Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Le poulailler filmé par L214 vidé sur décision du préfet

Par le - 17h24 - suivi

L'élevage sera donc vidé, et ses poules très probablement abattues. Après les vives réactions suscitées par la publication par l'association L214 d'une vidéo montrant des poules entassées, déplumées, mortes ou en état de décomposition avancée dans un élevage de l'Ain, le préfet a exigé que les bâtiments soient vidés et nettoyés sous trois semaines. Une décision qui signifie l'abattage probable des 200 000 poules.

Cette fois, la vidéo ne sera pas restée lettre morte. Le préfet de l'Ain a demandé le 27 mai à ce que le Groupement agricole d’exploitation en commun (Gaec) du Perrat, dans l'Ain, soit vidé de ses animaux et nettoyé dans un délai de trois semaines. La préfecture précise dans son communiqué que la décision a été prise "sur instruction" des ministres de l'Environnement et de l'Agriculture, Ségolène Royal et Stéphane Le Foll, rapporte Le Monde.

L'exploitation était suivie depuis plusieurs années par les services départementaux (voir notre article sur le sujet), mais aucune réelle mesure n'avait été prise jusqu'à présent pour mettre fin à ces pratiques. Le déclencheur de la décision du préfet est une vidéo, postée le 25 mai par l'association de défense des animaux L214. On y voit des poules dans leurs cages, évoluant dans des conditions de confort et d'hygiène problématiques : déplumées, aux becs partiellement amputés sans anesthésie pour éviter les cas de cannibalisme, couvertes de poux, évoluant parmi les cadavres de leurs congénères en voie de décomposition, ou au dessus de mares d'asticots.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Extrait de la vidéo sur le GAEC du Perrat diffusée par L214 le 25 mai 2016


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Extrait de la vidéo sur le GAEC du Perrat diffusée par L214 le 25 mai 2016

En 2013, l'association de défense des animaux L214 avait une première fois filmé les mauvaises conditions d'élevage au Gaec du Perrat, mais le gérant, alerté par une lettre de l'association, avait réussi à en faire interdire la diffusion. Trois ans plus tard, de nouvelles images tournées par l'association ont pu être publiées. Elles ont provoqué une réaction quasi-immédiate de Le Foll et Royal, ainsi que de la marque Matines, qui commercialisait les œufs en provenance de l'élevage incriminé.

La préfecture précise qu'elle sera "vigilante" quant "aux possibilités de réembaucher localement les employés de l’exploitation", une vingtaine au total. Le doute subsiste en revanche sur le sort des 200 000 poules et 150 000 poulettes du Gaec. Si le préfet indique qu'elles "seront abattues ou vendues à des tiers", le directeur départemental de la protection des populations, lui, laisse moins de doute sur leur sort : "Soit l’exploitant vend ses poules à un abattoir, soit elles seront euthanasiées, à moins qu’il ne trouve un autre élevage pour les accueillir, mais cela reste hautement improbable", assure ainsi Laurent Bazin. Des associations de défense des animaux se sont manifestées pour en recueillir certaines.

Pour en savoir plus sur L214 et son combat pour la fermeture de ce poulailler géant, replongez-vous dans notre article. Et pour une analyse du traitement médiatique de l'antispécisme, revisionnez notre émission avec Aymeric Caron et Eros Sana : "Il y a quelques années, les images d'abattoirs auraient laissé indifférent".


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : souffrances animales, un combat dérangeant

couv chronique André Gunthert : Okja

Et le cochon Okja se heurta aux limites de l'image

Netflix investit les souffrances animales : André Gunthert a vu le film

chronique publié(e) le 12/07/2017 chez André Gunthert

Okja : le film américano-sud-coréen, présenté cette année à Cannes, a autant fait parler de lui pour son mode de diffusion, exclusivement sur Netflix, que pour son sujet, une dénonciation des souffrances des animaux d'élevage, à travers le personnage d'une sorte de monstrueux cochon. Forcé...

L214 Libération

L214 / Pézenas : images "obsolètes" (préfecture)

suivi publié(e) le 07/07/2016 par la rédaction

Les dernières images tournées par l’association L214 dans l’abattoir de Pézenas (Hérault) et diffusées en juin sont-elles obsolètes ? C’est ce qu’affirme la préfecture du département. Selon Libération, le préfet explique que "cet abattoir a fait l’objet depuis janvier d’au ...

nouveau media

Abattoirs : Rémi Gaillard s'engage pour L214

suivi publié(e) le 29/06/2016 par la rédaction

L’humoriste Rémi Gaillard se met au service de la cause animale dans la nouvelle enquête vidéo de l’association L 214 (invitée récemment sur notre plateau). Intitulée "Deux abattoirs, une même horreur", la vidéo montrant des maltraitances animales est la quatrième diffusée par ...

Tous les contenus de ce dossier >