Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Condamné, Me Eolas suspend son compte Twitter

Par le - 18h21 - flash

Tremblement de terre sur Twitter. L’avocat-blogueur-Twittos Maître Eolas a fermé son compte, qui comptait plus de 186 000 abonnés (ainsi qu’un compte consacré au rugby, qui en comptait 3 500). S’il a confirmé qu’il s’agissait bien de sa décision (et pas d’une fermeture par Twitter), il se refuse pour le moment à toute réaction ou à toute précision concernant le caractère temporaire ou définitif de la fermeture.

Cette suppression intervient alors qu’Eolas a été condamné ce mardi à Nanterre à 2 000 euros d'amende avec sursis et 5 000 euros de dommages et intérêts pour "diffamation" et "injures publiques", selon l’AFP. Une procédure intentée à son encontre par l'Institut pour la Justice, association qui milite pour un durcissement des politiques pénales.

eolas

L’IPJ reproche à Eolas un tweet insultant : "Je me torcherais bien avec l'institut pour la Justice si je n'avais pas peur de salir mon caca". Mais comme le rappelait @si lors du procès, le 6 juillet dernier, si l'IPJ a porté plainte, c'est surtout en raison des critiques d'Eolas contre une pétition lancée fin 2011. A l'occasion de la présidentielle, l'association avait mis en ligne un "Pacte 2012", texte reprenant une série de mesures répressives. Avec un succès impressionnant selon l'IPJ : 1,7 million de signatures. Un chiffre contesté à l'époque par Eolas, lequel avait ironisé sur le compteur "bidon" de l'IPJ, en montrant que l'augmentation du nombre de nouvelles signatures était beaucoup trop régulière. Sous-entendu : le compteur était truqué. De la pure diffamation pour l'IPJ.

Le tribunal a donc donné raison à l’IPJ, qui "se réjouit" de cette condamnation dans un communiqué. "L’Institut pour la justice tient à saluer cette décision sage et courageuse, qui permet de mettre un terme à cette malheureuse affaire et vient rappeler que personne n’est au-dessus des lois", avance l’IPJ. La décision a pu surprendre le blogueur, qui lors de la plainte, doutait même que la procédure suivrait son cours. "Les mots font défaut pour dire à quel point ça m'indiffère", twittait-il à l’époque. Motif de consolation pour les fans d’avocats-Twittos : le compte de l’avocat de Me Eolas, est lui, toujours en ligne.

Autre raison qui pourrait expliquer la suppression du compte, la lassitude ? Eolas a été vivement critiqué hier par des militants du Front de Gauche pour avoir pris le parti du DRH d’Air France agressé par des salariés, sur fond de plan social massif dans l’entreprise. Eolas a refusé de répondre à nos questions.

L’occasion de (re)voir notre émission, où il revenait (entre autres) sur le "Pacte" de l'IPJ : @ux sources d'Eolas


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Twitter, info ou intox ?

nouveau media

Le jour où Boutin a annoncé la mort de Chirac

Emballement des réseaux sociaux, retenue des chaînes d'info

observatoire publié(e) le 21/09/2016 par Manuel Vicuña

"Mort de #Chirac". Il aura fallu trois mots dans un tweet de Christine Boutin pour enflammer les réseaux sociaux et donner des sueurs froides à tout ce que la France compte de journalistes politiques. Ce mercredi, alors que Jacques Chirac est hospitalisé depuis trois jours à Paris pour une ...

nouveau media

Espagne : pro et anti-Maduro s'affrontent à coup de (fausses) images

... de la manifestation monstre de Caracas

observatoire publié(e) le 04/09/2016 par Manuel Vicuña

Des images de foule vue du ciel. En Espagne, plusieurs journalistes de droite ont tweeté les photos de la manifestation organisée ce 1er septembre à Caracas pour demander le départ du président vénézuélien, Nicolas Maduro. Seul souci: les photos en question n’avaient rien à voir avec ...

nouveau media

Sur Internet, on partage sans lire

La preuve par l'affaire du niqab de Marseille

observatoire publié(e) le 21/06/2016 par la rédaction

Six internautes sur dix partageraient des informations... sans les avoir lues, selon une étude publiée par le Washington Post. Dernière illustration en date ? Depuis quelques jours, plusieurs internautes partagent sur Twitter un article du site de France TV info intitulé "Le contrôle d'une ...

Tous les contenus de ce dossier >