Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Volkswagen, renseignement et Nutella : sujets interdits à la TV de Bolloré

Par le - 13h31 - @rrêt sur images

Le message de Bolloré est passé. Le journaliste de Canal+ (Special Investigation) et délégué syndical SNJ CGT Jean-Baptiste Rivoire, ne reçoit "plus aucun projet d'enquête sur le monde bancaire" depuis la censure d'une enquête sur le Crédit Mutuel par Vincent Bolloré. Mais la banque n’est pas le seul sujet sensible. "On doit aller voir la direction avec nos petits projets et demander la permission de faire nos enquêtes. En gros, sous l’ancienne direction, ça passait à 80 ou 90% des cas. Depuis que Bolloré est sorti des fougères et a manifesté son pouvoir dans l’entreprise, ça se passe beaucoup plus mal", explique Rivoire sur notre plateau. Sur 11 sujets d’enquête proposés lors du dernier "comité d’investigation", la direction a ainsi retoqué... 7 sujets, selon le journaliste.

Et il égrène la liste des sujets dont on n'entendra pas parler sur la chaîne cryptée : "Volkswagen, entreprise de tous les scandales", "Le monde selon Youtube", "François Homeland" (une enquête sur le président et les guerres), "Attentats: les dysfonctionnements des services de renseignement", "Les placards dorés de la République" (sur les emplois fictifs dans la haute fonction publique), "La répression made in France" (sur comment la France exporte des matraques électriques, et autres outils de répression, à des régimes pas toujours recommandables), et enfin, "Nutella, les tartines de la discorde", également refusé. Nutella? Peut être un lien avec le fait que le groupe Ferrro, qui détient la marque de pâte à tartiner, figure parmi les 50 plus gros annonceurs de France (avec, de sucroît, 76% de son budget pub destiné à la TV) ? Dans ce top 50 figurent également... Volkswagen et Google, qui possède Youtube.

Pour voir en intégralité notre émission sur l'indépendance des médias, c'est ici : "Bolloré et Hollande ont un intérêt conjoint à étouffer l'investigation"


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Bolloré, le patron aux grands ciseaux

nouveau media

Les "drôles de pratiques" du nouveau patron d'i-Télé (Streetpress)

suivi publié(e) le 27/05/2016 par la rédaction

"Liste noire de politiques, publicités déguisées en articles, journalistes muselés." Streetpress dresse le portrait du nouveau patron d’i-Télé, Serge Nedjar, "personnage clef du système média de Vincent Bolloré", propriétaire du groupe Canal+, dont dépend la chaîne d’info en continu...

nouveau media

Canal+ : les syndicats de la chaîne "haussent le ton" (Les Jours)

suivi publié(e) le 21/05/2016 par la rédaction

Les élus du Conseil d'entreprise (CE) de Canal+ ont engagé cette semaine une procédure d'alerte à destination de la direction de la chaîne. Pertes financières, détails sur les contrats d'Hanouna et Ardisson, activités africaines de Bolloré : les élus formulent une série de questions ...

Bolloré Challenges

Canal+ : Bolloré veut la fin des émissions en clair

suivi publié(e) le 17/05/2016 par Anne-Sophie Jacques

Vincent Bolloré sort du bois. Plus d’un an après sa main mise sur Canal+ ponctuée par de gros chamboulements – du passage en crypté des Guignols au départ de Yann Barthès du Petit journal – le président du Conseil de surveillance de Vivendi s’est livré aux Echos et à Challenges. Sa ...

Tous les contenus de ce dossier >