Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Vandalisme / Necker : que disent les images ?

Par le - 19h42 - suivi

Les images des vitres de l’hôpital Necker brisées par "des casseurs" tournent en boucle sur les chaînes de télévision. Au micro de Patrick Cohen sur France inter, le Premier ministre Manuel Valls a pointé "une attitude ambiguë du service d’ordre de la CGT qui n’assume plus ses responsabilités" en réaction aux violences en marge de la manifestation du mardi 14 juin contre la Loi Travail. Plusieurs JT y ont consacré une place importante, comme ci-dessous le 13 Heures de TF1.

Extraits du journal de 13 h de TF1

Mais de quelles images dispose-t-on pour comprendre ce qu'il s'est passé ? Plusieurs vidéos (comme les images reprises ci-dessus par le 13 heures de TF1) montrent des personnes cagoulées arrachant des morceaux de bitume à proximité de la station de métro Duroc, devant l'hôpital Necker donc, afin de s’en servir comme projectiles contre les policiers. Mais on ne voit pas ces projectiles impacter la façade.

La seule vidéo, disponible aujourd'hui, dans laquelle on voit les vitrines en cours de dégradation, a été publiée sur Periscope par Pierre Trouvé, journaliste au Monde (voir ci-dessous). On y aperçoit un individu s’en prenant aux vitres de la façade de l’hôpital, sur le boulevard Montparnasse. Une seconde personne vient donner un coup de pied pour faire tomber les vitres. Interrogé par @si, Pierre Trouvé décrit : "Quand je suis arrivé au niveau de Necker, du côté d'une des bouches du métro Duroc, des membres des forces de l'ordre étaient pris à partie au croisement de la rue de Sèvres et du Boulevard des Invalides dont l'hôpital fait l'angle. (…) J'ai vu une personne avec une masse qui frappait les vitres de l'hôpital une par une." Mais le journaliste n'a pas vu d'autre casseur en action contre les vitres. Si plusieurs casseurs ont dégradé des enseignes diverses et variées sur le chemin du cortège, il semblerait donc qu’un seul soit à l’origine du vandalisme de l’hôpital Necker.

Vidéo Periscope du Monde montrant un casseur isolé s'en prenant à la facade de l'hôpital Necker

A priori, un seul individu a donc effectivement - et délibérément - brisé à coup de masse plusieurs vitres de la façade de l’hôpital, comme en atteste la vidéo du journaliste du Monde. Mais pour le reste des dégradations, la cible des casseurs semble être les policiers qui se tiennent devant l’hôpital. Mais rien ne permet d’affirmer que d’autres personnes n’ont pas participé, volontairement ou non (en visant la police par exemple), à la dégradation des vitres.

D'autres images en possession de l'AP-HP ?

Peut-être existe-t-il d'autres images. Sur BFMTV, le président de la Fédération hospitalière de France Frédéric Valletoux affirme que l’AP-HP est en possession de séquences filmées depuis l’intérieur des blocs opératoires (qui donnent sur la rue). On y verrait des parpaings arriver sur les vitres de l’hôpital. Le film n'a pas été diffusé par l'AP-HP.

-> L'occasion de lire la chronique de Daniel Schneidermann "L'enfant, les casseurs, et l'hôpital"

(Par Juliette Bourgeois)


Abonnez-vous !
|