Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Pisani-Ferry, chef d'orchestre (hésitant) du programme de Macron

Par le - 17h49 - vu

Ces derniers jours, Les Echos et Libération ont fait le portrait de Jean Pisani-Ferry, l'économiste qui a aidé Emmanuel Macron à rédiger son programme, présenté ce jeudi. Lequel n'était pas très à l'aise le 25 février dernier sur le plateau de France Info sur l'âge du départ à la retraite. Le candidat d'En Marche a depuis clarifié les choses.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

"Le chef d'orchestre du programme Macron". "Le monsieur calculette de Macron". Ces jours-ci, Libération et Les Echos dressent le portrait de l'ancien expert économique de Jean-Marc Ayrault et de Manuel Valls, qui a rejoint Macron en janvier 2017. "Depuis le11 janvier, quotidiennement et jusque tard dans la nuit, Jean Pisani-Ferry, 65 ans, sélectionne, articule, chiffre les contributions des 400 experts mobilisés sur le «projet pour la France» du candidat d’En marche", raconte Libé, qui explique que Macron a installé cette "recrue de choix pour un candidat en quête de crédibilité" au dernier étage de son QG, "celui des décideurs".

"Il est l'homme qui doit prouver qu'Emmanuel Macron n'est pas un «hologramme». Ce jeudi matin, quand le candidat à la présidentielle présentera son programme au Pavillon Gabriel, à deux pas de l'Elysée, Jean Pisani-Ferry restera dans l'ombre, mais il aura, sans doute plus que d'autres, le trac", renchérissent Les Echos, qui rappellent que l'économiste a déjà contribué aux programmes de Lionel Jospin en 2002 et de François Hollande en 2012, mais que "c'est la première fois qu'il est responsable de l'ensemble de l'édifice et de sa solidité". "Ces derniers temps, il s'est particulièrement concentré sur la «réforme structurelle des retraites» promise par Emmanuel Macron", ajoutent Les Echos. "Ce sera un des points forts", promet même l'économiste au quotidien économique.

Concentré ? "Jusque tard dans la nuit ?" Sur cette question, tout ne semblait pourtant pas au point le 25 février sur France Info. Interrogé dans l'émission 8h30 Politique, l'économiste s'est montré incapable de répondre précisément au journaliste qui lui demandait : "Est-ce qu'on touche à l'âge de départ à la retraite ?". "Aujourd'hui, l'enjeu du système des retraites, ce n'est plus seulement un enjeu financier. C'est à dire qu'on est à peu près à l'équilibre. L'enjeu du système de retraite, c'est beaucoup plus de rétablir de la confiance", a-t-il esquivé, avant d'ajouter, toujours aussi hésitant : "Si on change un certain nombre de modes de fonctionnement du système, ça peut impliquer des variations". Comprenne qui pourra.


Les choses, ont semble-t-il, évolué depuis. Interrogé par Le Parisien sur l'âge du départ à la retraite, à la veille de présenter son programme lors d'une conférence de presse diffusée simultanément sur BFMTV, CNews, France Info, LCI et LCP, Macron s'est montré beaucoup plus clair que son conseiller en économie : "Je ne modifierai pas durant le quinquennat l’âge de départ à la retraite et je ne baisserai pas le niveau des pensions". Relancé par Le Parisien qui lui demande si tout le monde pourra continuer de partir à 62 ans à la retraite, au bout de quarante-deux ans de cotisation, Macron répond : "Oui, car la vraie question est la durée de cotisation. Les carrières longues pourront donc prendre leur retraite à 60 ans".


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Macron, bidon ?

Saou Macron Twitter

Accusé d'être "islamisto-servile", un cadre d'En Marche "mis en retrait"

Mohamed Saou : "ils m'ont dit qu'ils ne voulaient pas d'emmerdes"

observatoire publié(e) le 08/04/2017 par Juliette Gramaglia

Il ne participera plus à la campagne d'Emmanuel Macron. Mohamed Saou, cadre du mouvement "En Marche" dans le Val-d'Oise (95), a été mis "en retrait" par l'équipe du candidat jeudi 6 avril. La décision fait suite au post Facebook d'une essayiste proche du PS, qui accuse Saou d'être "islamisto-...

nouveau media

"Challenges" pro-Macron selon ses propres journalistes

lu publié(e) le 03/04/2017 par Robin Andraca

Pro-Macron, Challenges ? C'est l'avis de la société des journalistes de Challenges qui, dans un communiqué interne, dénonce une fréquence trop élevée d'éditoriaux pro-Macron publiés sur le site. Et des interventions "déplacées", suite à la publication d'articles plus critiques. ...

Mais pourquoi la presse consacre-t-elle Le Drian "ministre le plus populaire" ?

Aux sources d'un élément de langage

observatoire publié(e) le 25/03/2017 par Juliette Gramaglia

Jean-Yves Le Drian, ministre "le plus populaire" du gouvernement ? Comme un seul homme, tous les éditorialistres télé ont ainsi consacré le ministre de la Défense, au soir de son ralliement à Emmanuel Macron. Mais d'où vient cette unanimité ? Jeudi 23 mars, les éditorialistes de la télé ...

Tous les contenus de ce dossier >