Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Gaspard Glanz (Taranis News) va demander la carte de presse

Par le - 17h59 - suivi

"Taranis News n’a pas dit son dernier mot", assure son fondateur. Dans un billet publié cette semaine, le vidéaste et photographe Gaspard Glanz annonce que son agence spécialisée dans la couverture des mouvements sociaux va ralentir la cadence jusqu’à septembre. Le temps pour lui de repartir du bon pied après une année de démêlés avec la police et la justice. Tour à tour gardé à vue en marge du démantèlement de la jungle de Calais, placé sous contrôle judiciaire, fiché S, convoqué par la justice, Glanz raconte: "Sans avoir pu me déplacer pendant huit mois je n’ai pas pu travailler et je n’ai pas gagné d’argent". Pour autant, assure-t-il "l’aventure continue", simplement "Taranis News va changer de forme juridique et se transformer pour devenir moins vulnérable". En clair, pas question de fermer boutique, mais simplement de changer de statut au regard de l’administration, afin, entre autres, pour Glanz de pouvoir faire une demande de carte de presse. "Ça fait longtemps que j’aurais dû faire ces démarches" confie le journaliste à @si.

"La carte de presse, si on l’a, on n’est pas emmerdé". Gaspard Glanz en sait quelque chose, lui qui ne l'a pas. En novembre dernier sur notre plateau le fondateur de Taranis News revenait sur les difficultés auxquelles il était confronté en tant que vidéaste "sans carte" couvrant, en première ligne, les violences policières durant les manifestations anti-Loi Travail : "Je suis allé trois fois en garde à vue à cause de la carte de presse en un an. Parce que je ne l’ai pas", soupirait le vidéaste sur notre plateau.

"Mais cette fois, je vais demander la carte de presse en espérant que les forces de l’ordre arrêtent de me faire chier, on verra bien", lâche Glanz, contacté ce vendredi par téléphone. Il ajoute : "Pas question a priori que la commission de la carte me la refuse, étant donné que ça fait six ans que je tire 100% de mes revenus du journalisme en vendant mes images à la presse".

Les ennuis judiciaires ne sont pour autant pas entièrement dissipés pour Glanz. Soupçonné d'avoir volé un talkie-walkie à un CRS dans la "jungle" de Calais, il comparaissait le 17 juin au tribunal de Boulogne-sur-Mer, où deux mois de prison avec sursis ont été requis contre lui. Le délibéré doit être rendu le 21 juin. "En cas de condamnation, je ferai évidemment appel. Dans cette affaire, pour moi c’est la relaxe ou rien", martèle-t-il, en se disant prêt à saisir la justice à son tour pour demander "réparation". L’audience du 17 juin met fin, en tout cas, au contrôle judiciaire sous lequel il était placé depuis octobre 2016, ainsi qu’à son interdiction de séjour à Calais.

L'occasion de voir notre émission avec Gaspard Glanz : Calais : "Si je n'étais pas journaliste, j'aurais ramené des paquets de riz"

Et aussi cette autre émlission sur les violences policières : "On laisse pourrir pour inciter à la violence"


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Manifs et violences

Libé Désintox Rennes

Manifestation à Rennes : Libé désintoxe une tribune de Libé

(et vice-versa)

observatoire publié(e) le 21/06/2017 par Juliette Gramaglia

Bataille d'images sur une manif de Rennes. Une tribune parue dans Libération lundi 19 juin dénonce le procès pour "violence aggravée" qui s'ouvre ce 21 juin contre sept Rennais. Ils sont accusés d'avoir agressé deux policiers le 27 avril dernier lors d'une manifestation, poussant l'un d'eux à...

Amnesty

Amnesty International dénonce les entraves au droit de manifester

L'état d'urgence, prétexte pour brimer les contestations

suivi publié(e) le 31/05/2017 par Anne-Sophie Jacques

C’était un sentiment, c’est devenu une évidence : l’état d’urgence mis en place après les attentats de Paris en novembre 2015 pour lutter contre le terrorisme permet aussi – et surtout ? – d’entraver le droit de manifester. C’est la conclusion du rapport d’Amnesty International...

Non iTélé, participer à une manif non déclarée n'est pas un délit !

observatoire publié(e) le 23/02/2017 par la rédaction

La préfecture de police a-t-elle tenté de dissuader les lycéens de manifester ? Alertée par des appels sur les réseaux sociaux à bloquer des lycées et manifester sans autorisation contre les violences policières, la préfecture de police a tenu à rappeler, hier soir sur Twitter, que toute ...

Tous les contenus de ce dossier >