Pubs et représentations sexistes, évidemment. Mais pas seulement. Sur les plateaux d'experts, dans les colonnes des journaux, la parité est loin d'être atteinte. Le sexisme médiatique, traqué jusque dans ses retranchements les plus insoupçonnables.

Publié le 29/06/2011  Alimenté le 19/11/2017

Sur le blog Genre, A.-C. Husson (normalienne, agrégée de lettres modernes et militante féministe) revient, dans un post publié le 15 juillet dernier, sur la notion de male gaze, de regard masculin, tel qu'il fut défini par Laura Mulvey en 1975 dans un article intitulé Visual pleasure and Narrative cinema (Plaisir visuel et cinéma narratif). L'occasion de jeter un oeil sur cette étude et de voir comment une juste constatation peut être réduite en poussière par un raisonnement spécieux et des exemples malvenus.

«En 1975 écrit A.-C. Husson dans un post intitulé Le "male gaze" (regard masculin), la critique de cinéma Laura Mulvey forge et définit le concept dans un article intitulé "Plaisir visuel et cinéma narratif". Cet article a exercé une très grande influence sur les études cinématographiques. Elle utilise le cadre de la psychanalyse freudienne et lacanienne (analyse du rôle joué par le regard dans le stade du miroir) dans une perspective féministe et polémique. »

Signalons de suite une petite erreur : le lien indiqué dans le blog n'est pas le bon, l'étude de Laura Mulvey est lisible en français et en deux parties ici et .

L'auteure du blog rappelle ensuite que Mulvey s'est attardée sur les films de Hitchcock, « fasciné comme on sait par le voyeurisme (dans ses films comme dans la vie) ». Et elle montre une photo de plateau de Fenêtre sur cour (Rear Window, 1954)…


… qu'elle trouve particulièrement éclairante, et qu'elle analyse brièvement : « Le regard du spectateur n’épouse pas exactement celui du personnage masculin, puisqu’il la regarde de face alors que Jeff la regarde de dos ; mais elle est offerte aux deux, qui fonctionnent de manière complémentaire, l’embrassant dans un regard unique et omnipotent. »

Ce faisant,A.-C. Husson commet une erreur qu'évite Laura Mulvey : elle analyse une image de film comme s'il s'agissait d'un tableau (juste au-dessous de ce paragraphe elle a d'ailleurs disposé une Vénus peinte par Cabanel), au lieu de se souvenir qu'il s'agit d'un...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Dans les romans primés de la rentrée, où sont donc les personnages de femmes ?

Seuls deux romans sur huit passent le test de Bechdel

observatoire publié(e) le 19/11/2017 par Capucine Truong

Sept prix littéraires. Huit hommes (blancs, de surcroît). Sans conteste, le palmarès des prix littéraires 2017 n'est pas très divers. Est-il sexiste pour autant? Faute de pouvoir répondre à la question (pour cela, il faudrait se glisser dans la tête des jurés), nous avons voulu savoir, dans...

nouveau media

Culture du viol : oui, il faut avaler la pilule rouge de Matrix !

chronique publié(e) le 09/11/2017 chez André Gunthert

Balance ton porc, un débat sans images ? Oui. Et cette absence signale le caractère inédit de la controverse : aucun stock de caricatures n'était disponible. A une exception près : le recours à l'archive cinématographique, pour documenter la culture du viol. Après notre émission sur le ...

nouveau media

Le masculin ne l'emportera plus sur le féminin : merci Weinstein !

chronique publié(e) le 07/11/2017 chez les matinautes

Enfin une initiative. Retenez bien ce chiffre : ils sont 314. Je devrais dire, ils et elles. Ils et elles sont 314 profs et proffes, qui déclarent ce matin qu'ils n'enseigneront plus, dans leurs classes, la règle grammaticale selon laquelle "le masculin l'emporte sur le féminin". C'est un peu ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Culture du viol : oui, il faut avaler la pilule rouge de Matrix !

D'un site comme @si, j'attends qu'il montre pourquoi les nouveaux détracteurs de "L'Empire contre-attaque" ne le présentent ...

Par nicco
le 09/11/2017

Laurent Baffie soulève la jupe de Nolwenn Leroy : le CSA ouvre une enquête

Cet article d'@si est consternant. Il ne s'agit évidemment pas ici d'une agression sexuelle. D'abord parce que le mot ...

Par Julot Iglésias
le 25/09/2017

Pourquoi si peu de femmes sur le plateau d'@si ?

en tous cas, si vous pouviez éviter de ré-inviter Elisabeth Levy, ça serait gentil. Merci!

Par stephanie
le 13/12/2011
Tous les forums >