Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

"Contenus recommandés" douteux : deux sites US décident d'arrêter

Par le - 11h42 - suivi

Slate et le site du New Yorker ont décidé de retirer les "contenus recommandés" publicitaires en bas de leur article, selon le New York Times. En cause, la qualité de ces contenus promus, qui n'ont aucun lien avec les sites en question. Une démarche suffisamment rare pour être soulignée : une étude de l'association américaine Changeadvertising citée dans l'article du quotidien new-yorkais a pointé que 41 des 50 premiers sites d'information américains intègrent ce type de publicité, particulièrement lucrative.

"Comment régler vos problèmes de fatigue (faites cela chaque jour)", "Ces enfants de célébrités sont si beaux que vous allez être étonnés" : désormais, ce type de publicité ordinairement placé à la fin des articles n'a plus sa place sur les sites américains Slate et The New Yorker. Les deux médias ont pris le parti de retirer ces "contenus recommandés" de leur site.nouveau media

La raison : les liens peuvent régulièrement mener vers des sites douteux. Il y a quelques semaines, l'acteur Chandler Riggs s'était par exemple étonné de voir sa photo associée à un article intitulé... "Des jeunes acteurs qui sont morts sans faire de bruit cette année". Parmi les contenus promus en bas d'article contre rémunération, on trouvait également de nombreux liens au titre racoleur qui mènent vers de faux sites de santé créés par des fermes de contenus (@si vous détaillait tout le modèle économique de ces liens douteux ici).

41 DES 50 PREMIERS SITES D'INFO AMÉRICAINS INTÈGRENT DES CONTENUS SPONSORISÉS

Beaucoup de sites web (y compris en France) ont recours à ce type de publicité. Aux États-Unis, une étude effectuée par l'association Changeadvertising explique que 41 des 50 premiers sites d'information américains intègrent ces contenus recommandés sur le site. C'est le cas par exemple du Guardian, de Time ou encore de CNN.

Pour le président du groupe Slate Keith Hernandez, ces publicités sont "faites pour les éditeurs dans l'optique de maximiser leurs revenus, et non dans le but de trouver pour les lecteurs les meilleurs choses à faire". Mais il considère qu'elles nuisent à l'image de sites d'information qui se considèrent comme des sites de "haute qualité". Pour autant, la version française de Slate continue de mettre en avant ce type de liens, via Outbrain, l'un des plus importants diffuseurs de "contenus recommandés" publicitaires.

nouveau media

Capture d'écran du site français Slate (2 novembre 2016)


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Pub : les mille ruses

Candia s'offre une émission entière de "La maison des maternelles" (France 5)

"C'est une émission un petit peu spéciale aujourd'hui..."

enquête publié(e) le 06/11/2017 par Hélène Assekour

Près d'une heure de publi-reportage sur le site de France Télévisions. La marque de lait Candia s'est offert les services de La maison des maternelles pour promouvoir le lait de croissance, à grands renforts de reportages laudatifs, experts sur mesure et placements de produits. Sans clairement ...

Télérama puy de culture

Partenariats : Télérama annule un débat à Clermont-Ferrand

Le maire avait dénoncé le "mépris" de l'article préalable

observatoire publié(e) le 06/10/2017 par Juliette Gramaglia

Ne pas confondre journalistes et communicants ! Il n'y aura pas de "débats généreux" sur la vie culturelle à Clermont-Ferrand. L'événement, organisé par Télérama, co-financé par la ville, et qui devait se tenir les 13 et 14 octobre prochains, a été annulé par l'hebdomadaire ce jeudi 5 ...

nouveau media

Pour la rentrée, on a débusqué les pubs Instagram des chroniqueurs de Hanouna

Commerce d'influence décomplexé

chronique publié(e) le 06/09/2017 par Capucine Truong

Pour la rentrée, @si s'est posté devant Touche pas à mon poste (TPMP). Et s'est aussi créé un compte Instagram. Il y a un rapport : sur le réseau social de photographies, certains chroniqueurs de TPMP monnayent des "posts sponsorisés", dans lesquels ils se mettent en scène avec les produits ...

Tous les contenus de ce dossier >