Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Volkswagen, renseignement et Nutella : sujets interdits à la TV de Bolloré

Par le - 13h31 - @rrêt sur images

Le message de Bolloré est passé. Le journaliste de Canal+ (Special Investigation) et délégué syndical SNJ CGT Jean-Baptiste Rivoire, ne reçoit "plus aucun projet d'enquête sur le monde bancaire" depuis la censure d'une enquête sur le Crédit Mutuel par Vincent Bolloré. Mais la banque n’est pas le seul sujet sensible. "On doit aller voir la direction avec nos petits projets et demander la permission de faire nos enquêtes. En gros, sous l’ancienne direction, ça passait à 80 ou 90% des cas. Depuis que Bolloré est sorti des fougères et a manifesté son pouvoir dans l’entreprise, ça se passe beaucoup plus mal", explique Rivoire sur notre plateau. Sur 11 sujets d’enquête proposés lors du dernier "comité d’investigation", la direction a ainsi retoqué... 7 sujets, selon le journaliste.

Et il égrène la liste des sujets dont on n'entendra pas parler sur la chaîne cryptée : "Volkswagen, entreprise de tous les scandales", "Le monde selon Youtube", "François Homeland" (une enquête sur le président et les guerres), "Attentats: les dysfonctionnements des services de renseignement", "Les placards dorés de la République" (sur les emplois fictifs dans la haute fonction publique), "La répression made in France" (sur comment la France exporte des matraques électriques, et autres outils de répression, à des régimes pas toujours recommandables), et enfin, "Nutella, les tartines de la discorde", également refusé. Nutella? Peut être un lien avec le fait que le groupe Ferrro, qui détient la marque de pâte à tartiner, figure parmi les 50 plus gros annonceurs de France (avec, de sucroît, 76% de son budget pub destiné à la TV) ? Dans ce top 50 figurent également... Volkswagen et Google, qui possède Youtube.

Pour voir en intégralité notre émission sur l'indépendance des médias, c'est ici : "Bolloré et Hollande ont un intérêt conjoint à étouffer l'investigation"


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Bolloré, le patron aux grands ciseaux

nouveau media

Canal+ : Biraben licenciée pour "faute grave" (Les Jours)

suivi publié(e) le 27/07/2016 par Justine Brabant

Officiellement le communiqué diffusé par Canal+ indiquait que "Maïtena Biraben a[vait] souhaité quitter la présentation du “Grand Journal” à la fin de la saison". L'histoire pourrait être moins rose : la présentatrice du Grand journal de Canal+ aurait été licenciée pour "faute grave...

nouveau media

Cameroun : Bolloré demande 50 millions à France 2

La chaine publique attaquée...devant le tribunal de commerce

observatoire publié(e) le 22/07/2016 par Justine Brabant

Une fois, ça passe, deux fois, c'est trop. Le groupe Bolloré a annoncé ce 22 juillet qu'il allait demander 50 millions d'euros de réparation à France 2. Le préjudice subi ? La chaîne l'aurait "dénigré gravement" en rediffusant l'émission Complément d'enquête consacrée à Vincent ...

nouveau media

Le producteur du "Zapping" licencié pour "faute lourde" ?

suivi publié(e) le 10/07/2016 par Robin Andraca

On ne se moque pas de Bolloré. Selon le site Les Jours, Patrick Menais, producteur du Zapping, qui a passé l'année à critiquer en creux son patron, a reçu vendredi 8 juillet une convocation à un entretien préalable à un licenciement pour "faute lourde". Eté meutrier à Canal+, saison 2. ...

Tous les contenus de ce dossier >