Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Valls / F2 : "Pourquoi j'ai refusé d'être la femme voilée"

Par le - 09h06 - lu

"Je m'inquiète d'une mode, qui est celle d'un voile revendiqué". Ce jeudi soir, invité de L’Emission politique de France 2, Manuel Valls n'en démord pas. "Il y a aujourd’hui un voile porté comme un étendard politique". Face à lui, sur le plateau: une jeune femme, voile vert posé sur les cheveux, fait de gros yeux. Attika Trabelsi, entrepreneure diplômée de Normal Sup’ et militante associative est présentée comme "musulmane" et "féministe". Confrontée au candidat, elle soupire: "Lorsque j’entends ce genre de discours, je me sens profondément blessée, je me sens humiliée."

Tenir le rôle de "la-femme-voilée" sur un plateau télé ? Très peu pour Karima Mondon. Dans un billet paru sur le site de débat Melting Book, cette professeure de lettres explique pourquoi elle a refusé, pour sa part, de participer à L’Emission politique avec Valls. "Courant décembre, je suis contactée par une journaliste de l’émission politique pour précisément «débattre» avec M Valls. La journaliste m’explique le format et le concept de l’émission car je n’ai pas la télé et je ne l’ai donc jamais vue cette fameuse émission.Nous échangeons par téléphone, puis par courriel", explique-t-elle dans son billet.

nouveau media

Approchée par France 2, Mondon raconte: "Eh oui, l’équipe de l’émission politique ne m’a pas contactée pour donner la parole à une citoyenne, une militante associative, une parente, une éducatrice, non, non je suis la femme voilée". Et d'ajouter : "Je refuse cette assignation à n’être que la femme voilée, le jeune, le chômeur, le gréviste…. " Le problème selon elle réside notamment dans le format de l'émission "qui donne la part belle aux politiques et réduit les citoyens à des archétypes. Ces formats qui stérilisent la pensée et empêchent tout débat." Pour elle, pas de doute : "Ce ne sont pas les journalistes qui devraient nous «offrir» cinq minutes de paroles pour servir de faire valoir aux hommes politiques. C’est nous qui devrions convoquer les hommes politiques pour leur demander des comptes sur leur gestion des affaires, leurs actions…" En septembre dernier, Mondon avait interpellé Valls dans Libé : "Monsieur le Premier ministre, laissez-moi vous dire que je refuse que vous utilisiez le tissu couvrant nos cheveux pour essuyer les plâtres de votre politique délétère. Ma France est plurielle, c’est ce qui fait sa force", écrivait-elle.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : voiles, burqas : danger, inflammable !

nouveau media

Niqab à Nice : Les dessous d'un dialogue "impromptu" diffusé par Franceinfo

"Journalisme de connivence" (Françoise Laborde)

enquête publié(e) le 18/09/2016 par Manuel Vicuña

Sur les lieux des attentats de Nice, deux femmes. L'une voilée d'un niqab, l'autre non. Passé les a priori, elles discutent calmement de respect mutuel... Cette vidéo diffusée jeudi par Franceinfo a suscité de vives réactions. "Journalisme de connivence et sensationnalisme", "mise en scène"...

Lobs Saima

Musulmanes de France : Saima Ashraf répond à Manuel Valls (L'Obs)

suivi publié(e) le 13/09/2016 par Juliette Gramaglia

Elle avait témoigné avec d'autres musulmanes dans le New York Times sur la stigmatisation des femmes voilées en Europe. Un article vivement critiqué par Manuel Valls dans une tribune parue le 6 septembre. Une semaine après, Saima Ashraf répond aux questions de L'Obs. Cette Française de 39 ans...

nouveau media

Burkini / conseil d'Etat : Joxe ne se baignera pas en pyjama

suivi publié(e) le 27/08/2016 par la rédaction

L'arrêté dit "anti-burkini" pris par le maire de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) constitue "une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales" et doit être suspendu, a estimé le Conseil d'Etat le 26 août. Mais plusieurs maires de communes ayant pris un arrêté ...

Tous les contenus de ce dossier >