Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Pub téléphone : la presse repeinte en bleu

Par le - 19h14 - vu

Une partie de la presse a vu la vie en bleu. Ce lundi matin, les maquettes de plusieurs médias, imprimés ou en ligne, se sont vues redécorées en bleu. La couleur du nouveau téléphone portable d'une marque de téléphonie mobile coréenne (que nous ne citerons évidemment pas), avec qui certains titres ont signé un partenariat commercial. Cette campagne publicitaire de grande ampleur n'a pas été du goût de la Société des Journalistes et des Personnels de Libération (SDJPL), qui en critique le caractère intrusif.

Adieu les traditionnelles pages blanches de nos journaux ? Pas tout à fait. Le temps d'une journée, certains médias de la presse française, quotidiens et hébdomadaires, imprimés ou en ligne, ont vu les pages blanches de leurs maquettes repeintes en bleues. La raison ? Les Échos, Le Figaro, Libération et Le Parisien, entre autres, ont signé un partenariat publicitaire avec une marque coréenne de téléphonie mobile. A l'occasion de la sortie de l'un de ses produits dans un nouveau coloris, le bleu corail, les journaux ont donc adopté la même couleur.

Figaro bleu

La mise en oeuvre de cette publicité s'est opérée de manière différente selon les titres. Le Figaro a opté pour des pages bleues, accompagnées d'une publicité du produit sur sa Une. Le Parisien et Aujourd'hui en France ont préféré un large bandeau au pied de leur Une pour expliquer la démarche. Les sites internet de certains hebdomadaires, comme Les Inrockuptibles ou Biba, ont revu, eux, la charte graphique de leurs pages d'accueil. Jusqu'au plus petit détail, pour Les Inrocks : le traditionnel orange du logo de l'hebdomadaire a été aussi remplacé par du bleu corail, y compris sur son profil Twitter.

Les Inrocks bleu

"Samsung se 'paye' Libé"

Une refonte qui pose problème à Libération. Le quotidien détaille à ses lecteurs la raison de l'opération dans un message de quelques lignes, en haut à droite de sa Une du 20 février : "Aujourd'hui, Libération se lit sur fond bleu. Aucune prise de position politique subreptice dans ce choix de couleur. Une simple opération publicitaire, pour les mobiles Samsung cette fois-ci, comme les journaux en font de temps en temps..." D'après le site Next Inpact, ce message, relativement neutre mais désapprobateur, fait référence à un courrier interne rédigé par la Société des Journalistes et des Personnels de Libération, que le site d'actualités numériques s'est procuré. Dans cette lettre, les journalistes regrettent que la direction du journal ait décidé de ne pas tenir compte de leur avis négatif, formulé avant la publication. Ils critiquent également l'intrusion trompeuse de la publicité dans l'information : "L'immixtion de la publicité dans l'espace dévolu à l'éditorial est regrettable. Et l'effet produit – Samsung se 'paye' Libé – désastreux."

Libé bleu

Comme le rappelle Next Inpact, ce dispositif de colorisation n'est pas nouveau. En octobre 2015, plusieurs journaux avaient vu leurs pages se colorer en jaunes après la signature d'une campagne publicitaire avec La Poste, pour la promotion d'une évolution du service Colissimo. Cette fois, c'était près d'une soxantaine de médias régionaux et nationaux qui avaient accepté d'abandonner leurs pages blanches le temps d'une journée.

Jaune Poste

(Valentin Etancelin)


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Pub : les mille ruses

nouveau media

Pour la rentrée, on a débusqué les pubs Instagram des chroniqueurs de Hanouna

Commerce d'influence décomplexé

chronique publié(e) le 06/09/2017 par Capucine Truong

Pour la rentrée, @si s'est posté devant Touche pas à mon poste (TPMP). Et s'est aussi créé un compte Instagram. Il y a un rapport : sur le réseau social de photographies, certains chroniqueurs de TPMP monnayent des "posts sponsorisés", dans lesquels ils se mettent en scène avec les produits ...

Vignette Obs pub

Publi-rédac : comment les marques se font discrètes (Obs)

lu publié(e) le 04/07/2017 par Juliette Gramaglia

Publi-rédactionnel, "native advertising", contenu de marque... L'Obs revient ce 2 juillet sur "l'irrésistible ascension du contenu publicitaire" dans les médias. La tendance n'a rien de nouveau : comme nous l'avons déjà largement évoqué, le "native advertising", cette forme de publicité qui ...

Détournement du mouvement "Black Lives Matter" : une marque retire sa pub

observatoire publié(e) le 06/04/2017 par Juliette Gramaglia

Banaliser la lutte contre les violences faites aux Noirs dans une pub ne paie pas. La marque Pepsi a été obligée de retirer sa dernière publicité après une vague d'indignation sur les réseaux sociaux. Les internautes ont reproché à la publicité d'avoir minimisé le combat du mouvement "...

Tous les contenus de ce dossier >