Chez @manhack

Pirates, développeurs, hackers, startupeurs, barbares, pionniers, espions de la NSA, censeurs, censurés, paranos, libristes, wikistes, cette chronique est la vôtre (ou tout comme).

nouveau media
chronique du par

Non, chers juges, je n'ai pas volé le fichier de l'armée !

Voici comment je l'ai trouvé grâce à Google

Relaxé en première instance, condamné en appel, Olivier Laurelli (également connu sous le pseudonyme de Bluetouff), a de nouveau été "condamné en cassation pour avoir téléchargé des documents via Google", comme l'a titré Le Parisien. J'avoue : j'avais moi aussi découvert il y a quelques mois, par hasard et via Google, des documents et données de l'armée française auxquels je n'étais pas censé pouvoir accéder. Pour autant, je ne suis pas un "voleur". Explications techniques à destination des magistrats (et de quelques autres).

L'été dernier, j'expliquais comment j'avais retrouvé des dizaines de documents estampillés "CONFIDENTIEL - NE PAS DIFFUSER" sur des sites web de l'administration et du gouvernement français. Il suffisait en effet d'entrer dans le formulaire de Google la requête "ne pas diffuser" inurl:gouv.fr filetype:pdf pour demander au moteur de recherche la liste de tous les fichiers .pdf qu'il avait indexé sur les sites web hébergés en .gouv.fr et comportant la mention "ne pas diffuser" (ce genre de mention se retrouve d'ordinaire plus facilement dans des fichiers .pdf que sur des pages web).

Les données contenues dans plusieurs de ces fichiers auraient pu valoir à ceux qui les avaient mises en ligne d'être poursuivis voire condamnés, mais je les avais contactés pour qu'ils retirent les fichiers, et personne -à ma connaissance- n'a été poursuivi.

Olivier Laurelli, de son côté, avait découvert (et téléchargé) 8000 fichiers sur l'extranet non protégé de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES), puis mis en ligne un article sur la dangerosité des nano-matériaux sur Reflets.info, le site d'information indépendant qu'il a co-fondé, ce qui lui avait valu d'être cueilli à l'aurore par des agents du contre-espionnage, placé en garde à vue pendant 30 heures, et d'être poursuivi en Justice... quand bien même l'ANSES n'avait pas porté plainte contre lui (voir les explications de Bluetouff : La non-affaire Bluetouff vs ANSES, et...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Les incontournables

Commentaires d'utilité publique

#JeSuisKouachi : le hashtag sulfureux peut dire merci au FN

Remarquable enquête, documentée, étayée et finalement intelligente. La critique des (nouveaux) médias par quelqu'un qui (i...

Par Sebastien Lemar
le 22/01/2015

Crash du MH17 : les preuves sont-elles sur YouTube, Google, Facebook ?

Je suis un peu effrayé par la facilité avec la quelle certains internautes avalent cette bouillie grotesque que nous propose ...

Par Vogelsang
le 22/11/2014
Tous les forums >