Chez @manhack

Pirates, développeurs, hackers, startupeurs, barbares, pionniers, espions de la NSA, censeurs, censurés, paranos, libristes, wikistes, cette chronique est la vôtre (ou tout comme).

PNCD
chronique du par

Une fois de plus, j'ai cherché le "Big Brother" du Monde

En vain !

Contrairement à ce qu'affirme Le Monde, qui y consacrait sa "Une", la "Plateforme nationale de cryptage et de décryptement" (PNCD) de la DGSE, qualifiée de "« Big Brother » dissimulé au cœur du renseignement", n'est pas un "secret sur lequel la République a réussi, depuis 2007, à maintenir un silence absolu" : j'en avais parlé, en 2005; loin d'être un "big brother", ce pôle (et non plateforme) ne fait que décrypter les messages chiffrés interceptés par les services de renseignement; enfin, il est improbable qu'il soit "relié aux centres de stockage de tous les opérateurs installés en France", et donc qu'il serve à faire de la "surveillance de masse" des internautes français. Retour sur un débat encore obscurci par l'intervention télévisée de François Hollande sur Canal+.

/media/article/s77/id7656/original.80337.png

En octobre dernier, Le Monde affirmait que "le programme national de cryptage et de décryptement (PNCD) permet d’intercepter les communications Internet". Dans un second article, intitulé "Ce « Big Brother » dissimulé au cœur du renseignement" et publié le 11 avril, le journal précise : il s'agirait d'"un système complexe et occulte de recueil massif et de stockage de données personnelles étrangères et françaises dans lequel les services de renseignement français puisent à leur guise et sans aucun contrôle autre que leur propre hiérarchie".

En confirmant son existence, en direct sur Canal+, tout en précisant qu'"il n'y avait pas de loi pour le contrôler", François Hollande a jeté encore un peu plus de confusion autour de ce programme classé "secret défense".

A l'occasion du débat sur le projet de loi relatif au renseignement, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, avait en effet "démenti le contenu de l’article du Monde de la manière la plus ferme", le 14 avril, et que "ces pratiques n’existent pas, tout simplement parce qu’elles ne sont pas conformes au droit, à la loi", niant donc l'existence d'un programme de surveillance de masse de l'Internet en-dehors de tout contrôle .

Le lendemain, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, n'en avait pas moins reconnu l'existence du PNCD, tout en précisant qu'"il ne faut pas fantasmer exagérément sur le sujet. Son vrai nom est le suivant: Pôle national de cryptanalyse et de décryptement",et il est "consacré au...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Les incontournables

Commentaires d'utilité publique

#JeSuisKouachi : le hashtag sulfureux peut dire merci au FN

Remarquable enquête, documentée, étayée et finalement intelligente. La critique des (nouveaux) médias par quelqu'un qui (i...

Par Sebastien Lemar
le 22/01/2015

Crash du MH17 : les preuves sont-elles sur YouTube, Google, Facebook ?

Je suis un peu effrayé par la facilité avec la quelle certains internautes avalent cette bouillie grotesque que nous propose ...

Par Vogelsang
le 22/11/2014
Tous les forums >