Chez Alain

Alain Korkos a animé pendant plusieurs années le blog "La boîte à images". Sa manie irrépressible : explorer les résonances, dans le fonds imaginaire que partagent beaucoup d'entre nous, des images d'aujourd'hui. Rythme de la chronique : chaque samedi.

nouveau media
chronique du 14/12/2013 par Alain Korkos

Splendeur et misère du reporter photographe

Le métier de reporter photographe remonte au crépuscule du XIXe siècle, il commença probablement avec le grand-breton Roger Fenton qui photographia la guerre de Crimée à la demande de la reine Victoria :

/media/article/s64/id6374/original.66438.zoom.jpg

Rien n'est plus étrange que la destinée du rapporteur d'images, mélange d'adrénaline et d'absurdité. Sa vie, qui s'inscrit le plus souvent dans l'ombre d'Albert Londres et de Robert Capa, est constituée de grands reportages effectués dans des contrées parfois sauvages et inhospitalières d'où il ramène de saisissantes images, que les lecteurs affamés de nouvelles admireront dans des magazines chez le dentiste.

/media/article/s64/id6374/original.66439.jpg

/media/article/s64/id6374/original.66440.jpg

/media/article/s64/id6374/original.66441.jpg

/media/article/s64/id6374/original.66442.png


Famines, tremblements de terre, coups d'État, guerres… Le reporter photographe qui a choisi de couvrir les conflits armés a parfois tendance à y perdre la vie. Ainsi, Robert Capa a sauté sur une mine au Viêt-Nam en 1954, Gilles Caron a disparu au Cambodge en 1970, Henri Huet a perdu la vie dans un hélicoptère en flammes au Viêt-Nam en 1971. Et tant d'autres journalistes, photographes ou non (voir par là l'état de ces disparitions pour l'année 2013).

Cette hécatombe permanente n'a cependant jamais découragé les vocations. Ainsi, Roberto Schmidt, né à Bogota (Colombie) en 1966, est reporter photographe depuis de longues années. Alors qu'il était responsable du bureau de l'AFP à Nairobi, il couvrit notamment le référendum pour l'indépendance du Sud Soudan en 2010 :

/media/article/s64/id6374/original.66443.png


En 2011, il photographiait les réfugiés somaliens frappés par la famine :

/media/article/s64/id6374/original.66444.jpg


En 2011 toujours, Roberto Schmidt couvrait la guerre civile en Libye :

/media/article/s64/id6374/original.66445.jpg

Et là, le 20 mars, il se fit enlever par une milice avec deux de ses collègues, Dave Clark de l'AFP et Joe Raedle de Getty Images. Ils seront tous...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Les incontournables

Commentaires d'utilité publique

Avant Depardieu-Dumas, d'autres blancs noircis

Tout le monde connaît les dégâts du racisme, l'oppression et les saloperies commises au nom de nombreux dogmes, lois ou ...

Par sleepless
le 27/02/2010

lettre ouverte à Pierre Laurent,

On peut tout montrer, pourvu qu'on explique? Maître Alain Korkos semble donc prêt à accepter plus facilement des photos ...

Par Arya
le 10/01/2009
Tous les forums >