Le pouvoir déteste-t-il le numérique ? C'est ce que semblent roucouler les pigeons, ce mouvement d'entreprenautes né au début du quinquennat Hollande. Ecole, impôts, mentalités : tout s'opposerait aux "pépites" françaises. Mais l'amour du numérique implique-t-il le ralliement au libéralisme sans freins ?

Publié le 03/04/2014  Alimenté le 12/10/2017
Free work
chronique du par

La guerre du logo est déclarée

Creads, bienfaiteur ou esclavagiste des graphistes ?

Encore un front ouvert entre ancien et nouveau monde ! Entendez : entre monde ante et post-numérique. Nous avons beaucoup parlé ici de la bataille qui oppose les véhicules de tourisme avec chauffeur – VTC – et les taxis. Mais dans le front qui nous intéresse aujourd’hui, pas de modernes contre ringards. Le front ne se déroule pas dans les rues de Paris mais sur les blogs et les réseaux sociaux. Et cette fois-ci il divise les plateformes de création graphique et les graphistes indépendants – dits aussi freelance. Que reprochent-ils à ces plateformes ? De pratiquer le travail gratuit. Suivez-moi, je vous emmène au front.

Posons-nous d’abord dans le camp des nombreuses plateformes. On trouve des vétérans comme 99 designs, d’origine australienne, première place de marché au monde pour le graphisme, ou encore des locaux comme Wilogo ou Creads. Que proposent-elles ? De solliciter leur communauté de designers, qui se compte en dizaines de milliers, pour vous créer un support graphique. Le message de Wilogo, par exemple, est très clair : "mettez en concurrence nos 37 000 graphistes pour la création de votre logo, vos bannières, votre webdesign et bien plus encore..." Le fonctionnement est un jeu d’enfants. Mettons que je sois patronne d’une entreprise – appelons-la AnneSoCorp. J’ai besoin d’un logo. Je m’inscris sur une de ces plateformes, je décris mes besoins – un logo chic, en rondeur, pas trop coloré – et je soumets ma demande aux créatifs inscrits. Un concours en somme. Je reçois des propositions, je choisis la meilleure et hop, j’ai mon logo. Le coût est minime, le temps de création très court. Sept jours selon Les filles du marketing, petite boîte qui sous-traite… du marketing.

En quête d’un logo, ces filles ont raconté sur leur blog leur expérience plutôt réussie sur 99designs. Elles ont opté pour le tarif de base – pas le premier prix mais le tarif le plus fréquemment choisi, soit 379 euros. En une semaine, elles ont eu des dizaines de propositions, "à boire et à manger". Après des heures d’échanges avec les graphistes, pour les uns talentueux pour les autres du dimanche, elles ont...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

vignette émission - Intelligence artificielle

Intelligence artificielle : "on plaque des solutions technologiques sur des questions sociales"

arrêt sur images, émission publié(e) le 12/10/2017 par la rédaction

L'intelligence artificielle déferle sur le monde. Pas un jour sans qu'une dizaine d'articles expliquent quel nouveau champ elle s'apprête à révolutionner. Et pourtant, elle apparait toujours aussi absconse : y a-t-il "une" intelligence artificielle, ou plusieurs, appliquées à des taches ...

nouveau media

Deliveroo : "Le digital n'est pas capable de vivre sans les livreurs"

Livraison à domicile : service ou servitude ?

arrêt sur images, émission publié(e) le 25/08/2017 par la rédaction

La société ubérisée nous promet-elle un paradis du numérique ou un enfer social ? Depuis le début de ce qu’on appelle la révolution numérique, les deux représentations s’affrontent. Paradis des auto-entrepreneurs avec horaires à la carte ou enfer de l’esclavage moderne, le débat est...

nouveau media

Dominique Seux, airbnb et l'eau de pluie

chronique publié(e) le 11/04/2017 chez les matinautes

La rude concurrence radiophonique étant ce qu'elle est, j'avoue ne pas écouter pieusement chaque matin Dominique Seux, des Echos, sur France Inter. C'est un tort. Il n'est jamais décevant. Pas un jour sans que passe, plus ou moins en douce, la vision patronale de l'économie. Hier matin, comme le...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Deliveroo : "Le digital n'est pas capable de vivre sans les livreurs"

Je comprend que vous ne vouliez pas relancer le débat a la fin, mais le speech de fin de D.Jaquet méritait au moins quelques ...

Par Rom'
le 25/08/2017

Dominique Seux, airbnb et l'eau de pluie

Vu que Mélenchon monte dans les sondages, une autre vision du miracle AirBnb: - ça permet à la femme de médecin du 16e d'...

Par Bolzano
le 11/04/2017

La France déteste-t-elle ses développeurs ?

Donc si je récapitule, l'école 42 c'est : - Pas de profs (donc pas d'enseignment) - Pas de programme - Pas d'horaires...

Par LuckyLuke
le 02/04/2014
Tous les forums >