Métronome, Inquisitio, des livres éreintant la discipline, un historien pamphlétaire star du web : les batailles de l'histoire continuent.

Publié le 19/10/2012  Alimenté le 23/09/2017
USA URSS pertes 2e guerre mondiale
chronique du par

Débarquement : recadrages mémoriels

Insupportable Olivier Berruyer ! Il ne lui suffisait donc pas de révéler que le site de TF1

, "faute de temps", avait caviardé l'interview de Poutine pourtant présentée comme "intégrale" sur le site de la chaîne, voici le blogueur qui saute en parachute sur les plages du débarquement, avec cette infographie sacrilège :

/media/breve/s176/id17537/original.71916.jpg

On peut évidemment pinailler ce spectaculaire schéma. On peut rappeler, par exemple, qu'à la différence de celui des USA, le territoire de l'URSS avait été envahi par les Allemands, ce qui biaise légèrement toute comparaison. On peut malicieusement rappeler à Berruyer que parmi les soldats de l'Armée rouge, se trouvaient nombre d'Ukrainiens, ce qui justifie pleinement l'invitation en Normandie du nouveau président Porochenko (même si, à en croire Le Monde, cette invitation ne doit pas grand chose à l'équité mémorielle, et beaucoup à l'actualité). On peut surtout redire que cette disproportion ne retire rien à l'héroïsme des troupes anglo-américaines débarquant sous la mitraille des bunkers allemands.

Reste que ce schéma redit l'essentiel : que la guerre fut gagnée à l'Est, avant de l'être en Normandie. Sans le sacrifice des soldats soviétiques, pas de victoire finale. Sans Stalingrad, le débarquement anglo-américain aurait été impossible. Pourquoi, alors, ne l'enseigne-t-on pas ainsi aux petits Français ? Parce que l'Histoire est fabriquée par les contingences du moment. Parce qu'il était impossible, pendant la guerre froide, de reconnaître que la France devait sa liberté à l'URSS, analysait sur France Inter, ce matin, l'historien Denis...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Deutsch Larrère

Patrimoine/Bern : Lorànt Deutsch s'en prend à Mathilde Larrère

suivi publié(e) le 23/09/2017 par la rédaction

Contre-attaque. Samedi 16 septembre, notre chroniqueuse, l'historienne Mathilde Larrère, reprenait Emmanuel Macron et Stéphane Bern, récemment nommé "Monsieur Patrimoine" du gouvernement, sur une "mésinteprétation de l'édit" de Villers-Cotterêts. Selon les deux hommes, cet édit, signé en ...

nouveau media

Non, Macron et Bern, ce n'est pas François Ier qui a imposé le français en France !

chronique publié(e) le 21/09/2017 chez Mathilde Larrère Article temporairement gratuit

La réplique a été foudroyante. A peine Emmanuel Macron et Stéphane Bern, au cours des Journées du patrimoine, avaient-ils attribué au roi François Ier le mérite d'avoir imposé la langue française à tout le pays, que Mathilde Larrère lançait la contre-offensive sur Twitter. Non, le ...

nouveau media

Macron, de la main de Trump aux bras de Poutine

chronique publié(e) le 29/05/2017 chez les matinautes

Alerte Stéphane Bern ! Soit je me trompe, soit on est partis pour une journée rétro-Versailles.Infortuné Guillaume Erner, qui interroge ses invités sur l'utilisation macronienne des "symboles républicains". Républicains ? Réponses immédiates : le Louvre et Versailles ne sont pas vraiment ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Race blanche : oui, c'était De Gaulle. Mais...

De quoi Nadine est-elle le nom? Pour la blonde lorraine, ex-ministre de la Famille et de la Solidarité (!) qui porte le nom ...

Par Gilles Vilain
le 01/10/2015

Non, Assassin's Creed Unity n'est pas une leçon d'histoire

@ Robin Andraca, vous ne comprenez pas ... Mélenchon et Alexis Corbière ne s'en prennent pas dutout aux libertés que les ...

Par sandy
le 20/11/2014

"J'accuse l'extrême-droite de tenter une mainmise sur l'histoire"

Oui, bon, avant de parler des programmes, de repentance et de bien-pensante, faudrait peut-être aller voir ce qu'ils disent. ...

Par Potiron
le 27/10/2012
Tous les forums >