mais sur le serveur assurant la connexion entre les utilisateurs et les sites, se fit par l'intermédiaire de plusieurs milliers d'objets domestiques connectés qui expédièrent des millions de requêtes impossibles à traiter…

… et c'est ainsi que le serveur tomba. Machines à laver envoyant un sms quand la lessive est terminée, réfrigérateurs avertissant qu'il faut racheter du lait et du beurre, aspirateurs robots se déclenchant à distance… tels furent les bons petits soldats des hackers. Car tous ces objets soi-disant intelligents ne disposent que de très peu d'espace mémoire et sont, par conséquent, dépouvus de mots de passe ou de pare-feux. Une aubaine pour les pirates du web qui purent ainsi les détourner de leur fonction habituelle, au nez et à la barbe de leurs propriétaires.

C'est ainsi que des objets censés être à notre service peuvent maintenant se transformer en ennemis. Ah ! Il est loin, le temps où Madame Arpel faisait visiter à ses copines vertes de jalousie la cuisine entièrement automatisée de sa maison ultra-moderne : « Alors là, chères petites amies, je suis ici chez moi ! », s'exclamait-elle avec fierté avant de faire la démonstration du lave-vaisselle, du lave-linge, du mixer de légumes, du stérilisateur, du ventilateur :

Extraits de Mon Oncle, de Jacques Tati, 1958
À VOIR ABSOLUMENT !

 

Qui aurait pu penser que des objets réputés intelligents, tels ceux de la cuisine, pouvaient être aussi stupides ? Ray Bradbury en eut la préscience, lui qui publia dans ses Chroniques martiennes (1950) une nouvelle intitulée Viendront de douces pluies où il est question d'une maison qui se dresse, seule, au milieu d'une cité en ruine ravagée par une bombe atomique. Une maison entièrement...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Les incontournables

Commentaires d'utilité publique

Avant Depardieu-Dumas, d'autres blancs noircis

Tout le monde connaît les dégâts du racisme, l'oppression et les saloperies commises au nom de nombreux dogmes, lois ou ...

Par sleepless
le 27/02/2010

lettre ouverte à Pierre Laurent,

On peut tout montrer, pourvu qu'on explique? Maître Alain Korkos semble donc prêt à accepter plus facilement des photos ...

Par Arya
le 10/01/2009
Tous les forums >