Comédiens qui s'exilent fiscalement, critiques de films complaisantes, révélations fracassantes sur les cachets des stars: coups de projecteurs sur les coulisses des tournages. Clap.

Publié le 03/01/2013  Alimenté le 18/10/2016
nouveau media
chronique du par

Ceci est-il un acteur ?

Tintin contre le fantôme de James Dean

Mots-clés : cinéma, Hergé, Tintin

Quelque chose de notable s’est produit cette année, entre la sortie de La Planète des singes les origines et celle des Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne. La presse internationale a décidé de traiter ces deux films en évoquant... les comédiens qui en incarnaient les rôles principaux. Ce pourrait être le B.A.BA de la chronique de films mais, dans le cas d’œuvres tournées en performance capture, cette évocation est exceptionnelle. Pourquoi une partie de la critique et du public restent-ils réfractaires à cette méthode de fabrication ? Pourquoi souhaite-t-on "voir le visage des acteurs" avant d'appréhender leur performance ? /media/article/s45/id4443/original.42747.zoom.jpg/media/article/s45/id4443/original.42744.jpg/media/article/s45/id4443/original.42746.zoom.jpg

"Quel intérêt ont les acteurs" à participer à des films des films dans lesquels "on ne les reconnait pas" ?

- C'est la question que l'on se posait, sur le plateau de l'émission Télématin, sur France 2, à propos du Tintin de Spielberg. Pour la chroniqueuse Charlotte Bouteloup, jouer une scène dans sa continuité et avec liberté de mouvement (sans se préoccuper ni de la caméra ni de la lumière), à la façon d'un acteur de théâtre, devait être quelque chose de "très ingrat" et "pas très amusant".

- Point de vue inverse dans l'émission La Quotidienne du cinéma, sur TPS Star. Yannick Dahan s'emporte au contraire, et évoque une méthode qui "place l'acteur au centre", initiant une "révolution" dans la façon de concevoir les films.

Introduction en duo à notre chronique d'aujourd'hui picto

 

La sortie largement médiatisée du film de Spielberg a eu l'avantage de poser plus clairement la question de la performance capture, et révéler la nature des résistances que suscite ce procédé.

Car depuis la sortie du Pôle Express de Robert Zemeckis, il y a déjà sept ans, tous les films ayant eu recours à la performance capture (Monster House, Beowulf, Le Drôle de Noël de Scrooge ainsi que toute une partie d’Avatar) se sont vus immanquablement rangés dans la case "animation". Malgré les noms de stars à l’affiche et les multiples interviews, malgré la promotion, malgré les images de tournage disponibles sur les DVD, les commentaires des journalistes ou des spectateurs évitaient régulièrement...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Marianne : la rédaction dénonce la "censure" d'une critique du film de Tavernier

Pas touche au "chroniqueur-banquier" de l'hebdo

enquête publié(e) le 18/10/2016 par Manuel Vicuña

Le dernier film de Bertrand Tavernier interdit de cité dans les pages de Marianne ? Dans un communiqué interne auquel @si a eu accès, la société des rédacteurs de l'hebdomadaire dénonce ce lundi une "censure". En cause ? Le directeur des pages Culture du magazine, Laurent Nunez, qui n'aurait ...

Trapenard Clooney 3

A Cannes, Trapenard et ses "potes"

chronique publié(e) le 13/05/2016 chez les matinautes

Ils sont tout de même quelques uns à Canal+ qui, échappant à l'oeil d'aigle de Bolloré, ont réussi à voleter vers la bulle de Cannes. Dans les rescapés, Denisot, contraint d'interviewer Lucchini dans les rues de la ville, et sur une sorte de terrasse de café, au milieu des badauds. Ô ...

Merci patron Le Monde

Merci patron : merci les critiques ! (mais pas tous)

suivi publié(e) le 24/02/2016 par Anne-Sophie Jacques

Que pense la presse du film Merci patron de François Ruffin sorti officiellement en salle aujourd’hui ? Entre l’enthousiasme affiché du Monde, du Canard enchaîné ou de Télérama et le silence pieux des Echos et du Parisien, propriétés de Bernard Arnault, héros du film de Ruffin, on ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Ceci est-il un acteur ?

Je tiens à saluer le retour de Rafik Djoumi et de ses chroniques passionnantes et dissonantes. Vous nous avez manqué, ...

Par LolranLenz
le 11/11/2011

Voyage dans les musiques de films, deuxième époque

Bon, sur le précédent forum, je n'ai pas répondu à la petite dizaine d'affirmations par lesquelles on (il) prétendait ...

Par Rafik Djoumi
le 14/02/2011

"Le cinéma n'a rien à voir avec la littérature"

Je serais très friand d'analyses de séquences hebdomadaires de Rafik. Pas la peine de faire long, ni d'avoir des invités. Un ...

Par Paul Calori
le 30/12/2010
Tous les forums >