Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Syrie : la photo d'un photographe en larmes devient virale

Par le - 16h25 - lu

C’est la nouvelle image virale pour dire l’horreur de la guerre en Syrie. Après un attentat suicide qui a tué 126 personnes, l’un des photographes présents sur place s’est effondré en larmes. L’un de ses collègues l’a pris en photo.

Il y a les voitures enflammées derrière, et la fumée qui en sort. Il y un enfant calciné, face contre terre. Et puis il y a cet homme, agenouillé sur le sol, en larmes, un appareil photo dans la main droite.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Samedi 15 avril, un kamikaze a lancé sa camionnette piégée dans un convoi de bus transportant des milliers d’habitants évacués de Joua et de Krafraya, deux villes pro-gouvernement, assiégées par les insurgés, dans le nord-est du pays. Le bilan est de 126 morts, dont 68 enfants.

Sur place, le journaliste syrien Ahmad Primo poste, sur son compte Twitter, plusieurs photos de l’après-explosion : des corps d’hommes, de femmes, d’enfants sortis des flammes. Et puis ce cliché, celui du photographe syrien Adb Alkaded Habak, mentionné dans le tweet, à genoux et en larmes. "Voilà le collègue Abd Alkader Habak en train de pleurer d’impuissance et de douleur les victimes de l’attaques terroriste".

nouveau media

Une autre photo, postée quelques heures plus tard sur Twitter, montre le photographe courir avec un enfant dans les bras.

nouveau media

La photo du photographe en larmes est depuis devenue virale, partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux, et n'a pas tardé à être reprise par nombre de médias français (et internationaux).

nouveau media

Interrogé par la chaîne britannique Channel 4, le photographe est revenu sur ces évènements. "Les mots ne peuvent pas décrire ce qui s'est passé. J'étais à côté d'un bus transportant de la nourriture aux enfants, quand soudain à quelques mètres, une énorme explosion a retenti". Il commence alors à filmer la scène, puis voit un petit garçon qui a besoin d’aide. C’est lui qu’on voit dans ses bras, sur le cliché où il court. "Je l'ai regardé et j'ai vu qu'il respirait encore. Je l'ai pris dans mes bras et je me suis mis à courir vers les ambulances. Je ne sais pas s'il s'en est sorti, mais j'ai fait ce que j'ai pu. Je sais juste qu'il a été transporté vers un hôpital", a-t-il raconté par Skype, à Channel 4.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Syrie, guerre à huis-clos

omran

Alep : l'enfant symbole réapparaît dans des médias syriens pro-Assad

observatoire publié(e) le 08/06/2017 par la rédaction

Sa photo avait fait le tour du monde. Omran, le petit garçon d'Alep que l'on avait vu en août 2016 assis dans une ambulance, le visage hagard, après un bombardement, est réapparu en bien meilleure santé dans des médias libanais et syriens pro-gouvernement, comme l'a repéré The Telegraph. C'...

nouveau media

Alep : deux vétérans du journalisme français critiquent l'unanimisme médiatique

"Faillite", "absence de recul" : la charge de J.F. Kahn et J.C. Guillebaud

observatoire publié(e) le 16/01/2017 par Matthieu Beigbeder

Le traitement médiatique de la reprise d'Alep par les forces de Bachar al-Assad, revendiquée le 22 décembre dernier par l'armée syrienne, a suscité à retardement plusieurs critiques, notamment de deux figures du journalisme français, Jean-François Kahn et Jean-Claude Guillebaud. Les médias ...

nouveau media

Syrie : Mediapart dépublie puis republie un post de blog critique

lu publié(e) le 31/12/2016 par la rédaction

Mediapart a dépublié, puis republié, le post de blog d'un de ses abonnés, qui critiquait "un traitement à sens unique de la crise syrienne" et accusait le site d'information de "verser dans la propagande de guerre la plus grossière". "Lettre ouverte aux journalistes de Mediapart (et à ...

Tous les contenus de ce dossier >