Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Syrie : Mediapart dépublie puis republie un post de blog critique

Par le - 17h45 - lu

Mediapart a dépublié, puis republié, le post de blog d'un de ses abonnés, qui critiquait "un traitement à sens unique de la crise syrienne" et accusait le site d'information de "verser dans la propagande de guerre la plus grossière".


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

"Lettre ouverte aux journalistes de Mediapart (et à quelques autres)". Le 19 décembre, Swank, abonné à Mediapart, publie un billet de blog dans "L'espace Club" du site. "Une lettre énervée d'un abonné dégoûté", précise-t-il dès introduction de son billet, son dixième sur le site. Avant d'expliquer la raison de sa colère : "Ce à quoi nous assistons depuis quelques jours, c'est une atlantisation du débat public à marche forcée (...) Mediapart, journal indépendant qui n'a même pas l'excuse d'être détenu par Patrick Drahi, verse tristement dans le même matraquage éditorial". Selon le blogueur, qui ne donne aucun exemple pour justifier ses propos,"depuis la reprise d’Alep par les forces armées syriennes, les articles du site nous imposent le récit manichéen conforme à la ligne politique de Washington et du Quai d’Orsay".Dans un article publié le 14 décembre 2016, Mediapart, sous la plume de son journaliste René Backmann, critiquait pourtant "la passivité de Barack Obama et des diplomaties occidentales" depuis le début du conflit en Syrie.

Egalement dans le viseur du blogueur : le débat vidéo organisé par Mediapart le 14 décembre, intitulé "Le martyre du peuple syrien". "Pendant plus d’une heure donc, nos invités – dont certains n’avaient plus mis les pieds en Syrie depuis des décennies - déroulèrent en toute tranquillité et sans qu’aucune contradiction ne leur soit opposée, le récit romantique de la révolution syrienne de 2011", critique Swank, pour qui "s’allier avec des groupes terroristes – au premier rang duquel Al-Qaïda - pour renverser le régime, fut un jeu dangereux et inconscient auquel Poutine a définitivement mis fin il y a quelques jours".

"Atlantiste", Mediapart ? Le 21 décembre, sur le plateau de Mediapart Live, le directeur éditorial du site, François Bonnet, répondait aux critiques, en égrenant la liste de tous les articles anti-Otan que le site avait publié depuis sa création.

Un post supprimé puis republié

Le débat aurait pu s'arrêter là. Mais le post du blogueur a ensuite été supprimé par les équipes de Mediapart, le week-end du 23-24 décembre. Une censure dénoncée par Swank dans un nouveau post le 25 décembre, intitulé "Juste une mise au point". Dans celui-ci, il s’interroge : "Quelques heures avant d’être effacé, mon article était relayé sur la page Facebook de Jean-Luc Mélenchon. Faut-il y voir un rapport de cause à effet? Je l’ignore". "J’avais encore une croyance naïve dans la possibilité d’une presse libre, indépendante, critique, ouverte au dialogue et au débat. Cette illusion a disparu", ajoute-t-il, avant d’annoncer sa volonté de se désabonner de Mediapart. "Je ne peux décemment pas continuer à payer l’abonnement d’un organe de presse qui censure mes billets de blog".

Ultime coup de théâtre : le 26 décembre, le billet est remis en ligne. Dans les commentaires de la mise au point de Swank, Edwy Plenel, président du site, explique : "Nous avons republié votre «lettre énervée d’un abonné dégouté». Elle avait été dépubliée par l’équipe restreinte chargée de la permanence du week-end qui a parfois bien le droit d’être à son tour «énervée et dégoutée»". Pour le fondateur de Mediapart, ce billet est un "pur délire", "sans aucune source, ni preuve". "Diaboliser ainsi ceux avec qui on est en désaccord, ce n’est pas débattre ni argumenter (…) C’est surtout verser dans une vision complotiste du monde, propre aux idéologies les plus régressives et les plus obscures", ajoute le journaliste.

Pourquoi, dès lors, l’avoir republié ? Plenel s’appuie sur la déclaration des droits de l’homme, dans laquelle il est question de la liberté comme "pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui". "Cette dépublication éphémère de votre billet est un rappel à ce principe de base d’une discussion argumentée et raisonnée, dans le respect de toutes celles et de tous ceux qui en sont témoins", estime-t-il. 


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Syrie, guerre à huis-clos

nouveau media

Alep : deux vétérans du journalisme français critiquent l'unanimisme médiatique

"Faillite", "absence de recul" : la charge de J.F. Kahn et J.C. Guillebaud

observatoire publié(e) le 16/01/2017 par Matthieu Beigbeder

Le traitement médiatique de la reprise d'Alep par les forces de Bachar al-Assad, revendiquée le 22 décembre dernier par l'armée syrienne, a suscité à retardement plusieurs critiques, notamment de deux figures du journalisme français, Jean-François Kahn et Jean-Claude Guillebaud. Les médias ...

nouveau media

Alep : qui est Eva Bartlett, qui dénonce la "corruption" des médias occidentaux ?

Derrière la guerre en Syrie, la "prétendue Israël"

observatoire publié(e) le 16/12/2016 par Vincent Coquaz

"Deux minutes ont suffi à Eva Bartlett pour faire voler en éclats le mythe de la crédibilité des soi-disant «médias de qualité»." Un montagede trois minutes de la chaîne russe RT tourne depuis mardi sur Youtube et Facebook. Une journaliste, Eva Bartlett, y dénonce la "corruption" des ...

nouveau media

Pierre Le Corf, "l'humanitaire" français qui chronique Alep sur Facebook...

... en prenant le parti de Bachar Al Assad

observatoire publié(e) le 15/12/2016 par Vincent Coquaz

Ses posts sont partagés et "likés" des centaines voire des milliers de fois sur Facebook. Il est passé au journal télévisé de France 2, a été interviewé par France 3 ou France 24. Mais qui est Pierre Le Corf, 27 ans, qui habite depuis avril dernier en Syrie, à Alep, et "célèbre" les ...

Tous les contenus de ce dossier >